Libellés

Peur de prendre l'avion

26 août 2018







Mes coucous volants,

Les vacances touchent à leur fin, bientôt la rentrée (Xanak-défenestration-hyperventilation), je me suis dit que c'était le moment idéal pour vous parler avions et grosses bourlingues. J'adore être à contre-courant des tendances. Il y a des sujets que j'aborde plus que d'autres sur ce blog: ainsi, je disserte plus volontiers sur mon épisiotomie imaginaire que sur mes angoisses et mes peurs (figurez-vous que Tara Jarmon a fermé à Montpellier). Ce blog se veut léger et frivole, comme Christina Cordula, ce n'est pas sensé être une psychothérapie, mais je me suis dit que 2018 était l'année du changement. Et du divan. Allez, je m'allonge, c'est parti. Qui se dévoue pour me papouiller la tête?


Une grande voyageuse


Loin de moi l'idée de me prendre pour le Christophe Colomb de la blogosphère (même si j'adore la paëlla), mais sachez, jeunes mouettes frimeuses, que j'ai pas mal bourlingué étant enfant et ado.
Voui, tout à fait. Etant née au Cameroun, j'étais de toutes façons destinée à aimer prendre l'avion. J'ai ainsi écumé Yaoundé, Le Caire et Abidjan, quand j'étais petite. Et c'est justement le vol pour la Côte d'Ivoire qui a déclenché en moi cette peur panique de l'avion.


La première cause de ma phobie


Si vous êtes un lecteur assidu de ce blog (un gros bécot sur votre téton gauche), vous devez certainement savoir que j'ai passé un an à Abidjan lorsque j'avais dix ans. Mon père, ancien agent secret du Mossad, s'est vu confier une mission d'an an dans cette ville. Il est d'ailleurs parti un mois avant nous et nous l'avons rejoint par la suite, ma mère, ma soeur et moi. Ce voyage en avion reste un des pires souvenirs de ma vie, peut-être même le pire (quoique le jour où j'ai raté les ventes privées chez Sandro reste un moment douloureux pour moi).
Déjà, nous avons eu des soucis lors de notre correspondance à Paris: Après avoir pris l'avion de Montpellier jusqu'à la capitale, nous nous sommes retrouvés bloqués à Orly car notre avion n'était plus disponible. (wfk?) Je garde un souvenir assez rocambolesque des centaines de passagers, à l'aéroport, qui manifestaient et criaient leur colère (ma mère en premier) et leur incompréhension face à cette situation inadmissible. Je me rappelle aussi qu'elle nous avait acheté des petits jouets, à ma soeur et à moi, pour nous faire patienter. J'ai ainsi reçu en cadeau ce jour là,  les poupées des triplés (si toi aussi tu as grandi dans les années 80, tape dans tes mains).
Bref, on a fini à l'hôtel où une très courte nuit nous attendait. On a dû se lever tôt pour pour prendre l'avion pour de bon cette fois. Un vol direct Paris-Abidjan. Enfin, c'était sensé être un vol direct.  On avait déjà plusieurs heures de retard sur notre horaire d'arrivée (je vous rappelle que mon père nous attendait à l'aéroport).
Après quelques heures de vols, un violent orage est survenu, occasionnant d'énormes trous d'air. Mais attention, pas des trous d'air de seconde zone, non... Des trous d'air qui duraient plusieurs secondes, durant lesquelles, on se sentait littéralement tomber. (J'ai pris l'avion de nombreuses fois dans ma vie et les trous d'air dits classiques n'ont vraiment rien avoir avec ceux que j'ai vécus durant ce vol).
Cela aurait pu moins nous affoler, si l'équipage nous avait avertis de la violence de l'orage. Il aurait pu nous rassurer en nous disant que les trous d'air dureraient longtemps et seraient très forts, mais que c'était normal.
Or, on ne nous a rien dit. Les hôtesses de l'air se sont attachées, affolées, sans rien nous communiquer. Au bout de quelques minutes, sous la violence des intempéries, les lumières se sont éteintes. Les trous d'air étaient de plus en plus forts. Il n'y avait plus que les veilleuses qui éclairaient l'appareil. Les gens se sont mis à hurler. Certains à pleurer. Les bagages dans les compartiments au-dessus de nos têtes sont tombés par terre. Pour vous dire à quel point l'avion était instable. Je me rappellerai toujours cette sensation de l'appareil qui tombe, pendant plusieurs secondes interminables. Je me rappellerai toujours du coeur qui se soulève. Je me rappellerai toujours que j'ai vraiment cru mourir.
Ma mère a été un exemple de courage. Elle rassurait les passagers à nos côtés en leur disant de garder leur calme, que ça allait finir par passer. Ma petite soeur, qui n'avait que deux ans à l'époque, s'est à moitié évanouie. Elle a fait une syncope.  Ma mère l'a détachée et prise contre elle. Moi, j'étais pétrifiée, accrochée aux accoudoirs de mon siège, je n'ai pas pleuré, mais j'ai pensé que c'était la fin. Ma maman, stoïque sur son siège,  m'a alors détachée, moi aussi en me disant: "Viens sur moi ma chérie, si on meurt, on meurt toutes les trois ensemble."
Et puis l'orage s'est calmé, l'avion a fini par se stabiliser et il a atterri en urgence à Bamaco, au Mali. Sitôt l'avion posé, la scène qui s'est déroulée sous nos yeux n'en était pas moins apocalyptique: les passagers, presque tous des noirs, pleuraient, beaucoup priaient en remerciant Dieu de les avoir sauvés. Je me rappelle d'une dame qui serrait dans ses bras une poupée en pleurant. Moi, je me suis amusée à courir dans les allées de l'appareil avec les autres enfants. Je me rappelle qu'on est restés très longtemps à l'aéroport de Bamaco. Il y a de l'eau dans les tuyaux, il faut réparer l'avion, nous a t-on dit. Plus tard, on a appris qu'il y avait eu un coup d'état dans l'aéroport, les militaires avaient pris le contrôle de la place, emprisonnant ainsi notre avion. Je pense que j'aurais préféré savoir la vraie raison, elle m'aurait moins effrayée que l'invention du problème technique. Je me rappelle aussi de nos voisins de siège qui ont remercié ma mère d'avoir gardé son calme dans toute cette hystérie collective.
L'avion a fini par redécoller, et puis trois heures plus tard, nous avons enfin atterri à Abidjan et retrouvé mon père, mort d'inquiétude. Notre avion avait tout de même plus de 2 jours de retard. On sait où sont vos valises, Monsieur! Elles sont bien arrivées!
Je m'en fous des mes valises, où sont ma femme et mes deux filles? Il est resté dans l'ignorance pendant ces deux jours.

Voilà donc pourquoi j'ai si peur de prendre l'avion. Je pense vraiment avoir ressenti ce qu'on ressent lorsqu'un avion s'écrase: la panique qui s'empare des passagers, l'avion qui tombe pendant de longues minutes, le noir dans l'appareil, le silence de l'équipage... Pourtant, j'ai réussi à occulter ce souvenir pendant de longues années: Lorsqu'on est rentrés en France, un an plus tard, j'avais très peur de prendre l'avion, évidemment. Le traumatisme du voyage aller était toujours là. Mais quelques années après, poussée par une frénétique envie de voyager, j'ai totalement occulté cet épisode de ma vie. Je suis ainsi allée en Norvège pendant deux semaines, je suis allée aux Etats-Unis lors d'un échange scolaire en seconde,  puis à l'Ile Maurice pendant un mois, avec ma meilleure amie. J'avais 17 ans et nous avons pris l'avion toutes les deux, pour rejoindre son grand frère qui vivait là-bas. Quand j'avais 19 ans, nous sommes allés en Floride pendant trois semaines avec mes parents, sans aucune crainte de ma part.
Et puis, juste après notre retour, il y a eu le 11 septembre.


La deuxième cause de ma phobie.


Le 11 septembre m'a traumatisée. Il a traumatisé beaucoup de monde, je le sais, mais une chose est sûre: après cette date, j'ai eu de nouveau très peur de prendre l'avion. Comme si cet événement avait ravivé en moi le souvenir du vol pour Abidjan.  Le fait de ne pas pouvoir contrôler l'appareil, le fait de n'avoir aucune emprise sur cette machine, d'avoir sa vie confiée entre des mains étrangères me terrorise. Et je ne parle même pas de l'hypothèse d'avoir un kamikaze à bord,  certes aussi peu probable que celle de croiser Kate Middleton chez Phildar en Lozère.
En tout cas, je flippe ma mère. Tant que je n'avais pas d'enfants, je réussissais tant bien que mal à me raisonner, l'envie de voyager étant plus forte que tout: Ainsi, je me suis rendue à Berlin avec une amie, puis à Prague, Dublin et au Canada avec Pinces d'Or. Manque de bol, il a autant peur de l'avion que moi. Le dernier voyage en avion que nous avons fait était à Cuba. Tout s'est bien passé mais j'étais tétanisée dans l'appareil. Surtout au moment du décollage. C'est idiot, mais une fois en l'air et l'avion stabilisé, j'ai moins peur. Quand on atterrit aussi, je me dis qu'on se rapproche du sol, que même si l'avion s'écrase, j'aurai sans doute une chance de survivre. C'est idiot, je sais. En tous cas, j'ai tellement eu peur lors du trajet aller, en allant à Cuba, que pour le retour, j'ai partagé une bouteille de vin rouge avec Pinces d'Or pour noyer ma peur. Ca a fonctionné, sauf qu'en arrivant chez nous à Paris, j'ai ramené dans mes valises la première gastro de ma vie.


Aujourd'hui


Depuis que j'ai des enfants, j'ai encore plus peur de prendre l'avion. Que ce soit avec,ou sans eux. Pinces d'Or est exactement comme moi.  Je ne m'imagine pas partir à des milliers de kilomètres loin d'eux et  peut-être ne jamais les revoir. Je suis terrorisée à l'idée que mon avion s'écrase.  Je suis pourtant bien consciente qu'on a mille fois plus de chances de mourir en  prenant la voiture ou en  mangeant un Apfelstrudel  qu'en montant dans un avion, mais que voulez-vous...
Je trouve ça tellement stupide que j'aimerais bien changer la donne. J'aime tellement voyager! Et en ce moment, après l'année difficile que nous avons passée, j'aimerais faire un vrai voyage dépaysant. Pour la première fois depuis 5 ans, j'ai envie de faire un break, loin des enfants, dans un pays tropical, comme lorsqu'on était jeunes et presque vierges (épisiotomiquement parlant).
J'ai commencé à regarder des destinations lointaines: Je rêverais d'aller au Mexique ou au Brésil ou de retourner aux Etats-Unis faire la côte Ouest cette fois-ci, avec les enfants. Oui, les enfants. Chucky rêve d'aller aux US et moi, je voudrais vraiment lui faire plaisir et surtout, ne pas lui transmettre cette phobie idiote.  Bref, j'ai envie de surmonter ma peur et de croquer la vie à pleines dents. Alors, si vous avez des conseils ou des pistes, je suis preneuse! J'ai commencé à faire des incantations chamaniques à base de poils pubiens de mouton albinos, mais j'ai conscience que leur effet peut être assez limité. Si vous avez plus efficace.... Sinon, je pense me renseigner sur les tarifs des pédalos.

Et vous, peur de prendre l'avion, ou pas?

Des bécots.

Frau PrunO.



25 commentaires :

  1. Et ben quel scénario catastrophe ! Je comprends qu'il t'ait choqué et je suis même admirative que tu sois parvenue à reprendre l'avion ensuite.
    Pour ce qui est des conseils, hormis la séance sous hypnose ou une séance chez un thérapeute, je vois pas grand chose d'autre.
    Des bises ma Frau Warrior !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai jamais tenté l'hypnose car je n'y crois pas du tout, je pense que je ne serais pas du tout réceptive du coup.... Mais je sais qu'il existe des stages "anti-phobie"...

      Supprimer
  2. Après avoir lu ton récit, je me sens vraiment toute bête à dire que moi aussi j'ai peur de l'avion. C'était un coup à déclencher un bon gros syndrome de stress post traumatique ça ...

    J'ai peur de prendre l'avion justement à cause des trous d'air. Je pense que mon petit coeur serait capable de s'arrêter et/ou que je me mette tellement en phase de panique que je sois accueillie par des gentils mon sieurs en blanc à l'arrivée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que la peur de l'avion n'est pas si irrationnelle que cela: on ne peut rien contrôler et on livre sa vie dans des mains étrangères, ce n'est pas si aberrant que ça quand on y pense....

      Supprimer
  3. Et bien, quelle aventure ! C'est tout à fait normal que tu sois traumatisée du coup ! Je n'ai pas de pistes à te donner, à part peut être l'EMDR, que je n'ai pas pratiquée mais dont j'entends beaucoup de bien pour soigner des traumatismes.
    J'ai peur de l'avion également, et comme toi je me "détends" lorsque l'avion est stabilisé, mais bon, c'est quand même pas ça... Quand je vivais aux US, je me suis tapée tellement de longs vols que j'ai pris l'avion encore plus en horreur, alors que c'était mon seul moyen pour rentrer voir mes proches, bbbrrr ! J'avais l'impression de vivre en apnée pendant 12h, et ensuite j'étais brassée pendant deux jours (sans compter les jours de stress précédant le vol...). Bref, à quand la téléportation ?!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'EMDR? Je ne sais pas ce que c'est... En fait, ce qui me rassure, c'est de voir des gens super détendus quand ils prennent l'avion... Je me dis que si eux arrivent à ne pas avoir peur, c'est faisable pour moi aussi... Je scrute également les visages de l'équipage... Le fait de les voir détendus et souriants me rassure! En tout cas, merci pour ton message!

      Supprimer
  4. Quelle expérience!! Je comprends que tu en aies la phobie! Je n'ai rien vécu de tel et pourtant, depuis le 11 septembre, j'ai toujours un moment d'angoisse et si je peux éviter, j'évite... D'autant plus que comme toi, depuis que Tess est là, j'ai cette angoisse de lui faire subir ce genre de chose par nos choix!
    C'est un beau projet de vouloir partir en famille! Je n'ai pas de bons plans mais j'espère qu'on pourra aussi le réaliser plus tard! Après tout, la vie est faite pour en profiter :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas facile à gérer, cette phobie de l'avion... Tu me diras si tu as réussi à la surmonter et à la gérer avec Tess!

      Supprimer
  5. Coucou ! J'ai lu ton témoignage (j'ai souri plusieurs fois, pas à cause de ta phobie mais de ta plume et des ventes privées de Sandro) et j'ai lu les commentaires ! Je suis psy et j'ai vu que certaines avaient parlé d'hypnose et d'EMDR. Se sont de bonnes idées, une préférence pour l'EMDR dans ton cas (car il y a eu "traumatisme"/"choc"). L'EMDR est une thérapie brève (comme l'hypnose) qui se base sur des mouvements oculaires. L'objectif étant de dissocier l'émotion d'un souvenir, pour le rendre moins terrifiant et de le digérer sereinement. L'hypnose pourquoi pas aussi, thérapie brève et oui qui convient à tout le monde ;) On est tous réceptif à l'hypnose car on se met soit même en état hypnotique plusieurs fois par jour naturellement. Après, delà à vouloir lâcher prise en présence d'un thérapeute, c'est autre chose ! :)
    Quoiqu'il en soit EMDR ou hypnose font partis de la famille des TCC (thérapie cognitivo comportementale) donc voici quelques pistes si tu veux bosser sur ta phobie :D

    Si tu es intéressée, tu trouveras sur mon blog un article sur l'hypnothérapie justement !

    A bientôt,
    Line de https://la-parenthese-psy.com/therapie/la-zootherapie/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour tes conseils et ton message! Maintenant, j'en sais plus sur s'EMDR... En fait, dans mon cas, je ne pense pas que ce vol catastrophe soit la seule cause de ma phobie. Il y a aussi la peur de la mort qui intervient là dedans. Bref, je suis un vrai cas!

      Supprimer
  6. Tu as l'art de raconter tes aventures aériennes de façon très épique et par conséquent très drôle ! Ton expérience en avion est en effet terrifiante et je comprends tout à fait, malgré ton goût du voyage que celle-ci t'ait bloquée un certain temps...😲.
    Tu as raison cependant de vouloir dompter ta peur en envisageant de reprendre l'avion. La petite coupe de champagne à bord peut aider à oublier un peu qu'assis sur son siège, on ne repose... sur rien !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour ton message et ton passage par ici! Je pense que ce voyage catastrophe est le départ de ma phobie, mais il s'ajoute à ça la peur de la mort, qui est un vrai pb pour moi. Encore un potentiel sujet d'article ;-)

      Supprimer
  7. Tu m'étonnes que tu ne te sentes pas prête après une telle expérience!!
    Moi je flippe aussi plus depuis que j'ai un enfant. L'avion j'ai appris à apprécier quand j'étais en Irlande. Et puis maintenant m'envoler en laissant Loulou c'est tout une organisation psychologique. J'essaie de revenir à l'essentiel et de ne pas laisser la peur prendre du terrain.
    Pas de recette miracle. Désolé ma belle!! D'autres auront sûrement des idées de génie!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca me rassure de voir que je ne suis pas la seule! Gros bisous Marie!

      Supprimer
  8. Pas vraiment peur, non, mais si l'homme invente un jour un moyen de transport moins stressant (rapport à l'horreur des endroits confinés), plus rapide, même si un poil plus cher, je suis preneuse ;-)

    RépondreSupprimer
  9. OMG. Déjà, je tiens à te remercier d'avoir attendu que je sois revenue de mon périple pour publier un tel billet !! j'aurais pas trop aimé lire ça avant de partir... ton expérience me parait très traumatisante ! et comme d'autres je suis admirative que tu aies pu recommencer à prendre l'avion. de mon coté je n'avais pas peur plus jeune, mais depuis les attentats et les crash en tout genre je suis plus flippée, depuis que je suis adulte et maman évidemment encore plus... je me suis rassurée avant de partir en pensant a tous ces avions qui volent tous les jours, sans aucun problème. je me suis dit que franchement la probabilité qu'il y ait un problème était infime.. bref j’étais mieux une fois l’atterrissage effectué ! j'allais moi aussi te parler de l'emdr mais je vois que line te l'a expliqué, il y a maintenant un certain nombres de psy qui le pratique, ça vaut le coup de tenter non ? même si tu es sceptique, je pense que tu n'as rien a perdre. j'ai lu aussi l’excellent livre de Christophe André sur les peurs et les phobies, qui parle des TCC, (thérapies comportementales) qui sont efficaces en cas de phobies. il faut trouver le bon psy avec qui le courant passe, ça sera peut être le plus dur ! mais à Montpellier, tu auras le choix ! je crains que quelques gouttes d'huiles essentielles ou un massage plantaire ne soit pas suffisant dans ce cas... mais peut être tu peux commencer par un petit vol avec les enfants, en france ou en Europe ? avant d'envisager les Etats unis... mais évidemment, ça serait dommage de ne pas y aller un jour, c'est tellement chouette !

    RépondreSupprimer
  10. Ohlala quelle aventure ! Ma pauvre ! J'espère que ça ne m'arrivera jamais parce que les appels d'air ça me terroriste, mais genre tellement ! Je suis très stressée en avion en général, mais si ça se passe comme pour toi en allant à Abidjan... Je ne sais pas comment je réagirait ! C'est une situation qui doit être horrible ! En tout cas je te trouves courageuse d'avoir repris l'avion et d'avoir envie de le reprendre malgré la peur. Moi j'ai toujours très peur lorsque je dois prendre l'avion, je panique toujours avant le vol, pendant je stresse aussi, pourtant je n'ai jamais eu vraiment d'expérience comme toi avec l'avion. Je suis juste une éternelle stressée ! Heureusement, les hôtesses sont toujours adorables et m'aident toujours à rendre mon vol plus agréable, donc c'est déjà un bon point :)

    RépondreSupprimer
  11. Ton récit est décoiffant et c'est ce qui est génial avec toi: quelque soit le sujet que tu abordes, on le lira avec délices et sourire aux lèvres. Trêve de léchage de bottes. Sans avoir lu les commentaires plus haut, j'ai pensé direct psy et thérapie brève. Ton trauma est facilement identifiable. Je comprends ta peur car même si je ne la partage pas, j'ai toujours une pensée morbide au moment du décollage.

    RépondreSupprimer
  12. Coucou. Ton vol à Abidjan a dû être horrible ! Je n'ai jamais entendu parler d'un vol aussi terrifiant.
    Pour ma part, je ne peux pas te dire si j'ai peur parce que je n'ai jamais pris l'avion (Tu dois me prendre pour une extraterrestre). Par contre j'adorerais voyager dans des contrées lointaines. Mais j'ai une certaine appréhension à l'idée de me dire que s'il y'a un accident d'avion, je n'ai aucune chance d'y survivre. Gros bisous ma belle.

    RépondreSupprimer
  13. Quel article touchant ! ça devait être horrible de vivre un vol comme ça ! :O Après je trouve qu'en tant qu'enfant parfois on se rend moins compte des choses donc c'est peut-être plus facile que si tu l'avais vécu il y a quelques années. Mais ça reste un évènement très marquant !
    Hey à part ça oublie pas de mettre ton blog en https, c'est important ! ;) C'est super simple à faire si tu suis les instructions sur le blog de notuxedo, tu verras :)

    RépondreSupprimer
  14. hum ... tu m'étonnes que tu soit traumatisé après une experience pareille !!!! J'ai passé mon enfance dans les avions (team expat')et je n'ai jamais rien vécu de pareil.
    Perso, j'adore l'avion (surtout les longs courriers, oui oui) même si je le prend moins depuis une dizaine d'année (coucou le prix du billet). Pourtant paradoxalement, quand je prend l'avion j'ai un mélange d’excitation (on vol p****n !!!!) et de peur (et 'il m'arrivait quelques chose) surtout si je le prend seule ou mon mari et/ou mes enfants seuls, c'est morbide mais quitte à disparaître dans un accident d'avion, je préfère que ce soit en famille ...

    RépondreSupprimer
  15. Désolée mais j'ai ri : c'est de ta faute aussi, si tu n'avais pas mélangé Tara Jarmon et ton épique aventure... Mais redevenons sérieux 5 minutes : je comprends ta peur même si je ne la partage pas et, foi de globe-trotter, je comprends toutes les frustrations qu'elle engendre quand la terre est si belle à parcourir ! Niveau conseils, je ne vais pas pouvoir faire grand chose pour toi si ce n'est qu'à ta place, j'essaierais la psychothérapie comme suggéré par les autres (ou du moins commencerais par lire un bon bouquin sur le sujet des phobies de l'avion). Je dois faire partie de ces gens rassurants dans l'avion car calmes et souriants (enfin jusqu'à ce qu'un début de sciatique me ronge). J'ai aussi vécu un départ différé de 24 heures puis de très gros trous d'air puis un blocage de 6 heures à l'aéroport de Miami pour cause d'ouragan mais j'avoue que ça ne m'a pas traumatisée, peut-être parce que j'ai toujours entendu parler de ces phénomènes naturels et sans danger (mon père était pilote de l'armée de l'air avant de rentrer dans le civil et j'ai un oncle pilote retraité de chez Air France). La seule fois où j'ai finalement un peu flippé, c'est quand j'ai dû prendre un vieux coucou pour relier deux îles des Seychelles. Je prends souvent l'avion et c'est de loin mon mode de transport préféré, moi qui déteste la route pour cause d'ennui à répétition et ce qui me fait peur depuis les attentats du 11 septembre, ce sont surtout les aéroports quand il y a beaucoup de monde et les gares, surtout dans les pays ciblés par le terrorisme. Je préfère éviter la foule mais une fois dans l'avion, je suis apaisée... Je te souhaite en tout cas de "guérir" pour pouvoir vivre de nouveau de belles aventures lointaines !

    RépondreSupprimer
  16. Et bien, quelle épopée ! L'attitude de ta maman m'a beaucoup touchée et même émue; quelle femme ! Moi aussi je ne suis pas très rassurée en avion et je pense que la majorité des gens non plus, même si beaucoup le cachent bien.
    Christine

    RépondreSupprimer
  17. Tu décris assez bien ce qui m'effraie également ! J'ai dû prendre l'avion il y a quelques jours (pour un petit vol) et je me faisais les pires films dans ma tête. J'étais terrorisée dès que l'avion bougeait un peu... Inutile de te dire à quel point j'étais heureuse lorsque je me suis retrouvée sur la terre ferme ahaha

    Mais sinon le pédalo c'est pas mal comme alternative non ? :D

    Bises

    RépondreSupprimer

Dis-moi des mots doux...

Rendez-vous sur Hellocoton !