Libellés

Le combat pour la propreté: Chucky VS Miss Couches Mouillées

27 août 2017





Mes fourmis bipèdes,

Je vous vois venir avec vos grosses antennes: Bouh, qu'elle est vilaine de comparer ses deux enfants comme ça, sur un sujet aussi humide et glissant que la propreté! Le fouet sur la place publique!
Non merci, je préfère les menottes en fourrure rose s'il vous plaît.

Je n'avais jamais fait d'article sur le parcours de Chucky pour devenir propre (normal, me direz-vous, il avait trois ans et demi quand j'ai débuté de blog), mais maintenant que Miss Couches "Mouillées" est continente, je me suis dit que c'était le moment ou jamais de faire un article collector, qui regroupe les deux enfants. Ne vous plaignez pas, vous avez gagné un article dans l'histoire (on sait tous combien ce genre de billets peut être rébarbatif).

Je vais essayer de faire court et propre (haha), histoire de ne pas trop vous ennuyer.
Si j'introduis  un slip kangourou à paillettes dans le biniou, pensez-vous que ça peut rendre la chose plus distrayante?      


Chucky


On a commencé à mettre Chucky sur le pot à deux ans et un mois. On aurait dû écouter les conseils de ma mère, qui nous avait proposé de s'attaquer au problème pendant l'été et profiter ainsi de la chaleur et du jardin pour rendre la chose plus facile.
En tant que grosse hyène fainéante, j'ai préféré éluder le problème, Pinces d'Or aussi (mais Pinces d'Or élude toujours le problème). En effet, Chucky allant à la crèche pendant encore un an, je ne voyais pas l'urgence de lui apprendre la propreté.

Sauf qu'arrivés au mois d'octobre, on n'en pouvait plus de changer ses couches: Monsieur mangeait à l'époque avec le même appétit qu'un rugbyman en vacances chez sa belle-mère, et faisait de la même manière honneur à ses couches, si vous voyez ce que je veux dire.

Bref, ça débordait, c'était l'horreur,  et on s'est dit que c'était le moment de le mettre sur le pot, tant pis si l'hiver approchait à grands pas et qu'on allait exposer notre enfant à des risques de pneumonie évidents en le laissant cul-nu sur le parquet gelé et enneigé (Victor Hugo, sors de ce corps).
Le brave enfant n'a pas été un cas particulièrement difficile. Il a accepté de suite de faire sur le pot (contre promesse de bonbons évidemment). On lui a enlevé la couche toute la journée (excepté au moment du coucher et de la sieste) et on l'a donc laissé en slip. Il  y a eu une semaine un peu compliquée, durant laquelle Chucky faisait ses besoins dans sa culotte, sans trop calculer l'existence du pot. Mais globalement, en quelques jours, il avait compris le schmilblick et il a accepté, de bonne grâce, de jouer le jeu.

On peut donc dire qu'il a été propre à deux ans et deux mois.
En revanche, il a eu beaucoup d'accidents par la suite, surtout quand il regardait la télé, ou quand on allait se promener. Il avait tendance à s'oublier et à faire de petites, voire de grosses gouttes dans son slip. Je dirais donc, qu'à deux ans et demi, il était complètement propre, sans plus aucun accident. Il a été propre la nuit un peu avant ses trois ans, quand on a enfin osé lui enlever la couche le soir. Il a fait pipi au lit trois soirs de suite, puis il a compris.


Miss Couches Mouillées


C'est certainement la dernière fois que j'emploie ce pseudo. Emotion.

Pour ma fille, j'avais beaucoup moins d'appréhension que pour Chucky. En effet, à 15 mois seulement, elle avait déjà fait au pot tout un week-end. On avait essayé de lui proposer le pot, car elle semblait intéressée par l'objet, et à notre grand étonnement, elle avait fait dedans de suite, puis avait réclamé d'y aller AVANT de faire ses besoins, et ceci, trois jours durant.
 Là encore, la vieille hyène feignasse que je suis, était entrée en action, en invoquant le prétexte, plus ou moins légitime, que ça allait être compliqué de poursuivre l'apprentissage de la propreté en plein hiver, qu'on allait repousser ça à cet été, quand il ferait beau. Pinces d'Or était d'accord (mais Pinces d'Or est toujours d'accord).

On a eu tort. Même à la crèche, les dames nous on dit qu'elles étaient étonnées que MCM réclame à faire sur le pot, et qu'elle leur signale que sa couche était pleine. Mais les braves femmes n'avaient pas que ma fille à gérer, et ce n'était pas à elles de s'attaquer à cette affaire.

On a donc attendu le mois de juin pour mettre MCM au pot.  A 23 mois. A cette époque, elle ne disait plus quand sa couche était pleine. On avait laissé passer le coche. La première fois qu'on la remise sur le pot, elle a fait dedans de suite. On était aux anges (la fiche de pré-inscription à l'ENA sur la table de la cuisine).
J'ai dit à Pinces d'Or: Tu vois, je te l'avais dit que ça irait tout seul pour elle! Elle est plus que prête, c'est évident, elle a compris l'intérêt d'être propre! Elle est tellement mature pour son âge!

Vous avez le droit de me fesser virtuellement.

Ce fut la seule et dernière fois qu'elle fit dans le pot avant un bon mois.

Toutes les tentatives qui suivirent se soldèrent pas de piteux échecs. Oh, la bougresse ne protestait guère quand on posait son joli postérieur sur le pot vert anis (le bleu canard n'allait pas à son teint), elle pouvait bien y rester un quart d'heure, vingt minutes même (oui, je sais, pas plus de 10 minutes sur le pot, mais je vous rappelle que je suis une adepte de Monique Dolto et non de Françoise Dolto), mais elle ne faisait pas une goutte dedans. Si par hasard, je croyais apercevoir l'ombre d'une micro goutte au fond, je poussais un cri de joie avant de me rendre compte aussitôt que c'était une perle de sueur qui avait goutté de mon front.

On avait touché le fond.

Durant les trois premiers jours, je l'ai laissée en culotte (j'en avais acheté un stock chez Petit Bateau et la Redoute), mais j'ai vite renoncé, lorsque je me suis aperçu qu'il fallait la changer sans arrêt. Un matin, je lui ai même changé 7 fois de culotte. Ce chiffre aurait pu nous porter bonheur, mais en fait non.

C'est bien simple, je l'asseyais sur le pot, elle restait quelques minutes dessus, puis je l'enlevais du pot, et dans les secondes qui suivaient, elles faisait pipi ou caca dans sa culotte. Elle savait donc bien se retenir, puisqu'elle attendait d'être sortie du pot pour faire ses besoins! Assise sur l'objet fatidique, elle me regardait, tout sourire, en chantonnant.

- Allez ma chérie, tu viens de boire ton biberon, tu as sûrement envie de faire un petit pipi ou caca!
- Ah, non!
- Morue. Hyène. Mais si mon amour,  essaie!
- Ah non! Meunier, tu dowes, ton mouwin ton mouwin....
- Saleté, je te souhaite d'accoucher sans péridurale.

Bref, on lui a donc remis les couches, tout en continuant de lui proposer le pot très régulièrement. Enfin, JE lui proposais le pot, car Pinces d'Or, lui, était hors-jeu à cause de son dos. Elle est donc allée à la crèche avec la couche durant tout ce mois, et à la maison aussi, elle avait des couches, et refusait de faire dans le pot que je lui proposais pourtant tout le temps.

L'enjeu


Et là, je sais ce que vous allez vous dire: mais pourquoi insiste t-elle tant, cette crétine, elle n'a qu'à laisser passer quelques mois et attendre que sa fille soit prête!

J'étais un peu stressée, je dois bien le dire, car j'avais désinscrite MCM de la crèche, pour différentes raisons que j'expliquerai peut-être plus tard. Je n'étais plus du tout satisfaite de cette crèche et sachant qu'il y avait une toute petite section de maternelle à l'école de Chucky, on  a pensé qu'elle serait mieux à l'école qu'à la crèche en septembre. Seul problème, et non des moindres: ils prennent bien les enfants à partir de deux ans à l'école, mais il faut qu'ils soient propres.
Houston, on a un problème.

Voilà donc pourquoi je me suis mis beaucoup de pression quant à l'enjeu de la continence cet été, (ça vous rendra ce billet peut-être moins insupportable).

Début juillet, nous avons passé la première partie de nos vacances chez mes parents, dans le Gard. Ma mère, qui serait capable de mettre sur le pot toute une équipe de All-Black, m'avait assuré qu'elle m'aiderait dans cette épreuve, qu'on y arriverait.
Elle a vite déchanté lorsqu'elle a vu la tête de phacochère albinos qu'était sa petite fille. Comme chez nous, elle restait sur le pot sans broncher, puis faisait dans sa culotte aussitôt qu'elle en était sortie.
Zénitude.
Relaxation.
Meurtre avec préméditation.

Honnêtement, on a commencé à flipper, en voyant le mois de juillet s'écouler sans aucun progrès de la part de ma fille. 
Je dis, on a commencé à flipper, car ma mère a commencé à flipper, (tant que ma mère flippe pas, je flippe pas). J'ai vu des doutes dans son regard à travers le verre de rosé pamplemousse. Pinces d'Or, lui, à travers le verre de pastis, ne flippait pas (mais Pinces d'Or ne flippe jamais).

Mi-juillet, on est partis en vacances en Espagne, pour une semaine. Là encore, MCM a été atroce, elle a fait colère sur colère, refusait de marcher, de manger des morceaux (ceux qui me suivent sur Instagram savent de quoi je parle), et pour la propreté évidemment, c'était le même combat.

Le déclic


Un matin, harassée et à bout de nerfs, j'ai décidé de lui retirer de nouveau la couche, et de la laisser toute nue  dans le bungalow, sans culotte cette fois-ci et tant pis si on passait pour les manouches du coin. De toutes façons, avec Pinces d'Or qui trimbale toujours ses affaires dans deux ou trois sacs poubelle et Chucky qui ne sait pas parler sans gueuler,  on passe toujours pour les manouches du coin.

Elle a fait pipi  par terre une première fois. La seconde fois, je l'ai installée sur le pot, et là, miracle, elle a fait dedans.
Un point pour les manouches.

Tu la vois ma mine de Lofteur qui vient d'apprendre qu'il ne sera pas éliminé lors du prime-time?
J'ai failli courir, le pot de chambre à la main, dans tout le camp, pour montrer le divin liquide à tous les vacanciers. Pinces d'Or m'en a dissuadée (Pinces d'Or me dissuade toujours).

Bref, il y a eu clairement un tournant à ce moment là . A partir de ce jour (c'était un jeudi) (on sent la fille flippée quand-même), elle a accepté de faire dans son pot au moins une fois par jour.
De retour chez mes parents, on l'a remise toute nue, dans le jardin, sans état d'âme aucun ( #manouchepower), et là, elle n'a fait que progresser de jour en jour, en faisant d'elle-même dans le pot qu'on lui laissait à disposition,  sans qu'on l'y oblige.

Au départ, on lui donnait un chamallow quand elle faisait pipi, puis on a arrêté, lorsqu'on a vu que ça devenait un automatisme, qu'elle avait compris.
Courant août, on a commencé à lui remettre la culotte, en vue de son entrée prochaine à l'école (on ne pouvait pas laisser cette enfant cul-nu dans la salle de classe) (manouches, oui, mais en huit-clos).
Les choses se sont corsées un peu. Au début, elle a confondu la culotte et la couche, (quand je vous dis qu'on a renoncé à l'ENA...) et a recommencé à faire dedans, puis elle a compris qu'il fallait l'enlever (pour le pipi), mais pour le caca, c'était toujours compliqué. Heureusement, au bout de quelques jours, tout est rentré dans l'ordre, et aujourd'hui, elle n'a plus aucun problème et enlève sa culotte pour aller sur le pot. Elle fait même dans les toilettes. Elle est complètement autonome et n'a plus aucun accident. On ne lui met plus de couches à la sieste, mais on continue encore de lui en mettre le soir, on va s'occuper de ça à la rentrée.

Au final, MCM a été propre à deux ans, et plus rapidement que Chucky (à qui on continuait de mettre des couches pour la sieste). Ce n'est pas une course, et cela m'aurait beaucoup moins préoccupée s'il n'y avait pas eu l'enjeu de la rentrée scolaire, mais c'est vrai qu'au final, c'est un soulagement de ne plus avoir à se soucier de la continence des enfants, même si ça les fait grandir d'un coup.
Chucky a mis plus de temps pour être propre, mais le combat a été moins rude. Pour MCM, il a fallu un mois et demi d'acharnement, pour qu'elle accepte finalement de jouer le jeu quand elle l'a décidé. Mais je pense que le fait de l'avoir laissée sans culotte et sans couche a vraiment contribué au déclic.

Et vous, êtes-vous propres ou pas?
Des bécots.

Frau PrunO.


30 commentaires :

  1. Ah ah, j'adore ton article et je compatis... après 6 mois d'attente et 2 mois de lutte, j'ai pris une fois encore une décision unilatérale qui s'est avéré être là bonne (à deux ans et huit mois)��
    Bon, le caca, c'est encore aléatoire, il profite de la couche de la sieste qu'il ne veut pas enlever même si il pourrait. Bon, j'ai l'avantage de ne pas avoir de stress de ce côté là, puisqu'il fera la sieste à la maison encore quelques mois ��
    Maintenant, j'espère que l'attrait de LutinCoquin pour les petites affaires de son frère, portera ses fruits rapidement ��

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme tu dis, c'est un sacré avantage d'avoir le temps devant soi! C'est génial qu'il puisse faire ses siestes à la maison! Je souhaite que MCM puisse faire de même, ça dépendra de mon emploi du temps!

      Supprimer
  2. Ici une catastrophe. J'ai eu la grandiose idée de lui mettre des culottes de temps en temps, en pensant qu'elle trouverait ça tellement agréable qu'elle ne voudrait plus la couche tout en lui proposant régulièrement le pot. 9a a foiré, et elle m'a boudé le pot pendant des mois. Maintenant elle accepte d'y aller, mais elle se retient pour la couche. heureusement, l'école l'accepte en couche, donc je panique pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est chouette si l'école accepte les couches! Nous, elle a vraiment eu le déclic lorsqu'on l'a laissée toute nue et qu'elle faisait pipi par terre :-(

      Supprimer
  3. Ce qui semble se confirmer, c'est bien qu'il n'y a pas de règle ou de méthode infaillible en la matière, non ? En tout cas moi cet article ne m'a pas désintéressée. Et j'ai vraiment hâte d'en savoir plus sur cette histoire de crèche et d'école pour ta miss (étant donné que je suis plongée dans un tout autre modèle).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exactement, il n'y a aucune règle en la matière! Quoique si... Je n'aurais pas dû forcer MCM à aller sur le pot absolument, alors qu'elle n'en avait pas envie. La laisser sans culotte avec le pot à disposition a vraiment porté ses fruits. Mais j'étais tellement stressée que je l'ai sans doute un peu brusquée....

      Supprimer
  4. C'est un sujet plus que d'actualité chez nous en ce moment. C'est vrai que la rentré à l'école a du vous mettre la pression ! (D'ailleurs j'attends avec impatience ton article sur le sujet ;-) )
    Chez nous la Biscotte a fait sur le pot depuis ses 14 mois. Je connaissais ses "horaires" de grosses commissions donc c'était assez simple. Depuis quelques semaines elle réclame de plus en plus le pot et nous n'avons quasiment plus de grosse couche a changer (sinon c'est bien souvent que c'est nous qui n'avons pas été assez réactifs à sa demande).
    Pour le pipi ça dépend des jours, c'est encore très aléatoire.Donc pour l'instant on la laisse faire à son rythme. A 17 mois on a encore 2 années complètes de crèche devant nous donc à priori ça devrait se faire sans pression.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 14 mois! Wouaw, chapeau! Comme quoi ils peuvent être propres très tôt! J'aurais dû continuer dans le sens de MCM quand elle a montré de l'intérêt pour le pot, je le regrette un peu maintenant... C'est génial en tous cas d'avoir le temps et de laisser le temps à Biscotte!

      Supprimer
  5. Ce fut le même enjeu pour Chichi qui est aussi entré en TPS à 2 ans 1/2.
    Pour mes grands, honnêtement, je dois tout à la crèche. Ils étaient propres à 2 ans mais je n'ai rien fait.
    Au début, Chichi se retenait et j'étais obligée de le mettre dans la baignoire avec la douchette en marche pour qu'il fasse pipi. Pour aller à la selle, ça a été long ... il se retenait tellement qu'il en devenait constipé -_- Enfin pour l'entrée à l'école, tout roulait.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle chance d'avoir une crèche aussi compétente! Je suis jalouse! Nous aussi, ça a pas mal marché le coup du jet d'eau pour faire venir le pipi! On faisait couler un verre d'eau sur elle lorsqu'elle était sur le pot <3

      Supprimer
  6. Mais en TPS, on a droit à la couche! ;)
    Chez nous, les mettre cul nu n'a pas du tout marché pour la propreté! J'ai essayé avec mon fils, il se retenait jusqu'à la sieste et remplissait sa couche en 30 secondes, ou faisait pipi par terre en râlant, mais hors de question de faire sur le pot...
    Pour la miss, c'est venu tout seul, j'en parlais sur le blog au début des vacances. Le seul problème était pour le caca, vu qu'elle se constipait pour des raisons que je n'ai toujours pas cernées... Et là pour le coup, au retour des vacances, je l'ai collée cul nu (car en retard dans les lessives, donc plus de culottes propres... Oui, je suis une ménagère pourrie) et pouf, plus de soucis pour le caca... Du coup, team manouche mais plus de traces dans les culottes! ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois qu'il n'y a pas de recette miracle, chaque enfant est différent. Tu en es la preuve! La directrice de l'école a vraiment insisté sur le fait qu'il fallait qu'ils soient propres pour entrer à l'école, même si, dans les faits, ceux qui ont encore la couche sont tout de même acceptés. Je trouvais ça pas cool pour les maîtresses quand-même ;-)

      Supprimer
  7. Quand c'est toi qui raconte, mêmes les histoires de pipi et de caca sont captivantes ;-) Ca me parait super bien au final,propre à 2 ans ! même si ça a dû être un peu pénible pour vous, j'imagine ;-) Nous ça y est l'ainé c'est bon (en même temps à 30 mois ...) mais pareil, on avait loupé le coche par flemme l'été dernier ! du coup là on a fait un gros coaching pendant 2-3 mois, à base de "quand tu te sentiras prêt, on enlève la couche!!" Cet enfant étant parfait, il a décidé qu'il était prêt un lundi matin. Résultat, on est arrivé chez nounou : "bonjour nounou, il a pas de couche aujoud'hui ! et bonne journée bien sur !" Au final, J-1, matinée sans problème mais apparemment 2 accidents l'aprem. Qui lui ont valu une grosse engueulade de la nounou, devant moi quand je suis venue le chercher. Alors quand j'ai vu sa mine vexée et malheureuse de se faire gronder pour ça, je dois avouer que j'ai été vraiment en colère contre la nounou. Mais voilà; je pense que ça l'a direct mis au pas, car depuis... pas un accident. Et ça fait 4 mois. Comme quoi la méthode brutale déconseillée dans tous les manuels d'éducation bienveillante and co... je pense qu'elle peut être validée par Monique Dolto ;-) Et c'est très bien si c'est la nounou qui a le mauvais rôle !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. T'es trop mignonne, merci ma Virginie <3 Chapeau bas pour ton petit qui m'a l'ait très mature! En revanche, c'est n'importe quoi la réaction de la nounou! Effectivement, la méthode brutale, ça marche aussi ;-)

      Supprimer
  8. Moi je dis sans culotte et sans couche, la vie est plus belle! Les enfants ne se ressemblent pas - chacun son rythme.
    Pour l'escargot (il va falloir penser à changer ce pseudo aussi) on a profité de l'été de ses 18 mois pour tenter l'expérience. Il a tout de suite adhéré. Il lui a fallut bien 2 mois pour s'y habituer mais à la rentrée de Septembre à la crèche, il ne portait que des couches pour la sieste et la nuit.
    Les "accidents" étaient rares. Pour la visite des 2 ans, la pédiatre m'a dit qu'il était prêt. On a viré les couches culottes de nos vies. Oh joie!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est clair que c'est le pied, une fois qu'ils sont propres! La libération! Les économies aussi! Bravo pour ton escargot qui s'est débrouillé comme un chef je trouve! 18 mois, respect!

      Supprimer
  9. Décidément, j'adore ta manière de rédiger tes articles! Ici on a sortie le pot mais on est pas encore vraiment à l'étape de la propreté. Tess a 19 mois bientôt. Elle a fait peut-être 5 fois dedans au début mais ne veut plus en entendre parler pour le moment. On va essayer de changer le pot car je suspecte qu'il ne soit pas confortable pour ses petites fesses délicates!! Affaire à suivre, peut-être qu'on finira aussi par devenir des manouches ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vive les manouches! A 19 mois, tu as encore un peu le temps, même si je pense que ce n'est pas trop tôt pour commencer la propreté! Enlève-lui la couche, tu verras, elle n'aura pas le choix! (manouche un jour, manouche toujours!)

      Supprimer
  10. Ah ah ah! Comme j'ai ri!! Bébou m'a même demandé ce qui m'arrivait à glousser comme ça toute seule devant mon PC. C'est drôle car j'étais justement entrain d'écrire un article sur la propreté beaucoup moins drôle que le tiens mais plus factuel peut-être (mi-monique mi-françoise... monoise en somme!^^). Sinon Bébou était propre à deux ans et demi (l'été, prête pour la rentrée en toute petite section... Ahhh non... y en a pas chez nous... grrr!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ma poule! Effectivement, c'est une grande chance d'avoir une TPS, j'en suis consciente! J'adhère complètement au concept de Monoise!

      Supprimer
  11. Quelle épopée... Mais je compatis. On y a cru, un nombre incalculable de fois. Et à 3 ans et demi c'est toujours tendax pour la rentrée. Car même la sieste nous apporte son lot d'offrandes. Alors en bonne instit, j'ignore. Si ça se trouve à l'école cela ne lui arrivera pas (cette capacité à faire l'autruche est peut-être contagieuse, méfie toi...).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha! Décidément, les autruches et nous, c'est une histoire qui marche ;-) Nous ça va pour la sieste, elle n'a pas d'accidents, mais rien n'est immuable, je sais! On verra bien!

      Supprimer
  12. Moi oui je suis propre.. Depuis mes 4 ans :D (Oui je sais c'est tard!). Lol. C'est vrai que c'est pas évident quand l'enfant doit rentrer à l'école en étant propre. Ici, on peut les mettre à 2 ans et demi, portant encore des couches. Donc c'est beaucoup moins stressant (pour moi qui suis pas au top avec tout ça!). Bravo à elle et à toi :*

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis soulagée que tu sois propre! Bravo ma grande! Trop bien l'école avec des couches, quelle chance vous avez!

      Supprimer
  13. Pour mon fils, ça a été super simple : "tu es grand maintenant, les grands mettent des slips et font pipi sur les vécés". A 2 ans et demi, c'était torché (mais trèèès long pour la sieste et la nuit, il ira à l'ENA à mi-temps). J'étais enceinte de sa soeur et je kiffais moyen l'idée de nettoyer deux paires de fesses.
    Pour ma fille, c'était rien qu'une chamaude qui a compris qu'elle me "tenait" par là. A 18 mois elle était quasi-propre, avant de faire machine arrière pendant de loooongs mois. Il a suffit que sa tante (maitresse spé, ça doit aider...) verbalise le fait qu'elle a peut-être peur qu'on s'occupe moins d'elle, de ne plus être le petit bébé à sa maman... le lendemain, elle était propre avec aucun accident (à presque 3 ans quand même) (je fonde tous mes espoirs de réussite sociale sur mon aîné). Mais continente à la sieste sans souci, et quasi la nuit. Je kiffe très moyen les bébés, donc je suis HAPPY, quel bonheur. La rentrée en PS s'est donc faite sereinement. Bref selon le degré de chamauitude de ton gosse, c'est plus ou moins facile. HS : J'espère que ta rentrée fut bonne et tes élèves choupis :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton témoignage, que j'ai pris beaucoup de plaisir à lire! Et j'ai ri aussi! C'est mal? Pardon. En parlant de chamaude, la nôtre a trouvé un nouveau moyen de pression parentale. Elle se réveille la nuit et nous réclame. C'est nouveau, c'est beau, c'est chaud.

      Supprimer
  14. Alors moi je suis propre, hein. Sauf le dimanche. Hein ? ... on parle pas de moi ? ... ha.
    Pour mon aînée, les parents débutants que nous fûmes avions intégré le école = propre = 3 ans, donc, no stress, on se disait qu'on avait le temps. Mais on a quand même essayé l'été des 2 ans et demi de la demoiselle, peu de galères, un succès rapide, avec le retrait de la couche pour dormir quelques semaines après la propreté acquise pendant les phases éveillées. Hourrah.
    Pour ma seconde, elle nous a clairement indiqué qu'à 16-17 mois, elle comprenait parfaitement le sujet. Moi, j'hallucine, je ne pensais pas qu'on pouvait enclencher ça si jeune (ce sont tes posts qui m'ont mis la puce à l'oreille...) Mes parents et nous avons donc eu plusieurs succès cet été, mais à condition de rester l'occuper sur son pot pendant une bonne 20aine de minutes (coucou Monique). Depuis la rentrée, on a du mal à trouver le temps et on zappe trop souvent l'étape du lever (notre oreiller nous colle trop aux cheveux, je ne vois que ca ...). Donc va falloir qu'on persévère si on ne veut pas rétropédaller. Bref, on re-débute, et on est confiants !
    Heu, sinon, si Pinces d'Or voit des trucs à travers son Pastis, c'est qu'il n'a pas mis d'eau dedans ... hips, et ... santé ! (blague pourrie)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous ici, Madame? Je suis ravie! Moi aussi j'ai été étonnée de voir que si jeune, les enfants pouvaient comprendre le concept de propreté! Ils sont sûrement surdoués, non? Pardon.
      C'est cool que ta puce soit quasiment propre. C'est un tel soulagement! Cette nuit, on a testé la première fois sans couche. Aucun accident. Jouissance extrême. A voir par le suite! Des bécots.

      Supprimer
  15. Coucou. Pour mon premier je ne me rappelle pas avoir autant eu de mal qu'avec le deuxième. Pour ce dernier, je voyais également arriver la rentrée mais il n'était pas propre. J'avais tenté le pot après chaque repas : rien. Le mettre cul nu toute la journée : il ne faisait que de pisser par terre. J'ai acheté les livres comme Tchoupi sur le pot que je lui lisais tous les soirs : toujours rien. Et un jour je lui ai imprimé un serpent que j'ai affiché près du pot. Je lui ai expliqué qu'à chaque fois qu'il faisait dans le pot, il pouvait coller une gommette. Et lorsqu'il aurait terminé le serpent il aurait droit à un cadeau. Ça a super bien marché et en 1 semaine il était propre la journée. La nuit a vite suivie également. Gros bisous

    RépondreSupprimer

Dis-moi des mots doux...

Rendez-vous sur Hellocoton !