Libellés

Dernière année de crèche ou toute petite section de maternelle? Que choisir?

10 sept. 2017




Mes mouettes ardennaises,

Comme vous le savez sûrement, ma fille, Couette-Couette, rentre en toute petite section de maternelle cette année, et Chucky, en grande section.
Pourquoi ce choix?  Pourquoi avoir opté pour l'école et non pour la crèche, alors que je vous en vantais les vertus quelques mois plus tôt?


Cette année scolaire, ma fille allait donc à la crèche, mais au mois d'avril, nous avons décidé de l'en retirer. Enfin, nous l'avons laissée finir son année scolaire là-bas, mais comme il fallait un préavis de trois mois pour pouvoir l'enlever de la crèche, nous nous y sommes pris assez tôt.

Pourquoi dire adieu à a crèche?


Jusqu'à présent, nous étions plus que satisfaits de la crèche. Cette même crèche où était allé Chucky jusqu'à ses trois ans. D'ailleurs, Couette-Couette s'en était bien mieux accommodée  que son frère. Elle n'a presque jamais pleuré lors de sa période d'adaptation, et même après. Elle a été d'une flexibilité impressionnante, ma petite fille. J'étais fière d'elle.

Sauf qu'à partir du mois de mars, elle a commencé à pleurer lorsque je la laissais à la crèche. Elle pleurait même avant d'y aller, à la maison, lorsqu'on était sur le point de partir. J'ai mis un peu de temps à m'apercevoir que les ATSEM ne s'occupaient pas d'elle lorsque je la déposais le matin. Il fallait vraiment qu'elle ait un gros chagrin pour qu'elles la prennent dans leurs bras et la consolent. La plupart du temps, ma fille arrivait dans la salle, s'allongeait par terre, à même le sol, sur le ventre, en suçant son pouce, complètement prostrée et personne ne réagissait. Je la quittais donc, le cœur serré, les larmes aux yeux, en ayant le sentiment très fort de l'abandonner.

Il faut savoir que dans cette crèche, il y a toujours 2 ATSEM sur trois présentes dans la salle. Valérie et Brigitte, deux ATSEM nouvelles, recrutées depuis quelques mois dans la section, étaient celles à qui j'avais le plus souvent affaire. Je les trouvais froides et distantes, contrairement à Carine, la troisième ATSEM, celle qui s'est également occupée de Chucky, et en qui j'avais une confiance totale. Malheureusement, nos emplois du temps ne s'accordaient pas bien et Couette-Couette n'avait affaire à elle qu'une fois ou deux par semaine.

C'est bien simple: le jeudi, le jour où Carine était présente, Couette-Couette ne pleurait pas, ou pleurait un peu, mais était de suite consolée par Carine, qui la prenait au bras et la cajolait.
Les autres jours, elle n'était tout simplement pas accueillie,  laissée sur le sol, sauf les fois où elle était en larmes.
J'ai donc décidé de prendre les choses en main. Début mars, j'ai demandé à parler à Brigitte, l'ATSEM en chef, l'éducatrice. Je lui ai fait part de mon inquiétude, du fait que ma fille pleurait beaucoup, alors que jusqu'à présent, tout se passait à merveille pour elle. Je lui ai dit que j'avais le cœur serré de voir qu'on la laissait toute seule le matin. Elle m'a confirmé que Couette-Couette avait de gros moments de tristesse dans la journée, ce qui m'a encore émue d'avantage.

- Je ne comprends pas, vous êtes en train de me dire que votre fille est mal accueillie? m'a demandé Brigitte.
- Non, je trouve qu'elle n'est pas accueillie du tout! Il faut la prendre aux bras, la câliner! C'est une petite fille très affectueuse vous savez!
- Mais on a essayé plusieurs fois de la prendre aux bras, mais elle refuse systématiquement! Ce n'est pas à nous de faire le premier pas!
..................????

- Mais enfin, c'est un bébé de 18 mois! Bien sûr que si,  c'est à vous de faire le premier pas! Prenez-la aux bras le matin! Si elle refuse, n'insistez pas, mais il faut aller vers elle! Vous verrez que ça va marcher!
- D'accord, je prends note... m'a t-elle répondu, visiblement affectée par mes remarques.

Je dois vous avouer que j'ai trouvé ça fou d'avoir à expliquer à ces femmes comment il fallait accueillir des enfants. Pour Chucky, on n' avait eu à faire qu'à des personnes hyper compétentes et câlines, qui avaient toujours un enfant dans les bras, mais avec Brigitte et Valérie, force est de constater qu'elles n'avaient pas le même intérêt pour les enfants: d'ailleurs, signe révélateur: elles n'avaient JAMAIS un enfant dans les bras. Je ne les ai jamais vues avec un enfant dans les bras, en tous cas.

A partir de ce moment, les choses ont changé: elles ont pris en compte mes remarques. En fait, je ne leur laissais pas le choix: le matin, j'arrivais et je déposais Couette-Couette directement dans leurs bras, ne leur laissant ainsi aucune autre alternative que de la câliner! Brigitte avait dû parler à Valérie de notre discussion, puisque cette dernière s'est aussi montrée plus attentive envers ma fille, lui tendant les bras à son arrivée. Couette-Couette a d'ailleurs de suite apprécié ce tournant des choses: elle a refusé les bras une ou deux fois, et puis après elle s'est laissée câliner  et ne pleurait plus lorsque je la laissais.
J'étais soulagée.
Par la suite, j'ai remarqué que ces deux femmes avaient souvent des enfants dans les bras, étaient plus tendres avec eux. Je ne sais pas si c'est notre discussion qui a contribué à ce changement, ou si c'est la directrice qui leur a fait remarquer, toujours est-il que je n'ai plus rien eu à leur reprocher.

Pourtant, d'autres problèmes sont survenus par la suite:
- Les 3 ATSEM dont je vous ai parlé ont été souvent malades, ou absentes. Au début du mois d'avril, c'était de jeunes stagiaires qui accueillaient ma fille. Des jeunes de 18 ans ou moins, qui étaient assis dans la salle, à attendre que le temps passe, sans accueillir les enfants. Là encore, j'ai dû laisser Couette-Couette toute seule, livrée à elle même, avec des stagiaires qui changeaient sans cesse.  Je me rappelle avoir vu défiler 7 personnes différentes en deux mois!
Du grand n'importe quoi...
- De plus, le système de tarification a changé: désormais, lorsqu'on avait plus de 10 minutes de retard par jour (5 minutes le matin, 5 minutes le soir suffisaient), une heure supplémentaire nous était décomptée. J'ai halluciné en voyant arriver les premières factures avec 100 euros de plus! Pinces d'Or était hors de lui. Je me suis surprise à courir du travail pour aller pointer à l'heure, comme à l'usine!

Bref, tous ces dysfonctionnements nous ont conduit a envisager sérieusement de mettre notre fille à l'école à la rentrée. Pour Chucky, le problème ne s'était pas posé une seule seconde, étant donné que tout roulait à merveille. Même si on payait bien plus cher à l'époque, son bien-être et son confort, n'avait pas de prix à mes yeux. Il était évident qu'il devait être cocooné le plus longtemps possible, et donc aller à la crèche jusqu'à ses trois ans.
Mais pour Couette-Couette, vous l'aurez compris, plus rien n'allait.
Nous l'avons donc désinscrite de la crèche.
Ce n'était pas une décision facile: il fallait donner son préavis trois mois avant. C'est tôt je trouve. Surtout que comme par hasard, après l'avoir désinscrite, les choses se sont arrangées: les ATSEM sont revenues de leur arrêt maladie, il n'y a plus eu de stagiaires, et Couette-Couette était de nouveau ravie d'aller à la crèche. Mais c'était trop tard, notre décision était prise.

Les argument en faveur de la toute petite section


A l'école, ils sont nombreux, m'a t-on dit. C'est l'usine, tu vas voir!
Eh bien à la crèche, ils sont encore plus nombreux. Une trentaine dans la section de Couette-Couette, et la section des grands est encore plus bondée. Ils prévoient plus de 30 enfants pour la rentrée de septembre.
- A l'école en revanche, la toute petite section accueille 14 enfants cette année. Certes, tout au long de l'année, d'autres enfants vont arriver, mais à la fin, ils ne seront jamais plus de 25 dans la classe. C'est beaucoup, certes, mais ça reste inférieur aux effectif de la crèche. Et puis, elles sont deux pour s'occuper des petits: l'institutrice et l'ATSEM. Des référents stables, qui ne devraient pas valser et être remplacés par des stagiaires de 18 ans à peine.

- L'école va l'éveiller tout autant que la crèche, si ce n'est plus, même: les petits font de nombreuses activités le matin, la maîtresse leur lit des histoires.

- L'école est un lieu familier pour ma fille, puisqu'elle m'accompagne tous les jours lorsque je vais chercher son frère. Elle va donc évoluer en terrain connu, elle va souvent côtoyer Chucky, ce qui me rassure énormément.
Elle va être chouchoutée, dans la mesure du possible: si elle mange à la cantine, elle mangera en premier, à 11h30. Ensuite, les enfants sont mis à le sieste à 12h45. On les laisse dormir le temps qu'ils veulent, jusqu'à 15h30. Ils sont dans un petit dortoir, surveillé par l'ATSEM. Si à 15h30  ils dorment toujours, on les réveille pour goûter et s'amuser, jusqu'à 16h30.

- L'école est gratuite.

Dans les faits


Je suis allée voir l'institutrice hier, pour organiser  la rentrée de ma fille. Je vous avoue que j'ai été très chamboulée par tout ça:
La maîtresse ne ressemblait pas du tout à ce que j'imaginais: grande, robuste, chevaline, un peu brutale, habillée en jogging et baskets, version prof de sport. Elle m'a tout d'abord reproché de ne pas être venue à la réunion d'informations en juin, ce à quoi je lui ai répondu que j'avais un conseil de classe et un mari à l'hôpital à cette période de l'année.
Puis elle s'est montrée inflexible par rapport à l'organisation: elle n'accueille les enfants que sur une journée la semaine de la rentrée: 4 enfants le lundi, 4 le mardi, etc... Couette-Couette va donc rentrer le lundi et attendre toute une semaine avant de revenir à l'école. Je trouve ça nul comme adaptation.
Surtout que le jeudi et le vendredi, je travaille moi! Pinces d'Or aussi! Alors, que fait-on de notre fille? On la prend avec nous en cours?

Oui, mais ça, je l'aurais su, si j'étais venue à cette fameuse réunion d'informations! Tous les parents se sont arrangés pour cette semaine, alors moi aussi je peux en faire de même.
En voyant ma mine déconfite, elle m'a proposé de laisser Couette-Couette le jeudi et  le vendredi, tout en m'affirmant qu'elle serait certainement dans une autre classe, toute seule, pour ne pas perturber l'intégration des autres élèves.
Ensuite, elle a insisté lourdement sur le fait que Couette-Couette allait être très fatiguée par le rythme de l'école, comme si j'étais une mère inconsciente de ne pas préférer la mettre à la crèche. Je lui ai répondu que je n'étais plus une gamine et que nous avions mûrement réfléchi cette décision.
Ambiance, ambiance.
Autant vous dire que cette maîtresse ne m'a pas fait une forte impression. Elle a fini par se radoucir au fil de la discussion, quand elle a vu que j'étais complètement paniquée, quand elle a appris que ma fille était propre...
Mes parents sont donc forcés de revenir en milieu de semaine prochaine pour s'occuper de ma fille le jeudi et vendredi.

Ce n'est pas tout:  j'ai été très déçue en découvrant mon emploi du temps: avec un mari malade et une petite fille en toute petite section, j'avais demandé à avoir le maximum d'après-midis de libres, pour qu'elle puisse se reposer et faire la sieste dans son lit, chez elle.
Je n'ai eu que le mardi après-midi. Mon voeu numéro 1, le vendredi-après-midi, n'a pas été exaucé. Elle va donc manger à la cantine presque tous les jours et faire la sieste à l'école presque tous les après-midis. Un déchirement pour moi, qui m'attendais à une première année plus douce pour elle. Je la sens encore si petite et fragile... J'ai peur qu'elle soit épuisée, effectivement.

Je n'avais qu'à la laisser à la crèche me direz-vous... Oui, mais au vu des problèmes auxquels nous avons fait face cette année, j'ai pensé que l'école serait une meilleure solution. J'ai peut-être eu tort... C'était une décision très difficile à prendre. J'espère ne pas la regretter.


J'essaie de voir le côté positif des choses: je suis certainement la seule agrégée de France à travailler sur 5 jours, mais ce qui est bien, c'est que je ne travaille jamais plus de 4 heures par jour. Un rythme qui va certainement  être reposant pour moi, mais pas pour mes enfants.
J'ai le coeur un peu serré en écrivant ces lignes: il fait mauvais, il pleut dehors, il fait froid, et j'ai un peu peur que ma fille ne s'adapte pas à cette maîtresse, à cette école, à cette nouvelle vie.

Et vous? Que pensez-vous de tout ça? Crèche, nounou ou toute petite section?

Des bécots,

Frau PrunO.

56 commentaires :

  1. Wow comme tout est si différent chez vous par rapport à la Suisse ! Je travaille en crèche, et tes remarques me touchent beaucoup, car on ne sait jamais vraiment ce que pensent les parents des crèches et de notre travail... En tous cas chez nous ça se passe comme ça : les enfants entrent à l'école primaire à 4 ans. Avant ils sont en crèche, chez nous donc. Une éducatrice peut avoir à elle toute seule 10 enfants de 2.5 ans à 4 ans. Pour les plus petits (18 mois -24 mois) c'est une éducatrice pour 7 enfants. Et à la nurserie c'est une éducatrice pour 5 bébés. Chez nous les stagiaires et apprentis ne comptent pas sur le groupe (vu qu'ils ne sont pas diplômés) et dans certaines crèches les stagiaires ne peuvent pas accueillir les parents et les enfants, ni leur faire un retour le soir. Pour les câlins, c'est vrai que si on voit que l'enfant n'est pas bien, on peut leur proposer, mais on ne peut pas aller vers les enfants et leur faire des câlins sans raison, tu comprends, ce n'est pas notre enfant ^^ Par contre c'est vrai que le matin lorsque les parents amènent leurs enfants on propose très souvent s'ils veulent venir dans nos bras lorsqu'on voit que la séparation est un peu difficile.
    Par contre des éducatrices froides et distantes, c'est vrai que c'est pas chouette chouette... en tous cas c'est vraiment cool que tes remarques aient été prises en compte et que les choses ont évolué !
    Pour ce qui en est de ta question, je pense que si ta petite elle se sent prête et qu'elle a envie d'aller à l'école (petite section donc), c'est qu'il faut l'écouter :) On a eu tellement de parents qui ont retardé d'une année l'entrée à la petite section parce que soit disant leur enfant était pas prêt... alors que finalement c'était eux qui n'étaient pas prêts à laisser leur enfant à l'école :)
    J'imagine ton inquiétude... en tous cas dis toi que s'il y a un problème tu peux en discuter avec la maîtresse ! Est-ce que ta fille verra son frère durant la pause/récréation/midi ? :) Courage ! :) (et désolée pour le pavé)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, mais ne sois pas désolée! Je suis ravie que tu me fasses part de ton témoignage, hyper intéressant! Le côté câlin me parle beaucoup! Chucky courait dans les bras de ses éducatrices en crèche. Elles n'embrassaient jamais les enfants (contrairement aux instits de Chucky!), mais prenaient facilement dans les bras, étaient affectueuses! Pour moi, c'est hyper important de savoir qu'il y a un relais affectif en dehors de la maison. Sinon, oui, Couette-couette va voir son frère tous les jours, même à la récréation! Pour l'instant, tout se passe bien! Merci Myrtilla!

      Supprimer
  2. Et bien, mauvaise fin d'expérience à la créche pour vous et votre fille. Elle doit être bien mieux a l'école et pour son éveil je pense qu'il n'y a rien de mieux !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ce ne peut pas être pire de toute façon! Merci beaucoup!

      Supprimer
  3. C'est vraiment pas simple comme situation ! Je sais que t'es pas fan, mais une nounou ça te dirai pas ? Dans l'immédiat, ni la crèche ni l'école n'ont l'air vraiment bien pour ta fille.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si, j'y ai même pensé figure-toi! Mais j'ai été prise par le temps et surtout, je ne connais aucune nounou dans mon entourage... Puis je me suis convaincue du fait que l'école serait une bonne solution!

      Supprimer
  4. Bonjour,

    Bon courage, il faut se laisser un peu de temps pour tester la nouvelle organisation familiale... Mon mari est également prof et j'ai finalement appris que les emplois du temps pourris sont plus fréquents que les bons, sans compter qu'il a eu son edt la veille de la rentrée des profs, c'est hallucinant, comment peut-on dans ce contexte anticiper un minimum les choses ? Aucun boite ne pourrait informer ses employés 3 jours avant des horaires de travail des semaines à venir ! Mais il faut reconnaitre qu'il y a des côtés positifs : 16 semaines de vacances et pas de travail de nuit/WE (ce qui n'excuse pas les mauvais edt ;-).
    Avec mes jumeaux de 2 ans 2/3, nous avons fait le choix cette année de les mettre le matin à l'école et nounou midi / après midi jusqu'à 17/18h. Après 2 ans à travailler à 2 avec des jumeaux, un grand nombre de viroses / fièvres avec une crèche qui ne prenait pas les enfants avec plus de 39° de fièvre, on a préféré blinder l'organisation (Ecole + nounou), on avait même pensé à une fille au pair. Peut être que si ta fille est trop fatiguée tu pourrais trouver une nounou à domicile ou non pour qq après midi par semaine ? Ou une fille au pair allemande ?
    Amicalement
    E

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton témoignage très intéressant! La nounou à domicile, ou la jeune fille au pair, j'en rêverais, mais c'est clairement trop onéreux pour notre budget. C'est vrai qu'on a pas de chance cette année avec notre emploi du temps, mais je commence à en avoir l'habitude!

      Supprimer
  5. Effectivement, cela a du être difficile comme décision... mais elle sera bien à l'école. Je ne suis pas sure que cela soit moins reposant qu'à la crèche. Le mien faisait de très bonnes siestes à l'école et il petait la forme le soir...
    Je comprends que le discours (un peu limite) de la maîtresse t'ait un peu refroidie...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je suis tout à fait d'accord avec toi: les conditions de la crèche sont bien plus fatigantes pour ma fille que l'école, en tous cas dans notre ville. C'est clair qu'elle ne sera pas moins fatiguée à l'école!

      Supprimer
  6. Quel choix difficile ... Je ne sais pas trop ce que j'aurais fait. Ici, notre expérience à la crèche a été très positive pour les deux filles, c'était une petite crèche, avec peu d'enfants accueillis. Il y avait une des puéricultrices hyper froide et distante avant les enfants et on a croisé les doigts très forts pour ne pas tomber sur elle en référante (chaque enfant a une référante pour toute la durée de la crèche, qui l'accompagne particulièrement, même si évidemment au cours de l'année, elles se relaient). Surtout pour PomPom, elle a eu une référante vraiment géniale, et comme ici, c'est vraiment compliqué d'avoir une place à l'école en toute petite section, on n'a pas vraiment hésité. Pour les deux filles, dès la première année d'école, elles ont fait des journées complètes, cantine + garderie jusqu'à 17H, ça a roulé impec pour les deux, ils sont quand même habitué à ce rythme et à la vie en collectivité avec la crèche. Je ne les ai pas trouvé spécialement plus fatiguées. Pour mon neveu, ma soeur avait une nounou (une vraie perle, il faut dire), qui allait le chercher pour midi tous les jours la première année, ce serait peut être une solution ?
    C'est difficile tout de même, je trouve, de trouver La bonne solution, pour préserver un peu le rythme de nos enfants, conjuguer leur bien être à nos obligations professionnelles, sans trop culpabiliser ... Allez, je suis sûre que quoi qu'il arrive vous saurez trouver une solution. Si ça se trouve, tout va rouler impec :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est chouette que tu ais une expérience positive de la crèche! C'était mon cas également jusqu'à il y a quelques mois.. Heureusement, ma fille a l'air de très bien s'adapter à l'école, je suis soulagée!

      Supprimer
  7. Oh non ça m'ennuie de te savoir si contrariée :( . Ce que je retiens c'est que tu n'as pas eu le feeling avec cette instit'. Or ça ne veut peut être rien dire de ses capacités professionnelles ? Je te le souhaite et en tout cas vous avez pris la décision qui vous semblait la meilleure il y a quelques mois il n'y a rien à regretter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as tout à fait raison! Je me suis laissée emportée par mes propres peurs et angoisses et je n'ai pas été très rationnelle non plus. Pour l'instant, C-C a l'air de se plaire à l'école, elle n'a pas pleuré une seule fois!

      Supprimer
  8. Oh la la, ca me serre le coeur pour toi de te lire si malheureuse pour ta fille...
    Clairement, le courant avec la maitresse n'est pas bien passe... Laisse peut etre passer une ou deux semaines avant de la revoir pour faire un point sur tout ce qui va bien pour ta fille? Si elle te plait moyennement a toi, peut etre saura-t-elle rendre ta fille exceptionnellement ravie d'aller a l'ecole? (J'ai eu le cas avec l'un de mes enfants)... Et rationnellement, mieux valait arreter les frais pour la creche... rien n'indique non plus que la situation etait stabilisee definitivement, vu ton experience de l'annee derniere...
    Pour la fatigue, rien n'est joue non plus. Si Couette-couette peine a tenir la semaine entiere, j'imagine que tu pourrais peut-etre trouver des solutions alternatives, avec une autre Maman peut-etre?... Je trouve ca fou quand meme pour ton emploi du temps! Ca serait le minimum de faire un effort pour les parents d'enfants en bas age...
    Plein de courage en tout cas pour les semaines a venir. J'espere que tu decouvriras avec surprise une Couette-couette plus epanouie que jamais avec plein de copains, une maitresse qu'elle aime, le tout sous le regard bienveillant de son frere...
    Des calins :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour ce gentil mot qui me met du baume au coeur! Je pense que je me suis un peu laissée emportée par mon stress et mes angoisses. Couette-Couette a l'air de très bien se faire à l'école pour l'instant! Aucun pleur à relever au compteur et elle court dans la classe quand je la dépose! Je suis soulagée!

      Supprimer
  9. Wow, étrange ton école. Tellement différent par chez nous ! Bébé Backstage a fait sa rentrée en PS lundi dernier et l'accueil du personnel est au top ! Ma fille est ravie. Elle y va tous les matins, l'après-midi étant consacrée à la sieste et ayant la chance de pouvoir bosser de chez moi, le choix a été vite fait. Dommage pour ton emploi du temps...

    Même si le choix n'a pas dû être facile, au vue de ce que tu nous raconte, l'abandon de la crèche paraissait inévitable. Même si je suis très déboussolé de l'accueil qu'on vous a réservé à l'école...

    Bon courage pour la suite :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas trouvé la maîtresse top, mais en tous cas, Couette-Couette est ravie d'aller à l'école pour l'instant! (je touche du bois ;-) Je suis contente de savoir que ça se passe bien pour ta fille aussi!

      Supprimer
  10. (Et bien, je ne sais pas ce qui se passe avec ton blog mais à chaque fois que je viens dessus avec plaisir, il fait planter mon ordi et je dois m'y reprendre à 5 fois pour finir la lecture et commenter...)

    Bon revenons à nos moutons, j'aurais pensé que ce choix aurait été bien plus facile pour toi en tant que prof que pour nous. Je trouve ça difficile ce que vous avez vécu à la crèche et l'absence de feeling avec l'instit n'aide vraiment pas... J'espère que ça va vite s'améliorer et que couette-couette va s'épanouir dans son nouvel environnement.

    De notre côté, on pensait mettre Tess en TPS en septembre 2018 mais ils ont fermé la section cette année pour cause de gros effectifs en maternelle... Du coup pas certaine d'avoir une place donc elle poursuivra la nounou je pense (même si on va quand même tenter l'inscription). Par contre, ce que je disais sur IG et le dernier article du blog, c'est que du coup ça nous a beaucoup questionné sur le fait de lancer le deuxième pour le côté financier même si finalement, on ne repoussera pas cette aventure!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour ton message! C'est la première fois que je suis confrontée au manque de feeling par rapport à un enseignant. Il va falloir que j'apprenne à composer avec! Je ne savais pas que vous aviez un projet deuxième... Tu nous tiendras au courant j'espère!

      Supprimer
  11. Nous avons aussi pris la décision de mettre notre fille à l'école dès qu'elle a été en âge. Mais nous avons été mieux accueillis ^^ Elle tournait en rond à la crèche je voyais qu'elle devenait un peu grande pour les activités proposées. Du coup, elle a fait une 1re année d'accueil à l'école et est rentrée cette année en 1re maternelle et quelle évolution en à peine 1 an c'est fou !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tant mieux si tout s'est bien passé pour ta puce! Je vous tiendrai au courant, mais il semble que Couette-Couette se plaise vraiment à l'école! J'en suis vraiment soulagée! Merci pour ton témoignage en tous cas!

      Supprimer
  12. Pour ma part, je n'ai en fait pas eu le choix...L'école de mes filles n'a pas de toute petite section, c'est directement la grande section pour les enfants de l'année civile concernée par chaque rentrée...Et à 16 jours près, ma Bouclette va devoir patienter jusqu'à l'an prochain, sauf si par miracle (mais je n'y crois pas) elle pouvait être acceptée en janvier. Alors, pour nous ce sera encore la nounou cette année - elle aura donc son quota de calins, mais c'est plutôt pour sa stimulation que j'ai un peu peur, je crois qu'elle va quand même bien s'ennuyer cette année (sans parler des aspects budgétaires). Je crois qu'avec les cartes que tu avais en main, tu as fait le bon choix - les instits sont parfois un peu revêches, mais comme avec les dames de la crèche, la discussion pourra peut être aussi porter ses fruits si jamais tu rencontres des soucis...
    (en tout cas, je constate que ce sera finalement "couette couette" - ça lui va bien!). Belle rentrée à ta puce, et à toi aussi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton message, il me réconforte beaucoup! Effectivement, je pense qu'avec les cartes que nous avions en main, nous avons fait le bon choix, enfin j'en suis presque convaincue! Oui, Couette-Couette l'a emporté! Mais c'est long à écrire en fait ;-)

      Supprimer
  13. Pour commencer, mignon le nouveau petit surnom de ta puce !
    C'est un vaste sujet.. Je crois que chacun fait comme il peut et selon la personnalité de son enfant. ON ne peut jamais prévoir les choses...
    J'espère qu'elle s'adaptera et que tu parviendras à trouver un équilibre..
    La maîtresse a quand même l'air un peu psycho-rigide...
    Pour ton emploi du temps, il n'y à rien à faire ? C'est quand même sacrément rageant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je viens justement de récupérer mon nouvel emploi du temps, remodelé. Par chance, la proviseur adjointe avait n'importe quoi avec les emplois du temps du lycée, et ils ont dû tout refaire à la rentée! J'ai donc finalement mon vendredi après-midi et mon mardi après-midi. Elle ne dormira à l'école que le jeudi. Je suis super soulagée, surtout qu'avec la maîtresse, ça a l'air de bien se passer. Merci ma belle!

      Supprimer
  14. whaou. pour commencer par la crèche, je suis abasourdie. personne ne venait accueillir ta puce le matin ???? j'hallucine. j'ai mis mon fils a la crèche entre un an et l'entrée a la maternelle, et les puéricultrices sont toujours venues l'accueillir !! et me dire bonjour aussi par la même occasion d'ailleurs ! le temps d'échanger 2 ou 3 informations, savoir si tout allait bien.. bref c'est leur job, et c'est censé être un peu une vocation, s'occuper des tout petits ! rien qu'a lire leur réaction je pense que tu as bien fait de l'enlever. pour l'école, je n'ai pas l'expérience de la toute petite section, mais la maitresse n'a pas l'air d'avoir un capital empathique très ... développé. après si ca se passe bien avec couette couette, c'est le principal. ils auraient pu prévoir un mail d'infos pour les parents qui ne pouvaient pas être a la réunion de juin.. la directrice ou le directeur de l'école aurait pu faire... son job. bref. courage ma belle, je lis dans tes premières réponses que miss couette a l'air de bien s'y faire, c'est le principal...et si elle peut faire la sieste comme elle veut l'apres midi, elle se reposera autant qu'à la creche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton message! Oui, elle a l'air de bien mieux s'y faire que moi finalement! Avec la maîtresse, ça se passe super bien pour l'instant. Je suis immensément soulagée! Ouf! Je t'embrasse <3

      Supprimer
  15. En effet, on ressent bien ton désappointement au travers de ton texte.
    Si ça peut te rassurer, mon aîné restait 10 heure par jour à la crèche puis est entré en TPS à 2 ans et 3 mois (c'était le plus petit de sa classe, le chouchou des animatrices) tout en mangeant à la cantine puis il restait à la garderie jusqu'à 18H30. Je n'avais pas le choix. Lui aussi aurait pu rester à la crèche plus longtemps mais 1. Tous ses copains partaient à l'école 2. j'aurai été embêté en mai car il n'aurait plus été accepté à la crèche dès ses 3 ans révolu.
    Il a survécu à tout ça.
    C'est peut-être ce qui lui a valu de faire beaucoup de très grosses crises mais à l'époque, jeune et naïve, je ne le voyais pas. On lui a quand même mis une sacrée pression parfois à notre aîné.
    Chichi est aussi entré à l'école en TPS mais il n'avait pas le droit de rester l'après-midi : une année en douceur.
    Et oui, il y a malheureusement des personnes travaillant avec les enfants qui n'ont pas l'air très maternantes
    J'espère que tout se passera bien pour couette-couette.
    C'est toujours une vrai dilemme de prendre des décisions comme cela pour nos enfants

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton message ma belle! Je me plains, mais effectivement, il y a des parents qui travaillent toute la journée non stop et qui ne récupèrent leurs enfants qu'à 18h30. Comme tu dis, ils survivent! Les enfants s'adaptent mieux que nous en fin de compte! Merci ma belle!

      Supprimer
  16. Ma louloute vient d'avoir 3 ans. J'ai chialé toutes les larmes de mon corps en apprenant qu'elle devrait aller TOUS LES JOURS A L'ECOLE jusqu'à 16h30. J'ai pas pu négocier le mercredi matin, le père des lardons fait ses livraisons (maraîcher). Bon les 2 rentrent manger à midi (un repas préparé amoureusement la veille au soir), mais ma culpabilité était énorme. Mon fils, au même âge, n'allait à l'école que le matin, et parfois pas le mercredi. J'étais alors dotée d'un petit être hurlant fraîchement sorti de mon utérus, j'étais donc très présente. J'ai repris à mi-temps aux 4 mois de la petite chose hurlante. J'étais terrifiée de l'imaginer dans le dortoir, toute seule, paniquée... résultat des courses, l'ATSEM la kiffe à mort, elle la chouchoute, lui fait un petit câlin et tricote à côté d'elle (pendant qu'elle bave allègrement sur son oreiller en pilou). Elle est fatiguée certes, mais elle vit très bien le truc (elle est encore un peu relou la nuit mais on a capitulé pour notre santé mentale, et on s'en porte pas moins bien). Tu as pris la décision qui te semblait la meilleure à un moment X, tu n'as aucun regret à avoir, aucune culpabilité à ressentir. Elle va gérer ta poulette t'inquiète ;)

    (au fait c'était moi Transition permacole sur ton article sur la propreté)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, ça me rassure de voir qu'il y a une maman comme moi! Je comprends tout ce que tu dis, forcément, je suis aussi flipée que toi! Pour l'instant, tout a l'air de bien se passer, je crois que je me suis fait une montagne de pas grand chose finalement! Merci en tous cas pour ton soutien <3

      Supprimer
  17. J'avoue avoir pensé de prime abord que, comme pour le fait d'apprendre à lire pour Chucky, c'était plutôt dans le but qu'elle soit plus stimulée (ce qui n'est pas honteux, hein, moi-même j'ai songé à mettre Choupie en TPS parce que j'avais peur qu'elle soit désavantagée par rapport à d'autres qui y seraient allés). Je suis donc assez surprise de découvrir la vraie raison à mille lieues de mes a priori ;)

    Surprise et désolée aussi... Pauvre Couette-Couette, elles étaient épouvantables ces puéricultrices :( Et la maîtresse... Mais l'avantage de l'école, c'est que c'est un endroit secret, et que la personne qui tient la porte à l'entrée et à la sortie n'est pas forcément la même que celle qui fait la classe aux enfants (enfin si, c'est la même, mais elle ne se comporte pas forcément de la même façon, c'est ça que je veux dire).

    Moi j'ai un peu la peur inverse pour tout te dire : la maîtresse de Choupie est très gentille théoriquement, mais je me dis que ça se trouve, en classe, elle est bien moins sympa (oui j'aime bien me faire des films catastrophes)... Et comme Choupie ne nous dit rien... Mais bon, pour le moment en tout cas, elle n'a pas l'air d'y aller la boule au ventre...

    Beaucoup de courage à vous pour ce début d'année ! J'espère que la prof d'EPS se révélera une gentille fée toute douce (ou peut-être que Couette-Couette se révélera fan de son côté bourru... ça arrive, hein, j'avais une prof comme ça que j'aimais beaucoup :)). Et j'espère que vous réussirez tous à vous organiser pour que cette année soit la plus agréable possible... Finalement ce billet m'a fait pas mal de peine pour vous et j'espère que très vite ces inquiétudes ne seront plus qu'un mauvais souvenir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton message! Au départ, je pensais vraiment la laisser à la crèche jusqu'à ses trois ans. C'est vraiment les dysfonctionnements de cette année qui m'ont poussée à changer d'avis. J'avais plutôt envie qu'elle soit chouchoutée le plus longtemps possible... Mais bon... La vie en a voulu autrement! C'est chouette que tu ais un bon feeling avec la maîtresse, c'est tellement important! Finalement, ça a l'air d'aller, la maîtresse est toujours aussi relou avec moi, mais elle a l'air très gentille avec les enfants, et Couette-Couette est, pour l'instant, ravie d'aller à l'école!

      Supprimer
  18. C'est une situation un peu compliquée et je comprends parfaitement tes appréhensions ma belle. Il est clair qu'en l'état actuel des choses la laisser à la crèche n'aurait pas été adapté. Ca me scotche que des ATSEM en crèche te sortent que c'est à l'enfant de s'adapter...non mais dans quel monde on vit!
    Je constate que niveau écoute et humanité tu n'as pas eu plus de chance à l'école. C'est un comble. L'intérêt de l'enfant doit primer sur le reste non, 1 jour par semaine c'est du grand n'importe quoi.
    Moi j'étais tellement contente de la crèche que je l'ai laissé jusqu'au bout mais tout le monde me disait qu'il aurait été mieux à l'école. Comme quoi tout ce qu'on fait ça ne va jamais!
    J'espère que couette couette va s'épanouir dans ce nouvel environnement et que tes doutes vont s'apaiser ma belle. Je pense bien à vous 4. Grosses bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ma Marie pour ton doux message! Je suis d'accord avec toi, la crèche aurait été l'option number one si tout avait continué à bien se passer, mais malheureusement... Enfin, pour l'instant, tout a l'air de bien se passer, je suis soulagée!

      Supprimer
  19. Rhoo la la, quelle sacrée expérience de la crèche ! Perso, fille N°1 a eu une nounou, enfin, non, pas une nounou, une perle, LA perle, une femme géniale. Et on a dû déménager quand elle avait 18 mois. J'ai vu d'autres nounous, mais c'était impossible, la comparaison n'allait jamais en leur faveur. J'ai donc découvert la crèche, super aussi. À deux ans et demi, direction la TPS qui s'est très bien passée, mais ce n'est pas moi qui l'ai amenée le premier jour (mon mari ne faisait pas le fier, il en reparle encore !). Miss 2 n'a connu que la crèche, mais le passage aux 35h a entraîné un turn-over dans l'organisation des ATSEM qui était moins agréable à vivre pour les enfants et les parents. Puis l'école à deux ans et demi aussi. J'ai toujours eu une confiance absolue dans les instits de mes enfants (et j'ai eu raison), cela ne m'a donc pas stressée, et pourtant, il était absolument impossible pour moi de les récupérer les après-midis. Le seul hic, c'est qu'elles ont toutes les deux dû faire 4 ans de maternelle, bien que la lecture ait été acquise très tôt ; les instits étaient très bien mais intraitables sur le passage anticipé en CP. (Cela dit, avec du recul, l'école n'est pas une course, elles ne se sont pas franchement ennuyées et cela ne les a pas empêchées de réussir). Je suis assez choquée de ce que tu racontes, tu as dû mal tomber, mais je suis contente de lire que Couette-Couette (j'adore son nouveau surnom !) est heureuse d'aller à l'école, et j'espère que tes relations avec la maîtresse s'arrangeront et que tu te sentiras plus sereine. Des bisous, ma Frau !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ma Sandra pour ton témoignage! Finalement, tout semble se passer pour le mieux et il semble que j'ai vraiment stressé pour rien! 4 ans de maternelle, ça ne me fait pas peur pour l'instant, et le fait de sauter une classe, ne me semble pas être forcément la meilleure option... J'en vois tellement dans mes classes qui ont un an d'avance, mais qui, par manque de maturité, n'en profitent pas du tout. Ce n'était peut-être pas le cas de tes filles... J'ai su lire très tôt, et ma soeur aussi. Les instits voulaient nous faire sauter une classe à toutes les deux, mais ma mère a toujours refusé... Chucky apprend à lire avec moi, et il devrait donc maîtriser la lecture avant le CP, mais pour moi, c'est juste un moyen d'allumer sa lanterne un peu plus tôt, et de commencer ainsi l'école, la vraie, en confiance!

      Supprimer
  20. J'ai le cœur serré en lisant ces quelques lignes. Je ne commenterais pas sur la crèche car je ne connais pas ce mode de garde. En ce qui concerne l'entrée à l'école, ma fille va également faire sa première rentrée, mais elle commencera seulement le 25 septembre, le jour de ces deux ans. J'avoue que j'aurais été paniquée en ayant une telle discussion avec cette maitresse qui parait un peu brut de décoffrage. elles sont encore si petites! Mais mauvais pour mauvais... Nous aurions également choisi l'école. Elle va pouvoir évoluer, grandir et découvrir... c'est une très bonne chose. J'espère que la rentrée n'a pas été laborieuse pour couette-couette et qu'elle a le sourire en retrouvant sa nouvelle maitresse.
    Marine.

    RépondreSupprimer
  21. Ah c'est super intéressant car Baby va entrer aussi en toute petite section après la Toussaint et j'espère que ça va bien se passer :/ ici pas de creche municipale, la crèche privée revenait trop cher (600€/mois OMG) et la nounou c'est cool mais Baby avait pris l'habitude des multiples activités de la crèche privée et a tendance à s'ennuyer un peu du coup. gros avantage aussi : l'école est dans le village alors que la nounou non, donc on pourra plus facilement la déposer le matin/la récupérer le soir.
    Mais c'est sûr que j'ai la même crainte que toi : ne va t'elle pas être trop fatiguée (du moins au début ?) comme je travaille à temps plein je n'ai pas bien le choix mais bon :/
    (et après si ça se trouve, comme souvent on s'en fait pour rien et tout va se passer comme sur des roulettes haha)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Franchement, je ne pense pas qu'elle soit plus fatiguée que ce qu'elle était la à la crèche. La nôtre ne dormait jamais plus d'une heure et demi à la crèche, ils étaient tellement nombreux... Elle ne sera pas plus fatiguée à l'école, mais c'est juste que j'avais peur qu'elle soit moins chouchoutée... Mais pour l'instant, tout semble bien se passer! J'ai hâte que tu me racontes pour ta puce!

      Supprimer
  22. Je découvre tout juste ton article et ça me serre le coeur de voir comment ça se passait dans la crèche de ta puce ! Je n'en reviens pas qu'on l'ait laissé se coucher toute seule par terre ou pleurer sans la réconforter !
    Dans notre crèche, ma Biscotte est toujours accueillie par les bras, même si elle ne pleure pas ! Et quand on arrive, il y a toujours des enfants dans les bras et sur les genoux de toute l'équipe !
    C'est déjà toujours un peu difficile de les laisser quand ils pleurent mais alors si en plus tu as l'impression qu'ils ne sont pas consolés, bonjour l'angoisse !
    J'espère que malgré ses airs de cerbère la maîtresse sera finalement douce comme un agneau avec Couette-Couette ! Mais si déjà elle va à l'école avec le sourire c'est que le courant doit plutôt bien passer :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour ton message! Je suis vraiment rassurée, cette maîtresse a l'air gentille avec les enfants. Elle est très câline avec les petits, mais franchement relou avec les parents... Un nouvel épisode qui commence pour nous!

      Supprimer
  23. Eh bin ma pauvre Prunette! Je comprend que ça te turlupine tout ça. J'espère que tout va rentrer dans l'ordre. Gros bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton message ma caille ! Tout s'est arrangé, merci beaucoup!

      Supprimer
  24. Il n'y a que toi qui peut savoir si tu as fait le bon choix pour ta fille. Tu l'inscris en tps et on te fait culpabiliser en te disant que ça leur fait de sacrés journées ! WTF ? Ne propose pas de tps si tu n'y crois pas !!
    En lisant les coms je vois que ça se passe mieux que ce que tu redoutais et tant mieux. Je comprends que vous ayez fait ce choix, c'est une vraie chance la tps, et, au delà du fait que la crèche ne faisait clairement plus attention au bien être des enfants accueillis (incroyable de pas trouver la même remplaçante, et de pas trouver des motivées ! ) souvent à partir de 3 ans ils tournent en rond à la crèche. Donc si couette couette kiffe, banco ! Elle sera sûrement plus stimulée et apparemment mieux accueilli.
    En tout cas tu peux être fière d'elle ! Qu'elle s'adapte aussi facilement à 2 ans �� c'est génial ! Quand je pense à mon troizans qui veut retourner à la crèche ��
    Je sens qu'elle va passer une bonne année. Et tu sais, ils s'adaptent très bien aux "grosses" journées. Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas dit que je ne croyais pas à la TPS, je fais seulement part de mes peurs et mes angoisses de maman face à ce changement. Je suis en effet très fière de ma fille!

      Supprimer
    2. Je crois que je me suis mal exprimée. Je n'ai pas du tout dit que tu ne croyais pas à la tps ! Je m'insurge contre l'école, qui propose aux 2 ans de venir, fait ensuite culpabiliser les parents rapport aux journées soit disant fatiguantes. Ça me rend dingo.

      Supprimer
    3. Aucun souci! Je me rends compte en lisant mon commentaire que le ton était un peu sec. Désolée! Merci beaucoup pour ton commentaire <3

      Supprimer
  25. oh lala. Je te comprends. Je n'ai rien à conseiller, car mon grand commencera l'école l'an prochain seulement. Mais je compatis... Je flippe tellement à l'idée qu'il commence l'école.
    Courage! Et fais-lui confiance! Je suis sûre qu'elle s'adaptera à tout cela comme une championne. Dès qu'elle se sera fait 2-3 copines, elle ne voudra plus rentrer de l'école!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton message! En effet, elle a l'air de vraiment bien s'adapter à cette nouvelle étape. Le fait qu'elle ait son frère à ses côtés change tout je trouve! Je pense que je me suis beaucoup inquiétée pour rien!

      Supprimer
  26. Quelle galère d'être maman :( j'imagine bien ton angoisse et tes hésitations, je suis navrée ! j'espère que ça va aller !

    RépondreSupprimer
  27. Sacrée question dis donc ! Je suis PE et maman et voici ce que j'en pense :
    - j'ai été PE en Tps-ps et nous n'accueillons que les enfants nés de janvier à avril en TPS. Ils rentraient début octobre afin que les PS soient assez autonomes dans la classe et que donc leur arrivée soit optimale ! Nous n'avions les TPS que le matin. Comme leur accueil nécessite du personnel fixe et un cadre précis, c'était plus simple pour la commune. En fait l'accueil de TPS permet dans pas mal de communes rurales de maintenir une classe ouverte et ainsi d'éviter des classes surchargées. La TPS est alors présentée aux familles comme une passerelle vers l'école et il leur est nécessaire de gérer eux mêmes le reste de la journée de leur tout petit.
    Après comme dans ton cas, il existe des communes où cet accueil se fait dans une classe dédiée !
    - avant être passée par cette classe je ne lui voyais pas d'intérêt... Maintenant je sais que c'est une très bonne opportunité, ça a permis à certains de mes TPS de passer directement en MS, d'autres auraient vraiment eu des difficultés avec juste une année de petite section.
    — aujourd'hui en tant que maman d'un Marmot de mars je me dis que si la commune où nous vivons ouvrait une TPS en septembre nous saisirions sans doute l'occasion, mais garderions notre nounou pour les repas de midi et les siestes !
    - ah et pour la question de la crèche... On aurait aimé mais la directrice de crèche m'a ri au nez quand j'ai dit qu'on était tous les deux PE " mais Madame, vous ne travaillez pas assez... Vous voilerie la place de quelqu'un qui a vraiment besoin d'une place..."!

    En tous les cas je vous souhaite sincèrement que Couette Couette s'épanouisse à l'école, c'est quand même en maternelle que le goût de l'école se joue ;)

    RépondreSupprimer
  28. Coucou. Oh la la, ma pauvre ! Ça devait vraiment être très angoissant de laisser ta puce au sol comme ça dans la crèche. Je me souviens qu'à ses débuts chez la nounou, mon fils pleurait derrière la porte en tenant son doudou et en me regardant partir. Ça me serrait le coeur et je pleurai comme une madeleine tout le long de la route pour aller au boulot.
    Mon premier fils a été en TPS mais il ne tenait pas la journée. Ma mère qui le gardait à ce moment là devait aller le chercher à la récréation du matin, à la demande de la maîtresse. Finalement je regrette de l'avoir mis si petit.
    Mais si Couette Couette est à l'aise à l'école, il ne devrait pas y avoir de soucis. En plus elle y retrouve son frère et ça doit beaucoup aider.
    Bon courage ma belle. Gros Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ma Lina! Effectivement, le fait qu'elle soit avec son frère change tout je trouve! Elle est vraiment à l'aise dans cette école et tout a l'air de se passer pour le mieux. Je suis vraiment soulagée. Merci!!

      Supprimer

Dis-moi des mots doux...

Rendez-vous sur Hellocoton !