Libellés

Comment j'ai appris à lire à mon fils

17 juin 2018





Mes rossignols lettrés,



Il y a plusieurs mois, je vous annonçais dans un article mon envie d'apprendre à lire à mon fils de cinq ans. Vous étiez alors nombreuses à avoir réagi, certaines approuvant ma décision, d'autres ne la comprenant pas. Je ne vais pas refaire ici l'inventaire de tous les avantages que représente, à mon sens, l'apprentissage de la lecture avant l'entrée au CP, tel n'est pas mon propos. Cependant, si l'expérience vous intéresse, je ne peux que vous conseiller de lire cet article sur ce professeur des écoles qui a appris à lire à ses élèves de quatre ans. Je trouve cela impressionnant.

Comme je vous le disais, j'ai eu envie de reproduire mon schéma personnel (ma sœur et moi-même ayant appris à lire de bonne heure). Non pas que je fasse pas confiance aux instituteurs, non, ce n'est pas du tout ça, mais j'avais envie d'apporter quelque chose à mon fils, comme un cadeau pour la vie.

Je rédige cet article, mue par le souci de garder une trace de cet apprentissage. 


Est-ce que Chucky avait envie d'apprendre à lire?


Oui, il était demandeur. Les mots, l'association des lettres lui plaisent énormément, et il ne cessait de nous demander: "Maman, un -b et un -a, ça fait -ba? Papa, on entend quelles lettres dans -oiseau?" Ce n'est qu'un exemple, mais ces questions revenaient tous les jours, et sa maîtresse de moyenne section m'a confortée dans l'idée qu'il était mûr pour apprendre à lire. " Allez-y, foncez, c'est une très bonne idée. Il est doué pour le langage et les mots, il adore ça et il est très à l'écoute". C'est donc en toute confiance que j'ai proposé à Chucky de lui apprendre à lire à la fin de l'année scolaire dernière, et il a de suite dit oui.
Au départ. Après, je ne vais pas vous mentir. Il y a eu des jours où il aurait préféré jouer dans sa chambre  plutôt que de lire avec moi, mais je n'ai jamais cédé et j'ai tenu bon. Je vous rassure, les leçons n'ont jamais excédé 10 minutes.


A quelle fréquence a t-il appris à lire?


Je rebondis donc sur ce que je viens de dire plus haut. On s'est attelé à la lecture tous les mercredis, samedis et dimanches, à raison de 10 minutes par jour. On a commencé fin juin, et Chucky a su lire pour les vacances de Pâques. 8 mois d'apprentissage, donc. En comparaison, ma sœur et moi avons su lire bien plus vite, mais j'ai préféré prendre mon temps et le faire par petits bouts, pour ne pas le dégoûter.


Avec quelle méthode?


La méthode BOCHER. C'est la méthode avec laquelle ma sœur et moi avons appris à lire. Elle est vieillotte, certes, mais efficace. C'est une méthode syllabique. Le seul reproche que je lui ferais, c'est le sens des phrases et le vocabulaire vraiment désuets: "Papa a réprimandé Léon qui a omis de faire recoudre son veston". J'exagère à peine. Difficile de faire du sens avec de telles phrases, qui ne renvoient pas à grand chose, je trouve. Chucky était parfois frustré de ne pas tout comprendre. Heureusement, dès qu'il a été un peu avancé, je lui ai fait lire des phrases de Tchoupi ou Petit Ours Brun. Là, il a vraiment compris et ça l'a flatté d'être en mesure de raconter une histoire à sa petite sœur.


Est-ce que cela a été difficile?


Globalement, non. Monique Dolto a fait preuve de beaucoup d'ingéniosité en proposant une petite sucette à la fin de chaque séance, pour motiver les troupes. Du coup, Chucky s'est toujours prêté de bonne grâce à l'exercice. Je vous dirai plus bas quels passages ont posé problème. Je vais être honnête avec vous: il m'est arrivé de m'énerver deux ou trois fois, quand nous étions tous les deux fatigués ou que Chucky faisait vraiment preuve de mauvaise volonté. C'est mal, je sais. Je m'étais promis de rester toujours calme. En tous cas, globalement, ça s'est très bien passé.


Quels sont les sons qui ont posé problème?


La méthode Bocher est une méthode syllabique. On a donc fait du b-a ba. Les premières leçons n'ont posé aucun problème: Chucky a bien assimilé le principe du b-a ba justement. Un m et un o fait mo. Un r et un i fait ri.
Ce qui a été un peu dur, c'est le -oin et le -ien. On y a passé bien trois séances, c'est à dire, le mercredi, le samedi et le dimanche. Et même aujourd'hui, on revient régulèrement dessus, histoire qu'il n'oublie pas. Les  -ail, -aille -euil, -eil, -eille ont été difficiles également. Aujourd'hui encore, il arrive qu'il les confonde.
Le double emploi du -y n'a pas été évident non plus: parfois il se prononce comme un -i, parfois il fait le son -ye et il arrive qu'il fasse les deux en même temps. Pas facile pour un petit garçon de comprendre ça!



Est-ce que Chucky sait bien lire à présent?


Pour la maîtresse, oui. Mais en ce qui me concerne, franchement, je ne trouve pas qu'il lise très bien. Il déchiffre à la perfection, certes. Mais il lui manque la curiosité et l'envie. Je me rappelle avoir lu des livres très tôt, à l'âge de 6 ans, poussée par l'apprentissage de la lecture et confortée dans mes capacités. Ce n'est malheureusement pas le cas de Chucky, qui se montre très fainéant. Certes il va lire plein de mots isolés, sur les emballages alimentaires ou dans la rue, mais ça s'arrête là pour l'instant. On a arrêté depuis longtemps la méthode Bocher et on est passés aux livres pour tout petits, du style T'Choupi ou Petit Ours Brun. Aujourd'hui encore, il faut que je le force pour lire trois ou quatre pages. Je lui demande toujours de me dire ce qu'il a compris. Il comprend bien ce qu'il lit, sans doute par ce qu'il s'agit d'histoires qu'il connaît bien, car je les lis à sa soeur. Je lui dis qu'au CP, il aura des devoirs et qu'il faut prendre dès maintenant le goût du travail. Je veux donner à mon fils le goût de l'effort et l'amour des mots. Je ne sais pas si j'y suis parvenue. Pour l'instant, je dirais que non. Il n'a pas encore le déclic. Il est un peu fainéant d'une part, il rechigne à l'effort et d'autre part, il est certainement immature et n'a pas compris l'intérêt de maîtriser la lecture.


Le bilan



Je ne regrette absolument pas d'avoir initié Chucky à la lecture. C'est sans doute narcissique, mais je me dis que c'est tout de même grâce à moi qu'il sait lire, ou du moins déchiffrer. Moi qui suis une maman qui n'aime pas spécialement faire des activités manuelles avec mes enfants, ni jouer avec eux, je me conforte en me disant que je leur aurai au moins appris à lire, ce qui constitue une clef essentielle pour leur futur.
Je ne désespère pas! Depuis une semaine, je lui lis tous les soirs les petits livres qu'ils offrent dans les Happy Meal au Mc Do. Je trouve ces livres très bien faits et Chucky les adore. Ce qu'il adore encore plus, ce sont les devinettes et les petits jeux qui se trouvent au bas de chaque page du livre. Je refuse toujours de les lui lire, j'exige qu'il le fasse lui-même (on parle d'une phrase ou deux pour chaque page). Jusqu'à présent, il refusait de les lire, par fainéantise, mais depuis une semaine, donc, je le surprends à lire ces petites devinettes: "Maman,  là c'est marqué, trouve les six toupies dans la page! Je les ai trouvées maman!" Vous vous imaginez bien à quel point je suis heureuse de ce petit déclic.
 L'aspect ludique a été le plus fort et il commence à se rendre compte que c'est utile de savoir lire.
Ce qui est drôle également, c'est qu'il adore écrire des phrases tout seul: phonétiquement, bien sûr, mais c'est adorable: il écrit des mots doux pour sa soeur, ou carrément des avertissements, du genre: Il é interd i de touché o voatures". 

 Ce n'est qu'un début. Peut-être n'en ferai-je pas un grand littéraire, mais je me serai appliquée à lui faire aimer les mots, sans doute maladroitement parfois, mais toujours avec amour.

Voilà donc pour ce petit bilan!  Et vous, quel est votre rapport à l'apprentissage de la lecture?

Des bécots,

Frau PrunO.

49 commentaires :

  1. Je n'en suis pas encore là avec ma Louloutte mais j'ignore si j'aurais cette même envie que de lui apprendre à lire. J'aurais, je pense, trop peur de mal faire (tu as pour toi l'avantage d'être déjà enseignante). Je suis en revanche, certaine, de vouloir l'accompagner dans cet apprentissage en participant et en l'aidant quotidiennement. Savoir lire et aimer lire est à mes yeux un cadeau très précieux :-)

    Des bises
    Cécilia

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton message Cécilia! Je pense qu’il faut faire comme on le sent, c’est certain ! Je n’ai jamais eu peur de mal faire, en tout cas, je me suis dit qu’il n’y avait rien de dramatique là dedans et que ça valait le coup d’essayer ! Je t’embrasse et merci encore !

      Supprimer
  2. Je ne te cache pas que je tique beaucoup sur cet article. Je comprends tes envies profondes (je suis allée lire l'article initial, et tout comme chat-mille, je pense que l'amour des mots est indépendant de l'âge de l'apprentissage de la lecture), je comprends que ton fils ait pu manifester très tôt de la curiosité vis à vis des mots. Je reçois tout à fait ton envie de jouer un rôle dans cet apprentissage (moi aussi je suis une quiche pour jouer avec mes enfants), et suis convaincue qu'on peut apprendre à lire à un enfant bien avant 6 ans. Mais pas comme ça. Pas "son par son", avec un livre dédié, des exercices hebdomadaires. Davantage en stimulant au quotidien son rapport aux mots et à l'écrit, par le jeu, et tant pis si c'est plus long, si c'est moins carré. En fin d'article, tu décris le fait que ton fils écrit des phrases (phonétiquement). Cette phase est sensée être un préalable à la lecture, pas une conséquence. Ma fille qui est en MS commence aussi à déchiffrer mais je ne souhaite pas lui apprendre à lire, parce qu'elle n'en manifeste pas le désir. Nous nous contentons de jouer avec les mots, de la laisser lire les supports qu'elle a envie de lire, d'apprivoiser doucement le rapport à l'écrit. Les "oin", "euille", et autres "aim", une maîtresse spécialement formée se chargera de les lui faire entrer dans le crâne. Ton article est super intéressant parce qu'il réveille en moi de nombreux questionnements, des choix, mon rapport au savoir...je ne suis pas détentrice de la vérité mais souhaitais te faire part de ma réaction de...professionnelle (ct'e classe!).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton message et ton témoignage de professionnelle! Les maîtresses de Chucky ont validé la méthode Bocher, tout comme ma petite sœur qui est professeur des écoles elle aussi. Ce n’est pas la panacée, c’est certain mais c’est une méthode fiable et efficace. Pour ce qui est de jouer avec les mots , on le fait aussi tout le temps, car Chucky est super demandeur. L’apprentissage de la lecture a donc été accompagné de jeux informels autour des mots, et c’est encore le cas aujourd’hui. Je n’ai pas écrit cet article pour me justifier, car j’ai conscience que dès qu’on parle d’apprentissage de la lecture «maison», on se heurte à beaucoup d’hostilité de la part des autres mères, comme si on commettait un crime de lèse-majesté. Je ne parle pas du tout de ton commentaire , éclairé et bienveillant, comme à ton habitude, je fais plutôt référence aux réactions qu’avait suscité mon premier article à ce sujet :)

      Supprimer
    2. Je trouve que tu as beaucoup de courage de venir témoigner, je n'ai pas lu l'ensemble des réactions sur ton premier post, il est évident qu'avec ce type d'article tu appuies là où ça fait mal et que les hordes de bien-pensants jugeants ont dû s'en donner à coeur joie! Je pense que l'héritage familial doit jouer dans cette envie profonde d'apprendre à lire à tes enfants, tu as envie de leur transmettre ce qu'on t'a transmis (et bien transmis, tu n'en as gardé que du positif!), et je pense qu'à ta place, je ne voudrais pas non plus faire "moins" que ce qu'on a fait pour moi. Une chose est sûre: oui, la méthode syllabique reste la meilleure pour entrer dans la lecture et grâce à Bocher, Chucky connaît maintenant tout un tas de mots désuets, presque sûrement autant que notre cher Président!

      Supprimer
  3. Il me semble un peu bizarre de vouloir donner l'amour des mots et de la lecture en imposant un tel cadre d'apprentissage, qui plus est à la maison, je suis plutôt d'avis de sauter sur toutes les occasions de prendre le temps d'expliquer les mots et la phonétique au moment où l'enfant pose des questions ou s'y intéresse, et puis de proposer des jeux éducatifs en lien avec la lecture plutôt que d'imposer une méthode. Je joue peut-être sur les mots, mais en général, j'ai l'impression qu'on n'apprend rien aux enfants, ce sont eux qui apprennent lorsqu'ils sont prêts, et que tout ce que nous pouvons faire en tant que parents, c'est de leur proposer de façon ludique de quoi favoriser cet apprentissage (un peu comme la continence pour les petits). Enfin, ce n'est que mon avis de maman et non l'avis d'un professionnel...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme je l'ai dit plus haut, je n'ai pas écrit cet article pour me justifier, et pourtant, j'ai l'impression que je vais devoir encore le faire! Je ne pense pas que les enfants apprennent à lire seuls, par magie, sauf exception bien sûr. En tout cas, je ne connais aucun enfant qui ait appris à lire seul, sauf Pagnol of course. Que ce soit moi ou la maîtresse, il y aura donc forcément une méthode imposée, ce qui ne nous empêche en aucun cas de jouer avec les mots et de proposer des activités ludiques à côté ou d'expliquer le sens, tout simplement. C'est ce que je fais évidemment. Je ne suis pas qu'une facho autoritaire, j'ai un coeur aussi.

      Supprimer
    2. Je suis d'accord avec toi, beaucoup de parents veulent nous faire croire que leurs enfants apprennent à lire seuls mais en creusant un peu on se rend vite compte que le gosse est poussé à la maison. Seuls quelques enfants à très haut potentiel en sont capables. Le plus important, c'est qu'un enfant comprenne avant le CP le système d'encodage-décodage, peu importe s'il y a apprentissage systématique ou juste "un bain".

      Supprimer
    3. J'en connais quelques uns de ces parents, beaucoup sont mes collègues et affirment que leur enfant a appris à lire tout seul! Ils sont indignés lorsque je leur demande s'ils l'ont aidé ou poussé à l'apprentissage.... Non, leurs enfants sont surdoués ;-)

      Supprimer
    4. Je ne voulais en aucun cas juger cette façon de faire dans mon commentaire juste indiquer ma façon personnelle de voir les choses et je m'excuse si ce commentaire donnait l'impression de juger. C'est certain que la lecture ne vient pas par magie non plus et qu'il faut un minimum de méthode, mais je ne me verrais pas imposer cette rigueur à la maison si mon enfant n'est pas plus en demande que ça de peur justement de faire naître en lui un rejet de la lecture plutôt que l'amour de la lecture, mais ce n'est que mon avis personnel...

      Supprimer
  4. J'étais pleine de désirs similaires, quand ma fille aînée est née. Je lui aurais appris à lire dès 4 ans, à 10 ans Tolstoï serait son livre de chevet, à 15 ans elle aurait fini Montaigne, et à 18 ans, elle aurait lu l'Odyssée en grec.
    La réalité est que je n'ai jamais rien fait, ni pour elle, ni pour ses frères. Par manque de temps, et aussi je crois par manque de compétences. J'aurais peur de faire mal, de créer de mauvais réflexes, d'ancrer des erreurs dans leurs jeunes cerveaux. Je fais pleinement confiance aux profs, dont c'est le métier, et qui ont la méthode et la patience de le faire.

    Sur le principe je trouve génial d'apprendre à ses enfants à lire tôt, mais en dehors de certains enfants comme ton Chucky qui ont la curiosité des sons et des mots, tous ne sont pas réceptifs à cela de la part de leur parents. Je me bats déjà suffisamment pour leur brosser les dents pour ne pas en plus me coltiner l'apprentissage de la lecture. Et je suis plus à l'aise pour aider des enfants plus grands dans des domaines de compétences autres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d'accord avec toi: tous les enfants ne sont pas réceptifs à cela et les professeurs sont largement plus capables que moi d'apprendre à lire aux enfants! C'est un challenge que j'avais envie de mener, mon challenge, pas celui des autres. Je ne m'érige en aucun cas en grande prêtresse pédagogique. Je ne suis pas un exemple à suivre, j'avais juste envie de vous faire part de mon expérience, qui est une belle expérience pour ma part.

      Supprimer
    2. Mais oui, je trouve super que tu aies réussi, il n'y avait aucun jugement de ma part. J'aurais aimé avoir ta ténacité prussienne ! Et puis ton métier te donne des armes et des méthodes pour réussir ce genre de défi ;-)

      Supprimer
  5. C'est vrai que le fait qu'il soit demandeur aide ! La curiosité et l'envie de savoir lire une histoire à maman le soir rende les choses plus faciles ici aussi ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est sûr! L'essentiel est d'être motivé et persévérant! :-)

      Supprimer
  6. La curiosité le fait qu'il soit demandeur l'envie de lire une histoire à maman le soir rende les choses plus faciles ici aussi ;-)

    RépondreSupprimer
  7. Ma fille qui est en grande section apprend peu à peu à lire toute seule, sans que je ne lui donne des leçons, parce qu'elle est curieuse et qu'elle a envie d'apprendre. Je l'encourage mais je ne la pousse pas non plus parce que j'ai peur de mal faire et aussi qu'elle finisse par s'ennuyer en CP si elle a déjà tout acquis avant. Du coup je lui signale les fautes qu'elle fait, et je l'encourage et la félicite de ses progrès mais pour l'instant je préfère m'arrêter là. Et puis tous ces petits mots en phonétique écrit de-ci de-là je trouve ça tellement adorable que j'en profite!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends tout à fait. Chacun fait comme il le sent! C'est chouette que ta puce soit déjà curieuse et motivée!

      Supprimer
  8. intéressant ! déjà je dirais qu'une de tes premières phrases était primordiale : il était demandeur. je pense que c'est le prérequis indispensable ! a partir du moment ou il n' a pas d'obligation, c'est quand même beaucoup plus confortable. après, tu t'es appuyée sur une méthode qui a fait ses preuves ! j’imagine que tu aurais préféré qu'il n'y ai jamais de moments ou il s’énervait, ou tu t'énervais.. mais je pense que cela peut aussi faire comprendre aux enfants qu'il faut parfois faire des efforts pour arriver a faire quelque chose, et ça c'est aussi un apprentissage indispensable ! apprendre a lire ça demande des efforts et de la concentration, il a pu le constater. tu ne t'es pas obstinée des heures, c'est le principal ! le pauvre petit n'est pas traumatisé à vie ! alors oui, il faut favoriser le jeu et la demande de l'enfant mais parfois il faut faire des efforts aussi dans la vie, et il l'a vu. et maintenant il constate que ses efforts son payants car il commence petit à petit a lire des choses tout seul. ma fille a voulu apprendre la guitare cette année, et elle se rend bien compte que si elle ne travaille pas un peu à la maison, ça n’avance pas... quand à savoir si il appréciera de lire plus tard, ça sera selon ses envies et ses choix, tu proposeras, il disposera... ma fille adore lire, mais même si je trouve ça extra, je n'y suis pas pour grand chose. en tout cas, ton chucky aura ce qu'il faut sous la main pour assouvir ses envies de lecture si l'envie lui prend, c'est le principal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ma bichette, tu comprends parfaitement ce que j'ai voulu dire dans cet article! Bien sûr que Chucky n'aurait sans doute pas eu besoin de moi pour avoir le goût de la lecture, comme la plupart des enfants d'ailleurs. J'ai eu envie de faire le maximum pour l'éveiller dans ce sens, et comme tu dis si bien: je propose, il dispose. J'aurais fait ce que j'avais envie de faire depuis longtemps, c'est le principal, et lui survivra sans aller voir un psy, je pense ;-)

      Supprimer
  9. Franchement si ça vous convient à tous les deux, c'est bien là le principal ! Je trouve effectivement que c'est un bon moyen de passer du temps avec ses enfants, au même titre que de leur apprendre à faire gâteau ou à coudre. Moi j'avoue que je n'ai pas du tout "investi" les aspects parascolaires si on peut dire, ayant peur que mon manque de patience ne fasse tout foirer. Du coup même les alphas que j'ai acheté sont restés dans leur boite. Mais je vois que mon fils (qui va aussi passer en CP) déchiffre bien les sons simples donc je pense que les maitresses ont réussi à lui faire comprendre comment ça marche ;-) Bien joué en tous cas d'avoir réussi à garder ton calme et ne t'inquiète pas pour le déclic qui lui fera aimer la lecture, ça va venir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour ton message! Comme tu le dis très bien, c'est un moyen de passer du temps et de m'investir pour lui, comme un autre. Moi qui n'aime pas jouer avec eux, ni faire de la pâte à modeler, je me dis que c'est ma façon à moi de lui apporter quelque chose :)

      Supprimer
  10. C'est intéressant de lire ton article, un peu à contre-courant de ce qu'on a l'habitude de voir ! Je ne pense pas que j'apprendrais à lire à mes enfants, et surtout pas d'une manière aussi "cadrée" que toi car bon, on ne va pas se mentir, j'aurais du mal à être aussi rigoureuse dans la régularité de ces apprentissages, je n'aurais pas la patience je crois ^^ Je me pose pourtant beaucoup de questions sur l'accompagnement de nos enfants, comment susciter le désir, et même si ça ne se dit pas je pense qu'une petite part de "contrainte" (je mets des guillemets hein, ce n'est pas complètement ça l'idée mais un peu quand même ;) ) est parfois la clef. J'accompagne mon grand dans la parole et franchement oui je le fais "travailler". Au final je fais aussi beaucoup une méthode un peu syllabique, car dans son cas comprendre l’enchaînement des lettres semble l'aider à améliorer sa prononciation. Peut-être que je continuerais vers la lecture ? Je ne sais pas... Mon prochain challenge serait de l'accompagner dans le graphisme, mais pour l'instant je n'y arrive pas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour le graphisme, je me permets de te répondre. C'est une difficulté pour mon grand et il a fait de gros progrès grâce à l'ergo. D'abord pour la tenue du crayon, ensuite pour tout ce qui est tracé grâce à la méthode "ABC Boum" qui est géniale (et prépare à l'écriture). J'ai quelques fiches que je peux te passer si tu veux

      Supprimer
    2. Je suis persuadée que les absoudre de toute contrainte est une chose néfaste. La contrainte et la discipline sont indispensables dans la vie (c'est la prof de prussien qui te parle). Ce n'est que parce que j'étais cadrée, organisée et travailleuse que j'ai réussi à obtenir ce que j'ai obtenu professionnellement. Je compte bien inculquer cela à mes enfants, et tant pis si je passe pour un bourreau ;-) Chacun suit son chemin sans avoir à rendre des comptes! Je trouve que tu t'occupes admirablement bien de tes enfants et je suis toujours admirative de ton investissement en tant que maman. Je suis sûre que tu relèveras tes challenges haut la main! <3

      Supprimer
    3. @Camomille Ô oui ça m'intéresserait beaucoup ! Mon fils est encore petit mais ça me rassure toujours de me renseigner sur les sujets pour l'accompagner au mieux :)

      Supprimer
    4. @Frau Pruno Tu es chou, merci ! :) Je suis moi aussi persuadée qu'un cadre est le meilleur moyen de booster ses capacités et sa créativité, et que le cadre n'est pas qu'une contrainte mais un support ! Bon, la blague, c'est quand même que j'ai scolarisé mon grand dans une école à pédagogie alternative où on n'impose rien de front, mais ce n'est pas si contradictoire car les règles de vie sont bien là quand même ;)

      Supprimer
  11. C'était un souhait de ma maman de pouvoir apprendre à lire à ses 3 enfants. Etant institutrice et ayant le niveau, elle a pu le faire :) Par contre, elle n'a jamais tenté de nous apprendre plus tôt que le CP. Pour mes enfants, aucun désir particulier, j'ai simplement accompagné leurs envies. T-Biscuit savait lire des mots et phrases simples en entrant au CP et il avait simplement appris sous forme de jeux avec nous. Chupa, elle n'y comprenait rien aux syllabes. Elle n'a pas eu de déclic avant le mois de décembre en CP et aujourd'hui, c'est pourtant elle qui aime le plus lire, écrire, travailler. Je doute qu'il y ait une méthode parfaite pour donner le goût de l'effort et le plaisir de la lecture aux enfants. Le déclic peut avoir lieu à 5 ans comme à 11 ans ou pourquoi pas 30 ans ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas facile de comprendre les syllabes. Pour nous, ça paraît évident avec du recul, mais pour un enfant, c'est autre chose...

      Supprimer
  12. Coucou ma belle. Félicitations à tous les deux. Vous avez tenu bons et ce soir être un vrai plaisir de le voir lire ou écrire des mots et de se dire que c'est grâce à toi. Je suis impressionnée par ta patience et le fait que tu aies réussi à tenir les 3 jours de lecture pendant si longtemps. Bravo ! Gros bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ma Lina! Tout est une affaire de patience, c'est vrai! Et de persévérance! Tu es adorable, merci.

      Supprimer
  13. Merci de nous tenir au courant de la suite ! Du coup j'ai relu ton premier article et surtout mon commentaire d'alors... Les choses ont changé ici, à l'heure actuelle je n'envisage plus du tout de faire ce genre de choses avec mon aîné. Je lui "impose" déjà (parfois il ne veut plus s'arrêter, mais la demande ne vient jamais de lui) quelques petits exercices en français sur des cahiers adaptés, une demie-heure chaque dimanche matin et c'est très compliqué... Je le fais pour ne pas qu'il soit largué en français, mais je n'aime pas décidément pas jouer l'institutrice avec lui, cette confusion des rôles. Du coup je suis en train de réfléchir à lui faire prendre un "cours particulier" de français chaque semaine à partir de la rentrée prochaine. Je connais une ancienne institutrice ici qui serait ravie de le faire (pas vraiment un cours scolaire, disons une séance de jeu orientée acquisition du français plutôt)... Mais bon moi je n'ai jamais voulu devenir enseignante donc il y a sans doute une logique ;) .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense qu'il faut faire comme on le sent, c'est sûr. Moi, je me suis sentie très à l'aise avec l'idée de lui apprendre à lire, mais je comprends qu'il n'en soit pas de même pour toutes les mamans. C'est une bonne idée les cours particuliers! J'adorerais transmettre à Chucky mon amour pour la peinture, mais cette fois-ci, je me sens pas à l'aise dans ce rôle. Je vais donc l'inscrire aux ateliers du musée Fabre à Montpellier, quelques mercredis à la rentrée. Sur ce coup là, j'ai préféré déléguer ;-)

      Supprimer
  14. C'est super d'avoir réussi à lui apprendre!! Tess s'intéresse beaucoup aux lettres également mais la lecture n'est pas du tout au programme à son âge! Je suis curieuse que tu viennes nous en dire plus pour la suite et son apprentissage au CP. Peut-être que tu vas me donner envie d'apprendre à lire à Tess avant le cours préparatoire ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait, Chucky a été assez agité pendant la maternelle: on a beaucoup travaillé le comportement en classe et avec les autres. Je t'avoue que j'appréhende un peu le passage au CP. Lui apprendre à lui dès maintenant va me permettre de me concentrer sur l'aspect discipline ;)

      Supprimer
  15. Ton article est très intéressant ! Ma grande avait exprimé le souhait de savoir lire tôt, une amie instit avait commencé à lui apprendre puis elle a su lire très très vite en CP et elle ne lâche plus les livres ! Ma 2eme a appris rapidement au CP aussi sans problèmes et lit énormément aussi. Ma 3ème puce qui est en fin de MS veut savoir lire... depuis plusieurs mois... sa maitresse m'a dit que je pouvais commencer doucement à voir les sons avec elle! Je ferai surement un peu cet été et pendant l'année scolaire de GS.
    J'espère que Chucky prendra rapidement plus goût à la lecture spontanée. Ici ce qui marche super bien ce sont les petites BD type tomtom et nana ou bien emile et margot (je les avais présentées sur le blog).
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les BD, c'est une super idée, mais je t'avoue que j'ai hyper peur que ce soit un piège et qu'après, il soit plus difficile pour les enfants d'aborder des livres sans images. Qu'en penses-tu?

      Supprimer
  16. C'est chouette que tu ais réussi à mener à bien ce projet avec ton fils ! Ca te tenait à coeur et tu as écouté les envies de ton petit garçon pour te lancer. C'est primordial !!! Pour la lecture, en bibliothèque il existe souvent des livres "lecteurs débutants" qui sont sous format de petits livres avec des textes variés et pas trop long. Sinon, les BD peuvent être un excellent support : Tintin, Les Shtroumpfs, Yakari, Les Triplés... Tout dépend de la sensibilité de ton fils ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je t'avoue que j'hésite à lui mettre des BD entre les mains... J'ai peur qu'il y prenne trop goût et qu'il ne puisse plus lire autre chose! Je suis une mère hyper relou!

      Supprimer
  17. Un joli article ! Ma mère aussi m'a appris à lire très tôt et je pense qu'elle a vraiment eu raison. Méthode syllabique ici aussi. Je te souhaite qu'il devienne lecteur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ma belle! Je doute vraiment du succès de ma démarche, mais j'aurai fait de mon mieux!

      Supprimer
  18. Merci pour cet article ! Effectivement, c'est un sujet délicat à aborder, on a vite fait de se faire enguirlander de toutes part (de toutes façons, dès qu'on parle école et apprentissage, c'est la guerre, et j'exagère à peine). Personnellement, j'ai lu très tôt (4 ans et des poussières), et j'ai tout de suite dévoré les livres. Ma maman m'a accompagnée dans mon apprentissage de la lecture, d'abord en jouant avec les lettres du Scrabble, puis en utilisant la méthode syllabique à partir de nos lectures du soir. J'en garde un excellent souvenir, moi qui suis restée depuis une véritable dévoreuse de livres (et une lectrice rapide, en plus). Cependant, je ne sais pas si j'arriverais à faire de même avec ma fille. Elle a 4 ans passés, maintenant, et préfère s'amuser à recopier des mots qu'à apprendre à les lire. Mais si un jour elle venait à manifester la même envie que ton petit bout de chou, j'espère avoir ta patience, et ta réussite ! Pour l'instant en tout cas, je ne sais pas si j'en serais capable. Quant aux médisances... C'est toujours compliqué d'aller à contre-courant des habitudes, mais l'important, c'est de faire comme on le sent, et de respecter le rythme et l'envie de ses enfants, non ? Bonne continuation à toi, et à ce nouveau petit lecteur :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup d'être passée par ici, Maman Backstage! ET félicitations pour ta grossesse! Ton message me fait chaud au coeur et me conforte dans ma démarche... Effectivement, les sujets de l'éducation sont chauds bouillants, et ça a le don de m'exaspérer... Heureusement qu'il existe des personnes bienveillantes!

      Supprimer
  19. Bravo à toi et à Chucky ! Oui, c'est une belle fierté pour vous deux, et une aide pour lui pour appréhender le CP avec sérénité. Je crois que quand les enfants sont demandeurs, il ne faut pas hésiter à leur répondre et à aller dans leur sens. Car c'est qu'ils ont besoin d'être nourris, et c'est quand le besoin s'exprime qu'il faut y répondre. Mon grande section a aussi appris à lire cette année, tout seul, certainement en observant ses grands frères ou avec la volonté de les imiter, puis avec moi en me réclamant des petits moments de lecture où il est à la fois surexcité de ses découvertes (il saute partout à chaque mot ou phrase, c'est magique d'observer sa joie d'apprendre) et heureux de ces moments privilégiés passés tous les deux !
    Bisous !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Trop bien pour ton petit qui a appris à lire tout seul! c'est rare, franchement, chapeau! Moi, je t'avoue que j'ai dû insister pour la lecture. Passé l'amusement du début, il a fallu de la persévérance, ce n'était pas toujours facile. Mais merci pour ton message adorable!

      Supprimer
  20. Bon... j'ai enfin lu ton article... Et bien moi ça m'a émue. Je trouve ça très chouette que tu ais voulu partager ton amour des lettres avec ton fils. Ca me donne envie d'essayer aussi, même que!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ma poulette! Je ne peux que t'encourager à le faire si tu en as envie!

      Supprimer
  21. Comme je te l'ai déjà dit, je comprends ta démarche et te soutiens à 100% ! Et puis arrêtons de se mentir, un enfant ne peut pas apprendre à lire tout seul : il est forcément guidé, aidé, orienté au moins au début !!! Je vois bien l'exemple de Lutin qui a été diagnostiqué HP : tous les mots qu'il lit, il le fait parce qu'il a appris (à l'école ou à la maison) et retenu très vite ce que donne une combinaison de lettres en termes de sons. Derrière il y a toujours l'action d'une maîtresse ou de parents attentionnés et à l'écoute de ses demandes et de ses questions. Et sinon, par rapport à tes réticences face aux BD, je voulais juste te dire que dès que j'ai su lire, j'ai été une fan des albums de tintin, des livres imagés Walt Disney et en même temps des romans de la comtesse de Ségur ou de Rémi sans famille. J'aime toujours bien les BD et rien ne remplacera pourtant un bon livre pour moi qui suis une véritable librivore ! Les BD ne m'ont jamais détournée de la littérature (et c'est la même chose pour mon homme). Du coup je les considère avec bienveillance, y compris pour les enfants !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ma poulette! Ce que tu dis par rapport aux BD me rassure énormément! J'ai peur que ce soit un piège dont il sera difficile de se sortir... Mais ton témoignage me rassure carrément!

      Supprimer

Dis-moi des mots doux...

Rendez-vous sur Hellocoton !