Libellés

Notre mois d'octobre

4 nov. 2018





Mes gyrophares bipolaires,

Le mois d'octobre a défilé à toute vitesse, je ne l'ai pas vu passer. C'est certainement dû à l'effet vacances (je décline toute responsabilité quant aux envies d'homicide fulgurantes qui pourraient découler de la lecture de ce billet).

Le temps scolaire



Nous avons passé une petite partie du mois d'octobre à quatre seulement, car mes parents sont partis trois semaines en vacances. Du coup, le rythme de nos journées a été un peu modifié: les petits allaient à la garderie très tôt le matin et mangeaient la plupart du temps à la cantine. Au départ, j'étais un peu stressée à cette idée, mais finalement, tout s'est très bien passé et les enfants réclament même de retourner à la garderie et manger à la cantine. Ces deux créatures échappent à tout entendement humain. C'est décidé, l'année prochaine, je les inscris à l'internat.
Puis mes parents sont revenus. Bronzés, fringants, chauds comme des paninis. A croire que trois semaines sans cris de goret et batailles de playmobils volants leur ont été bénéfiques. J'ai beau chercher, je ne comprends pas pourquoi.
Avec leur retour, le rythme des journée a ralenti: ma mère nous a concocté de nouveau de bons petits plats, j'ai pu refaire quelques grasses mâts, Pinces d'Or a remis son slip à paillettes, mes parents ont pu amener les enfants à l'école (qui réclamaient malgré tout d'aller à la garderie) (le fouet, je vous dis, le fouet).

Les vacances






Ensuite, les vacances de la Toussaint sont arrivées (respirer profondément, calmement et ne pas le prendre perso). Nous avons pu profiter de ma sœur et de mon beau-frère pendant une semaine et c'était vraiment super. A nous les soirées cocooning, emballés dans un plaid à discuter de tout et de rien. On a beaucoup parlé de la décoration de notre future maison et des aspects logistiques qui s'y rattachent. Ma sœur, en plus d'être blogueuse professionnelle, community manager et conseillère fiscale, s'avère également être une excellente décoratrice d'intérieur. 
On a aussi profité des vacances pour emmener les enfants à la plage, à l'aquarium et au zoo. Finalement, le projet de laisser Couette-Couette dans l'enclos des hyènes était un peu prématuré. Pour les hyènes.
Et puis, entre deux raclettes, trois feux de cheminée, et huit apéros,  j'ai eu une idée de génie: et si on se faisait un petit week-end à Paris en amoureux, Pinces d'Or et moi? Cela fait quelques années que nous avons pris l'habitude de nous rendre dans la capitale pendant les vacances de la Toussaint. J'adore y aller à cette période. Quand j'habitais en Lozère, cela s'expliquait facilement par l'hyperventilation: j'avais besoin de sniffer régulièrement des pots d'échappement. Mais je me suis rendu compte qu'en habitant à Montpellier, la capitale me manquait toujours autant. Nous avons  donc réfléchi à la question suivante: y allons-nous seuls, ou avec un des deux enfants? (pas les deux, t'es ouf ou quoi).
J'étais franchement hésitante et pleine de culpabilité, mais Pinces d'Or, ce Saint Homme, a tranché dans le vif après quatre secondes et demi de réflexion: on y va sans enfants, et on prend mon stérilet tour Eiffel. Ma mère, mise devant le fait accompli, et prise en otage devant la soudaineté de notre projet et la force persuasive du rosé, n'a pas pu dire non.
Et nous voilà donc embarqués dans un Oui Go, direction Paname. J'ai versé quelques larmes dans la voiture au moment de franchir le portail mais devant l'excitation épileptique de mon mari,  qui s'est transformé en junkie sous acide dès nous avons quitté les gamins, j'ai vite été prise dans le tourbillon de joie ambiant.

Paris





On a passé trois nuits en tout dans la capitale, grâce à la gentillesse de ma sœur et mon beau-frère qui nous ont laissé leur joli appartement pendant notre séjour. Ce format de deux jours complets sur place est idéal: ça nous a forcés à faire le maximum de choses pour bien profiter. On s'est fait plaisir en mangeant midi et soir au resto (l'intérêt de ne pas rester longtemps, c'est qu'on peut dépenser de l'argent sans devoir envisager pour autant de vendre un de ses reins à un hôpital roumain). J'ai même eu le temps de faire un peu de shopping et de flâner seule dans les rues de la capitale.



La dernière fois, en écoutant une émission passionnante sur France Culture, j'ai appris avec le plus grand étonnement qu'il y avait une exposition sur le tyrannosaure rex en ce moment dans la capitale. Aussitôt, mon cœur d'enfant n'a fait qu'un bond: c'est qu'il n'existe que trois squelettes complets de t-rex au monde. Ceux qu'on voit dans les musées ne sont que des moulages pour la plupart. Je n'ai découvert cette exposition que tardivement et j'étais désespérée à l'idée de la manquer car elle finit début novembre.  Je suis le seul être vivant au monde à transpirer de la moustache devant des ballerines Repetto et un squelette de dinosaure. Alors forcément, j'ai été très émue lorsque je suis rentrée dans la salle et que j'ai découvert ce squelette intact et bien réel.

squelette de Tyrannosaure


squelette d'Emontosaure


L'exposition nous dévoile également un squelette authentique d'Edmontosaure, c'est très impressionnangue.
Le soir,  avons passé un dîner délicieux avec nos meilleurs amis au Dellys, notre deuxième maison parisienne. J'y ai retrouvé mes deux copines blogueuses, Cécilia et PRGR, qui se sont jointes à nous pour la soirée. C'était vraiment sympa. Je me rends compte que c'est vraiment une immense chance d'avoir des amis fidèles et sincères. Les revoir me rebooste toujours pour les mois à venir. On se remémore les souvenirs, on élabore des projets, on fait le plein d'amour.
Le lendemain matin, j'ai laissé Pinces d'Or récupérer trente-trois minutes d'espérance de vie ainsi qu'une partie de son foie et j'en ai profité pour me promener seule dans la capitale. 



Je pense que Paris est un élément constructeur fondamental de mon bonheur. C'est comme chez Zara, j'ai besoin de m'y rendre souvent pour me ressourcer.

L'après-midi, on a flâné  un bon moment avec Pinces d'Or: on s'est promenés dans les rues pluvieuses de Pigalle, on s'est rappelé nos lieux de sorties nocturnes d'antan, du temps où nos cheveux blancs n'avaient pas encore décidé de proclamer leur indépendance. Le soir, nous avons vu une pièce de boulevard très drôle: Un week-end tranquille, à la grande Comédie. On a beaucoup ri et j'ai ainsi remusclé une partie de mon périnée hypertonique (on attaque le petit troisième en 2091). 


On a terminé notre week-end par un délicieux resto italien. C'était merveilleux. Je m'étonne encore que Pinces d'Or ait accepté tout cela sans rechigner, lui qui, d'habitude, trouve au moins seize mille excuses pour ne pas dégainer sa carte bleue (il reste une boîte de maquereaux dans le placard, ce serait indécent de ne pas les manger / chérie, je n'ai plus que trois euros cinquante sur mon compte, même en ne prenant qu'une entrée et une compote, ça va être chaud pour le resto/ je peux pas venir, j'ai aquaponey/ on ne va pas aller au resto alors qu'il reste encore du surimi dans le frigo/ je peux pas sortir, c'est contraire à ma religion). Bref, c'est plutôt tendu d'habitude pour sortir cette grande chose de son habitat naturel. Mais là, je ne sais pas si c'est l'effet sans enfants,  j'avais l'impression d'avoir une blogueuse lifestyle hyperactive à mes côtés. Du coup, ces trois jours m'ont donné un avant-goût du paradis. Il ne manquait plus que ma mère pour que la fête soit totale.


Voilà pour cette chronique automnale. Je suis chauffée à bloc pour accueillir novembre. J'ai mis ma gaine en fourrure, celle avec un renne du père Noël. Disponible uniquement dans le Phildar de Lozère. Désolée les gars, c'est un modèle collector. 

Et vous, ce mois d'octobre?

Des bécots,

Frau PrunO.

26 commentaires :

  1. mon dieu quelle folie ! tu m'as l'air remontée à bloc telle un bataillon prussien ! avec toi les déprimes automnales ne sont qu'une faste foutaise ! je suis ravie de te lire autant en forme... et il vaudrait mieux, parce que là tu va devoir bosser jusqu'à Noel avec des enfants et ados surexcités !! ( est ce que ma tentative de démoralisation a marché ????) bisous !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi, démoralisée ? Jamais ! Je suis chauffée à bloc avec mon bataillon de gamins surexcité ! Ils vont voir de quel bois je me chauffe…

      Supprimer
  2. Franchement, vous avez été hyper efficaces je trouve ! C'est l'avantage aussi de loger en plein cœur de Paris ;-) En tout cas, ravie de t'avoir revu (même si je n'étais pas très en forme) et vivement ta prochaine remontée parisienne !
    Plein de bises à toi (et aussi à Pinces d'Or) :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toi, pas en forme ? Je t’ai trouvé aussi fraîche et pimpante qu’une pina colada ! Hâte de renouveler ça… Gros bisous

      Supprimer
  3. Tu me donnes tellement envie de retrouver Paris... merci de m’avoir un peu emmenée avec toi grâce à cet article. Octobre j’en parle demain (copieuse ;) ) mais je peux déjà dire qu’il y avait moins de vacances dedans ;) .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C’est vrai que passer quelques jours à Paris, c’est absolument merveilleux… J’espère que tu auras aussi l’occasion de le faire. ! Je t’embrasse.

      Supprimer
  4. Paris, c'était en septembre pour moi... et pour le travail. Quelques balades et surtout des nuits réparatrices ! Paris me manque... sauf quand je m'imagine y vivre avec des enfants.
    Sinon, une semaine de vacances en Bavière (mais les vacances allemandes, donc début octobre) et le boulot !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi c’est pareil, Paris me manque beaucoup. Mais effectivement, ils eurent avec les enfants serait vraiment compliqué, surtout qu’on a pas les moyens financiers pour. Sinon, quelle chance la Bavière ! C’est vraiment magnifique comme région…

      Supprimer
  5. Coucou ^^
    J'ai adoré lire ton billet :)
    La squelette du dinosaure est impressionnante sur les photos waw !
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci infiniment pour ton passage par ici ! J’ai adoré le squelette moi aussi, et j’étais très émue en le voyant ! À très bientôt j’espère !

      Supprimer
  6. Génial! Un mois au top pour toi. 😊 De quoi refaire le plein d'énergie pour la période qui arrive #noeladdict c'est du serieux 😉 Gros bisous et bonne rentrée (ben oui faut bien aussi #hyenejalouse) 😘😘😘

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Gros bisous ma Lise, je t’embrasse fort !

      Supprimer
  7. Un mois d'octobre tranquille. Pendant les vacances, nous ne sommes pas allés bien loin, juste des jours à la campagne pour fuir la ville et sa pollution ! Des moments très agréables de connexion avec la nature pendant lesquels les enfants ont découvert que c'est beau de marcher pieds nus dans l'herbe ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle chance, de pouvoir s’évader à la campagne ! Et de fuir la pollution, par la même occasion… Ça a du être un très chouette mois d’octobre pour vous aussi !

      Supprimer
  8. Mais quelle virée de foliiiiie, quel stakhanovisme touristique ! Je vous admire.
    Tu oublies de dire que tu nous as donné rendez-vous dans un bouge mal-famé dans une rue glauque dans un quartier sinistré, il fallait vraiment que j'aies envie de vous rencontrer Cécilia et toi pour m'aventurer en plein Mordor.
    (Sinon, toi qui est hyper à la page et au top des dernières tendances, tu as mis une adresse totalement périmée pour mon blog, qui est maintenant : prgr.fr !)
    des bises ma chère, ton mari est fort mignon également !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. que j'aie sans S, horreur, terreur, malheur

      Supprimer
    2. Mince, désolé pour l’adresse! Je vais corriger ça… Sinon, j’ai l’impression que tu ne te remettras pas d’avoir mis les pieds dans les quartiers de Gare du Nord ! Tu sais, nous les profs de ZEP, on a peur de rien… En tout cas, j’étais ravie de t’avoir rencontrée !

      Supprimer
  9. Alors comme ça, pendant que je batifole à Lille, on se fait des soirées privées à Paris? Coquine, va! C'était raconté de manière savoureuse, comme d'habitude!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour ton message, ma poulette ! Je ne savais pas que tu habitais à Lille… Il faudra qu’on se voit aussi sur Paris I de ces quatre !

      Supprimer
  10. Coucou ma Frauleine, ça fait longtemps! Tu as eu raison d'en profiter! Je rêve d'un week-end avec mon cher et tendre (quand les enfants seront majeurs lol). Non mais trop de chance le t-rex! Joli mois d'octobre en tout cas. Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, mais te revoilà par ici toi ! Ça me fait très plaisir de te revoir ! Je t’embrasse ma belle…

      Supprimer
  11. Tu me vendrais presque un weekend à Paris à moi qui n'aime pas la capitale... On doit y aller d'ici la fin du mois et nous n'avons toujours rien d'organiser... La grande question, c'est Est ce que on reste dans Paris même ou on fait ce qu'on a à faire et on remonte un peu plus à la campagne... J'avoue que tu viens de me mettre le doute ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais il y a plein de choses à faire à Paris ! Commencer par une petite pièce de théâtre, un bon petit resto, et ensuite une jolie balade dans les ruelles de Paris… Je suis sûre que tu vas apprécier !

      Supprimer
  12. J'ai ri tout haut en lisant cet article, tout est si drôle ! Merci <3

    RépondreSupprimer
  13. J'étais sûre d'avoir commenté cet article ! J'ai adoré ta joie et ton enthousiasme quant au week end parisien, on sent toute ta gaieté et ton bonheur, ça m'a fait plaisir de lire ça :-)

    RépondreSupprimer

Dis-moi des mots doux...

Rendez-vous sur Hellocoton !