Libellés

Les profs de ma vie

14 mai 2018





Mes frigidaires incandescents,


Vous savez que je suis toujours partante pour participer aux défis qui circulent sur la blogosphère, surtout quand ils sont proposés par des filles charismatiques à forte poitrine.
Il y a quelques temps, Maman Lempicka proposait un challenge super sympa: parler du / ou des profs de sa vie. Trop occupée par mes épilations nasales quotidiennes et ma thèse sur Shopenhauer, j'ai failli passer à côté. C'était sans compter mon sixième sens bloguesque, qui m'a fait découvrir cette pépite.  Si vous aussi vous êtes un amoureux de cette noble institution qu'est l'école, je ne peux que vous encourager à participer au défi de Frau Lempicka (je trouve que le "Frau" lui donne un côté plus incandescent). 
Bref, vous êtes prêtes? Allez, à vos moustaches:


  1. En quelle année de scolarité as-tu eu ce prof?

En fait, il ne s'agit pas d'un prof mais de deux profs. Haha, vous vous n'y attendiez pas à celle-là, hein? La première prof qui a marqué ma vie de jeune écolière est ma prof de latin de quatrième: Madame Goar. Eh oui, c'est même son vrai nom, figurez-vous (j'ai essayé pendant plusieurs mois de la rechercher, sans succès, alors si jamais elle tombe sur cet article...) (in my référencement I trust). Bref, Madame Goar a été mon professeur pendant deux ans: latin en quatrième, français et latin en troisième.
Le deuxième prof qui m'a marquée est mon prof de philo de terminale. 

2. Pourquoi t’a-t-il marqué(e)?


 Nous étions un petit groupe de passionnés en latin, des disciples plus que des élèves en fait. On écoutait Madame Goar  parler avec ferveur, car elle était très érudite et  bonne oratrice. C'est la première enseignante qui nous vouvoyait, ce qui fut très intimidant pour les frêles créatures que nous étions.  Elle était très sévère, mais toujours bienveillante et nous poussait toujours à donner le meilleur de nous-même. Je me rappelle également qu'elle nous rendait toujours nos contrôles en partant de la note la plus basse et en dissertant longuement sur le travail que nous avions rendu. Avec sévérité lorsque nous n'avions pas assez donné le meilleur de nous-même,  avec bienveillance lorsqu'elle était satisfaite. Je me rappelle du plaisir que je ressentais en écoutant l'annonce des notes, qui, en augmentant progressivement, me faisait espérer le meilleur. Mais le souvenir le plus marquant reste une réunion parents-profs: c'est la première fois que ma mère la rencontrait. Déjà, j'ai été étonnée par son changement de ton lors de cette soirée: elle s'est mise à me tutoyer, alors que d'habitude, elle me vouvoyait: elle m'a encouragée et félicitée avec les mots les plus tendres: Ayant de très bons résultats scolaires, je n'ai toutefois jamais été la première de la classe. Pourtant, Madam Goar m'a couverte d'éloges et m'a rassurée quant à mes capacités intellectuelles: Je me rappelle de ses mots: "Amandine, c'est une battante. Et une gagnante." Cette phrase, je me la remémore encore aujourd'hui, lorsque je n'ai pas le moral.
Le latin, je l'ai continué jusqu'en terminale. Je l'ai même choisi en option lourde pour le bac. 

Mon prof de philo de terminale m'a marquée pour les mêmes raisons: il m'a encouragée et m'a donné confiance en moi. Il m'a convaincue au fil des mois à demander une classe préparatoire car pour lui, j'étais destinée à un brillant avenir. C'est donc quelque part grâce à lui que j'ai été admise en hypokhâgne, dans la meilleure classe prépa de l'académie. Il m'a donné également le goût pour sa matière: la philosophie. D'ailleurs, j'ai terminé ma prépa avec une double équivalence en philo et en allemand. Je me rappelle que les quatre heures de philo du lundi matin passaient comme une lettre à la poste: je me rappelle de l'amour et du soin que je portais à la tenue de mon cahier de philo, à mes dissertations. 


3. Qu’en gardes-tu aujourd’hui dans ta vie d’adulte?


Ces deux profs m'ont offert le plus précieux des cadeaux: La confiance en moi, qualité indispensable pour avoir de l'ambition. Aujourd'hui encore, ils sont un modèle que je garde en tête, comme un phare qui guide ma pratique pédagogique. Ils m'ont tellement impressionnée et enthousiasmée que j'ai voulu faire le même métier qu'eux.

4. Si tu devais lui adresser un mot, quel serait-il?


Merci. Merci mille fois, de m'avoir fait entrevoir la personne que je serais plus tard. Merci de m'avoir fait croire en moi. Merci d'avoir vu en moi une élève brillante et prometteuse, A cette époque, j'avais besoin que quelqu'un y croit à ma place.

 Et vous, avez-vous connu des profs qui vous ont marqué? Si vous aussi, ce défi vous fait pousser des ailes, n'hésitez pas à participer! 

Des bécots,

Frau PrunO.






11 commentaires :

  1. 1. quand tu t'absentes merci de me déposer une demande de congés. 2. un jour j'avais eu cette idée de tag, parler d'un prof qu'on avait aimé. je m’étais dit que ça ferait un bide.. 3. moi aussi, ma prof de latin en 4 eme nous vouvoyait ! elle était très sérieuse , petite bonne femme . C'est merveilleux de lire à quels points ces profs t'ont encouragé ! c'est tellement important pour des enfants, surtout si ils n'entendent pas ce genre de mots a la maison... et tu vois, ils ont eu raison de croire en toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais... euh... J'ai un mot de maman, heu... Je peux tout t'expliquer! Ne pense jamais que tes défis feront un bide, voyons! Je te rappelle que tu as une f participante inconditionnelle! <3

      Supprimer
  2. Merci beaucoup pour ta participation à ce défi, riche et pétillante comme d'habitude! Je trouve tes deux profs différents, complémentaires, mais ils se sont rejoints sur l'essentiel et je pense qu'au final il y a deux qualités majeures chez les profs: la bienveillance et l'exigence. Un immense merci aussi de m'avoir décrite en ces termes, je suis touchée, et puis c'est la première fois qu'on me dit que j'ai une forte poitrine :-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un immense merci à toi! Je suis ravie de t'avoir découverte! Je sens que ce n'est que le début d'une longue histoire d'amitié et d'écriture!

      Supprimer
  3. Coucou. C'est vrai que nos enseignants peuvent parfois influer sur nos choix d'avenir. Je me souviens d'un prof de maths qui m'avait également encouragé dans mes choix de profession. Je n'oublierai jamais ces paroles moi non plus. Gros bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui? Mais d'ailleurs, que fais-tu comme profession? Je me le suis toujours demandé, sans oser te le demander! Bon, si tu as le droit de le dire, bien sûr!

      Supprimer
  4. C'est vraiment chouette de lire les réponses à ce TAG, surtout par une prof ;)
    On est beaucoup à avoir eu des supers profs je trouve, quelle chance!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est vrai! Comme quoi, cette profession n'est pas complètement perdue! Merci ma belle!

      Supprimer
  5. Non mais quelle fayote, c'est bon laisse tomber t'auras pas de meilleurs notes :p J'ai 2 profs qui m'ont marqué. Mon prof de français en 5ème, qui me voyait écrivain et qui même si je ne lui ai pas donné raison a été le déclencheur de beaucoup de choses sur mon rapport à l'écriture. Et aussi un prof de géographie en prépa, qui m'a tellement tellement appris sur la manière d'envisager une matière (et m'a fait découvrir la vraie géo donc !).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne savais pas que tu avais fait prépa... Fayote toi-même! Tu as fait une prépa quoi au juste? Ca ne m'étonne pas que ton prof t'ai encouragée à écrire ;-)

      Supprimer
  6. C'est vrai que l'on a tous un ou des profs qui nous ont marqués, accompagnés et influencés, et c'est important de le dire, surtout que parfois ce n'est qu'après, avec du recul et en y repensant, qu'on s'en rend compte !

    RépondreSupprimer

Dis-moi des mots doux...

Rendez-vous sur Hellocoton !