My Insta

mon menu

Libellés

Arrêt sur images: la journée du 15 mars 2019

31 mars 2019





Mes fougères croustillantes,


Après une petite pause de quelques jours en balnéothérapie,  me voici de retour, aussi fraîche et pimpante qu'une Birkenstock. J'ai souhaité revenir cette semaine sur la journée du vendredi 15 mars, car elle a été riche en émotions. Et en heures de colle. 




J'ai commencé cette journée en étant un peu chamboulée car j'avais reçu quelques messages insultants, la veille, à propos de mon article sur les nuits de mes enfants. Je me suis donc levée pas forcément du bon pied. Sur la route du travail (qui est longue), j'ai pris le temps de me poser dans ma tête et de faire le point avec moi-même, méthode de Clotilde Dusoulier, qui consiste à nommer ses pensées négatives pour mieux s'en détacher (je vous en parle très vite sur le blog). J'ai donc nommé ces fameuses pensées négatives qui étaient celles-ci "Ce n'est pas agréable de se faire insulter. J'ai un sentiment d'impuissance et d'injustice. En même temps, je m'y attendais et je suis fière de mon article. Si c'était à refaire, je ne changerais rien, pas un mot de plus ou de moins. Donc, je n'ai rien à regretter. Il faut simplement accepter ces messages insultants et attendre que l'orage passe.". Une fois ma météo intérieure clarifiée, j'ai décidé de ne me focaliser que sur les pensées positives, qui étaient, en l’occurrence: "Je suis fière d'avoir écrit un article qui a interpellé beaucoup de personnes.  Je suis fière des retours positifs, qui sont dix fois plus nombreux que les négatifs. Je suis reconnaissante d'avoir autour de moi une communauté aussi soudée."  Ca peut paraître tout bête, mais une fois ce point émotionnel réglé, je me suis sentie soulagée et libérée. Fraîche comme une Corona sur la plage. 
Je suis donc arrivée sur mon lieu de travail en paix avec moi même et avec le même entrain que d'habitude. 


J'ai retrouvé pour mon plus grand bonheur ma classe de sixième adorée. Oui, j'ai une classe de sixième absolument bluffante cette année. Je les adopterais bien tous si je le pouvais tellement ils sont formidables. J'envisage d'en parler à mon inspecteur, pour leur faire sauter douze classes ou les inscrire au patrimoine mondial de l'Unesco.  Ya un truc à tenter avec ces petits gnomes surdoués.  Bref, le fait d'avoir réglé mes pensées sur le mode winneuse a contribué à nourrir un cercle vertueux: à moins que ce ne soit dû à l'alignement de mars et de saturne avec mon stylo rouge.... Toujours est-il que mes adorables sixièmes m'avaient préparé une petite surprise pour mon anniversaire. Ce genre de choses vous rebooste puissance quarante-deux, c'est presque plus mieux qu'une virée chez ZARA pendant les soldes.


 En cette belle journée, j'avais enfilé mon magnifique gilet de chez American Vintage, dont je vous ai déjà parlé ici. J'ai beaucoup de mal à m'en séparer, même la nuit (il faut dire qu'à quelques poils près, il est plus doux que mon mari).

Le prof d'allemand: un être souvent seul et incompris, ayant pourtant beaucoup d'amour à donner

Cette journée  de travail s'est déroulée sans accroc, paisiblement. J'ai pris le temps de noter tout cela dans mon carnet de gratitude dont je vous reparlerai très bientôt. Décidément, j'ai une todo list aussi longue que celle d'une femme enceinte de neuf mois. J'ai reçu beaucoup, beaucoup de messages de soutien et d'affection qui m'ont  touchée. Je voulais d'ailleurs vous remercier, vous êtes vraiment de chics types, les meufs.


Ce vendredi, c'était la semaine où je finissais plus tôt que d'habitude. J'ai donc pu aller chercher mes enfants à l'école, ce qui est une manière vraiment chouette de débuter le week-end. On s'est fait une petite pause lecture avec Couette-Couette pendant que Chucky était à fond sur son cahier d'activités. Je vous assure que malgré mon passif de mère prussienne, cet enfant demande à travailler de son plein grès. Je suis moi-même étonnée par ce zèle presque suspect, mais je me suis fait une raison. Ce gosse est un fils de prof, wesh.





Voilà donc comment s'est achevée cette journée riche en émotions. Comme quoi on peut partir du mauvais pied, mais rectifier le tir en cour de route. Je ne sais pas si vous êtes familiers du concept de la loi de l'Attraction, mais je pense que notre état d'esprit peut vraiment influer sur le déroulement de notre journée: si on décide de mettre le filtre négatif, on risque fort de ne remarquer que les choses désagréables qui se mettent sur notre route, en invoquant ainsi la malchance ou en se disant: "C'est vraiment pas ma journée aujourd'hui". En revanche, si on prend le temps de bien analyser ses pensées, d'accueillir ses émotions, les négatives comme les positives (mais surtout les négatives), on peut changer la ou les pensées qu'on a à propos d'une situation qui nous cause du souci: il s'agit surtout de choisir les pensées qui nous sont utiles ou agréables et de mettre de côté celles qui ne servent à rien et qui nous mettent dans une boucle néfaste. Il n'est pas question de se mentir ou de se dire n'importe quoi, non. Il s'agit juste de considérer une situation donnée sous un angle plus favorable. Une fois le filtre positif installé dans notre esprit, on est bien plus à même de remarquer les éléments positifs qui apparaissent dans notre journée. C'est comme cela que je vois la loi de l'Attraction. 

Voilà pour cette journée du 15 mars 2019. J'espère que cet article vous aura plu!
Des bécots,

Frau PrunO.

13 commentaires :

  1. J'aime beaucoup cette idée de "filtre positif"... une belle "philosophie" que j'essaie d'appliquer le plus possible, même si ce n'est pas toujours naturel chez moi...
    Belle semaine à toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te rassure, ce n'est pas toujours naturel chez moi non plus! Mais plus on s'exerce et plus c'est facile... et gratifiant!

      Supprimer
  2. Coucou. J'ai hâte que tu nous parles de ton carnet de gratitude et de la méthode Dusoulier. Je suis totalement d'accord avec toi sur le fait que nos pensées négatives peuvent influer sur notre journée. C'est comme lorsqu'on se dit qu'on a la poisse, je pense que ça amène encore plus la poisse. Mais parfois c'est difficile de se raisonner. Gros bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ma Lina, je suis entièrement d’accord avec toi, il est extrêmement difficile de se raisonner. Mais je pense que même si on le fait après coup, ça aide pour les fois d’après. Ils ne vont pas être trop sévère avec soi-même❤️

      Supprimer
  3. tu prêches une convaincue ma chère frau :-) j'ai étudié une courant du coaching qui s'appelle l’approche narrative, hyper intéressante. il existe par exemple un outil qui consiste à raconter une autre histoire. en fait dans notre vie, on ne peut pas tout retenir et tout raconter. alors le cerveau choisi de relier certains points, qui vont enrichir l'histoire qu'on a envie de se raconter. comme " je n'ai pas confiance en moi" ou "je n'ai que des galères au boulot" tu vois... et on décide de rajouter chaque petit événement qui vient renforcer cette histoire. mais si on décide de relier d'autre points, que ce passe-t-il ? on peut choisir un thème inverse " j'ai confiance en moi" ou "je fais de belles rencontre dans mon job" mais c'est parfois difficile pour la personne de faire cela étant donné la puissance de sa première histoire "je n'ai pas confiance en moi" .. alors on passe par des chemins de traverses : on propose d’écrire une histoire dans un domaine différent.. comme "je suis une super maman" ou "je suis super douée pour rassembler une belle communauté autour de mon blog " bref, on fait grossir une histoire plus sympa, petit à petit, et l'histoire négative prend gentiment au fur et à mesure, moins de place... voilà ce que m'a inspiré ton post du jour ! quant'aux élèves, je pense qu'ils te rendent ce que tu leur envoies !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ma belle, je pense effectivement que ce thème est ton domaine de prédilection ! D’ailleurs, j’ai hâte que tu nous parles un peu plus de cela. Je t’embrasse et je te remercie beaucoup pour ton message❤️

      Supprimer
  4. L'état d’esprit, tout est dans l'état d'esprit ma belle!
    Fut un temps j'étais amatrice du célèbre "c'est pas journée!" et du coup je vivais des journées de merde de A à Z. Depuis que j'ai abandonné cette maxime, je vis différemment!
    Grosses bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis entièrement d’accord avec toi je pense que l’état d’esprit fait énormément, je t’embrasse fort.

      Supprimer
  5. Encore merci pour ce bel article article courageux. Et un gros "booouhh" à tous ceux qui n'ont su répondre que par des insultes. Quand on arrive pas à argumenter sur le fond, alors on s'attaque à l'auteur ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour ton message, ça fait toujours plaisir d’avoir du soutien !

      Supprimer
  6. Très bel article, et j’espère, un jour, parvenir à prendre le recul face aux émotions négatives (il y a énormément de boulot ��)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te rassure, pour moi aussi il y a beaucoup de travail. Et la plupart du temps je n’arrive jamais à le faire sur l’instant. Mais je trouve que le faite d’y réfléchir, même après coup, aide beaucoup…

      Supprimer
  7. Je suis tout à fait d'accord avec toi ma Lina. Il est parfois difficile de se raisonner. Je suis la première à m'emporter et à réfléchir après, mais je me dis que tout s'apprend et qu'il n'est jamais trop tard pour bien faire. Je t'embrasse!

    RépondreSupprimer

Dis-moi des mots doux...

Rendez-vous sur Hellocoton !