Libellés

Habiter en famille chez ses parents. J'ai testé pour vous

24 févr. 2019






Mes truites sociables,

J'ai souvent reçu des messages et des commentaires concernant notre cohabitation (temporaire) avec mes géniteurs, du style: "Ma pauvre, ça va? Tu arrives à survivre?" Ou bien: "Oh là là, mais comment vous faîtes, moi je pourrais jamais habiter chez mes parents!".
Pourtant, personne ne se met à la place de mes parents, car ils sont les premiers à s'être sentis envahis et je peux vous dire qu'envahissants, nous le sommes. D'ailleurs, ma mère aime nous appeler "Les Envahisseurs". Le ton est donné.  Je lui avais proposé de témoigner dans cet article, mais elle a poliment décliné l'invitation, par peur des représailles.


Mes parents


Je commence donc ce billet en exposant leur situation à eux, mes pauvres parents, qui ont eu la gentillesse de nous héberger en attendant que nous vendions notre appartement, afin que nous n'ayons pas des doubles traites à payer. (Un dossier de canonisation a été déposé auprès du Vatican) (Réponse attendue en 3016). La maison de mes parents n'est pas immense, ni extensible, bien qu'ils aient aménagé le grenier récemment. Même s'ils ont deux salles de bain, on est forcément un peu les uns sur les autres: mes enfants ont beau avoir une chambre chacun, ils laissent traîner leurs voitures cars et leurs légos un peu partout dans la casbah: hier encore, j'ai dû chasser une procession de playmobils du salon et expulser une poupée Raiponce du tiroir à culottes de grand-mère. La vie est un dur combat. Et je ne vous parle pas de la galère des repas à organiser pour ma pauvre mère: certes, nous avons affiché des "menus-type" dans la cuisine, pour ne pas qu'elle ait à trop se creuser la tête pour faire les courses, mais cela reste tout de même compliqué à gérer pour elle: il y a les jours où les enfants ont leur purée mais où ils veulent manger une langue de boeuf comme nous, et puis il y a les jours où on a prévu poulet frites pour tous mais où ils se saigneraient les quatre membres pour avoir une soupe au cresson. Je ne vous parle même pas des lubies de  Pinces d'Or qui est en période détox en ce moment et qui n'ingère que de la salade sans sauce et sans sel. Ce mec aurait dû être blogueuse dans une autre vie. Ou tortue.
A cela s'ajoute la logistique scolaire: ce sont mes parents qui accompagnent les enfants le matin à l'école pour leur éviter la garderie. Ce sont eux aussi qui les récupèrent le midi, pour leur éviter la cantine. Et puis ce sont toujours eux qui gardent Couette-Couette l'après-midi pour qu'elle fasse sa sieste au calme. Il est prévu qu'une rue du village porte leur nom en 2071.


Nous


Ben, nous, on est très reconnaissant envers mes parents de nous aider autant. Ca n'empêche pas d'être très impatients d'avoir enfin notre chez nous. Cette situation est plus facile à vivre pour moi, car il s'agit de ma famille. C'est moins évident pour Pinces d'Or, même s'il s'entend bien avec mes parents. Le tout reste vraiment vivable et supportable, surtout que mes parents partent régulièrement en vacances pour laisser un peu d'air à chacun. Je suis tellement heureuse d'habiter enfin près de la mer que tout me va: mais j'ai aussi tellement hâte d'entrer dans ma nouvelle maison et de retrouver mon train train habituel: épilation de la moustache en toute sérénité, ré-instauration des mercredis tout nus, divorce oral et lancer de chaussettes sales les jours en -i,  séances de ménage en string panthère au son de Beni Benassi. On a hâte, wesh.
Je vous rassure, nous ne ferons donc pas le titre du prochain Faîtes Entrer l'Accusé: quadruple homicide dans le Languedoc Roussillon: Une famille de quatre personnes retrouvée lapidée à coup de poêle tefal:  le chat obèse s'obstine à rester muet.

A l'heure où je publie ce billet, nous avons enfin emménagé dans notre maison! Cette cohabitation aura donc duré sept mois au total. Une goutte d'eau dans l'océan d'éternité de la vie (hashtag lofteuse intello). J'essaie de contacter mes parents depuis plusieurs jours, en vain. C'est étrange, le double des clefs qu'ils m'avaient laissé ne fonctionne plus dans leur serrure. Le froid certainement...
Maman si tu me lis, rappelle-moi steuplé.

Des bécots,

Frau PrunO.

28 commentaires :

  1. AHah ! Tu m'as bien fait rire et tu m'as rappelé de bons souvenirs : avant notre départ à Dubai, mes parents nous ont hébergés mes enfants et moi (mon mari était déjà à Dubaï) pendant 2 mois.
    2 mois à 5 dans leur petit appartement avec une chambre et un petit bureau... Mes parents ont dormi dans le salon pendant tout ce temps et ils ont supporté les cris et les pleurs de mes enfants tous les soirs (oui, les couchers étaient très compliqués à cette période).
    Je me rends compte en lisant ton article qu'un simple remerciement ne suffit pas. J'envoie la demande de canonisation de suite ! On mettra la statue de tes saints parents et des miens dans la même église ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne savais pas que tu avais connu ça toi aussi! Dans un appartement, je compatis, tes parents sont vraiment des saints! L'avantage de ce genre d'expériences, c'est qu'on se sent encore plus chez soi après!

      Supprimer
  2. Honnêtement, tu as beaucoup de chance d'entretenir de tels rapports avec tes parents. Et je confirme qu'ils méritent la canonisation ;-)
    Des bisous !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'ai conscience que c'est une chance d'avoir des parents en or:)

      Supprimer
  3. Ton article est tellement drôle ! ^^ Où trouves-tu l'imagination pour écrire ainsi ? :P En tous cas 7 mois c'est beaucoup ! Avec ma famille, j'en serais bien incapable, peut-être plus avec la famille de mon copain je pense !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Roberta, ton message me touche beaucoup! Je savais que ce serait temporaire, du coup, ça aide beaucoup à prendre du recul et à tenir ;)

      Supprimer
  4. Coucou ma belle. Tu m'as bien fait rire, comme d'habitude ! Tes parents sont vraiment formidables. Gros bisous

    RépondreSupprimer
  5. Dis-moi tout de suite les prénoms de tes parents, que je les fasse rajouter illico dans la litanie des Saints. Pour les remercier, je te suggère de leur faire livrer un cierge de 300 kg, comme ceux qui brûlent à Lourdes devant la grotte ?

    RépondreSupprimer
  6. La canonisation ne suffira pas pour les miens alors! Merde!
    Bon en même temps c'est eux qui étaient chez moi mais pour m'aider donc ça revient presque au même. Sauf que ça a duré beaucoup plus longtemps et dans 40m2 seulement. Je pense que moi je devrais avoir une médaille!
    Le tout c'est que ça y est vous soyez dans votre maison et viva la vie à poil! C'est quand même plus sympa!
    Plein de bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je compatis aussi pour ta cohabitation forcée! Je me rappelle que ça te pesait à un moment donné. Est-ce que tu entretiens toujours de bons rapports avec eux? Je t'embrasse ma belle!

      Supprimer
  7. Je me reconnais totalement dans cette description de tes parents: les miens sont les mêmes. J'ai d'excellentes relations avec eux, mon mari également, je sais qu'on pourra toujours compter sur eux, et habiter avec eux serait loin d'être horrible. Papa, maman, je vous aime!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vive les parents! C'est pas si courant d'entretenir ce genre de relations ;) Nous sommes chanceuses!

      Supprimer
  8. Ahah ça me rappelle des souvenirs ! On a testé aussi la cohabitation pendant 7 mois, alors que j'étais enceinte de Paupiette et que l'HomCostaud rénovait la maison ! Franchement je re-signe sans problème !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chouette! Rentre dans la ronde des colocataires épanouies!

      Supprimer
  9. J'avoue, je crois que tes parents ont un sacré mérite ^^
    Votre situation est tout à fait logique et sûrement le mieux que vous pouviez trouver... mais j'avoue que je crois que ça aurait été très dur de retourner chez moi... Je n'ai définitivement plus la même vie que mon père et ma belle-mère prend un peu trop de place ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, rien que le terme belle-mère semble déjà incompatible avec le principe de cohabitation ;-)

      Supprimer
  10. Pfff....arrêtes de mentir....avoues tout, on veut du très croustillant �� !!! Toute cette belle prose pour avoir du rab de dessert dimanche prochain ...Ravie que votre emménagement se passe bien. Bises a la famille (parents hébergeurs compris)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha! T'as tout compris, j'ai intérêt à me tenir à carreaux, dimanche prochain c'est couscous! Bises à vous aussi!

      Supprimer
  11. J'adooore te lire. Tes parents sont des sains. Crée un blog secret pour les anecdotes croustillantes steuplé. Ou une newsletter. Inscris moi d'office. Merci, bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ma poulette! Je ne sais pas comment créer une newsletter et je le vis très mal! Gros bisous mon chaton!

      Supprimer
  12. Merci pour cet article, c'est toujours très agréable de lire ça après une journée de boulot ^^

    RépondreSupprimer
  13. C'est super que tout se soit passé au mieux.
    Personnellement je reviens chez mes parents avec tous les Pilous à chaque période de vacances pendant **roulement de tambour** 5 jours !!!
    Et C'est là limite pour tout le monde ;)
    Mon père vieux avant l'âge qui voit son train train **très légèrement mais déjà trop** modifié.
    Ma mère qui veut compenser tous les autres jours de l'année où elle ne nous voit pas.
    Et papa qui vit de plus en plus mal ces semaines seul à la maison à vivre uniquement dans le canapé.
    Un joyeux bordel ♡♡♡
    Mais la situation actuelle est bien plus sereine qu'il y a qq années où je servais de tampon à leurs soucis que tous essayaient de cacher... d'ailleurs je pense que si une véritable cohabitation devait avoir lieu aujourd'hui elle serait nettement plus envisageable que par le passé ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Figure-toi que nous avions l'habitude de passer pratiquement toutes nos vacances chez eux;) Surtout les deux mois d'été, donc on était habitués à cohabiter pendant de longues périodes! Merci pour ton message!

      Supprimer

Dis-moi des mots doux...

Rendez-vous sur Hellocoton !