Libellés

Et la crèche dans tout ça?

5 févr. 2017





Mes canetons agoraphobes,


On se fait tout un monde de la crèche. J'ai des amies qui sont étonnées lorsque je leur  dis que j'ai mis mes deux enfants à la crèche, cet endroit horrible où fourmillent gnomes morveux et assistantes maternelles syphilitiques.

- Ils vont à la crèche? T'as pas réussi à trouver une nounou?

Je leur réponds que non, je n'ai même pas cherché à trouver une nounou en fait, la crèche était mon choix numéro un.
Saignement de nez, crise d'apoplexie, couinement vagal. J'en ai perdu plus d'une comme ça.

Pourquoi plutôt la crèche que la nounou?


J'ai toujours eu peur des nounous (je m'allonge sur lr sofa, la tête sur tes genoux, je te dis tout).
Peur de tomber sur une folle qui aurait maltraitée ma progéniture pénible, mais sacrée. Ou, sans aller forcément dans les extrêmes, peur d'avoir affaire à une nounou indifférente, qui aurait laissé pleurer mon enfant lorsqu'il avait besoin de tendresse. J'en ai vues tellement des nounous, quand j'étais à Paris, qui passaient leur après-midi au téléphone avec le bébé dans la poussette. Franchement, ça ne fait pas rêver.
Bien sûr, je sais qu'il existe des perles rares, adorables, celles qui te feraient complexer tant elles sont formidables et sexuellement intelligentes. Mais tout compte fait, je n'ai pas trop envie de les connaître, celles-là (#moniquedolto).

Je blagouille, on se détend. Je veux bien des papouilles dans les cheveux pendant que je continue mon exposé en trois parties.

Au moins, à la crèche, elles sont plusieurs à s'occuper des enfants. Elles sont au moins deux en fait. La crèche est un lieu ouvert où tout le monde voit ce qu'il s'y passe. Si une agente craque nerveusement, l'autre est là pour prendre la relève, l'aider à relativiser. Le risque de meurtre par strangulation enfantine via le fil du téléphone fisher price est donc moins grand, à mon sens .

Lorsque nous sommes arrivés dans notre province éloignée et reculée (la moins peuplée de France à vrai dire), la première chose que j'ai faite, c'est appeler la crèche justement, pour m'enquérir des places disponibles. La directrice au bout du fil a poussé un soupir de soulagement: Je l'entends dire à sa collègue:

- Myriam, un nouvel arrivant!

Cris de joie au bout du fil. Elle m'affirme que la crèche est sous-peuplée, qu'elle a eu trois départs dans la semaine, bref, qu'elle attend Chucky comme l'enfant prodige qu'il est.

Ambiance les gars. Dans mon département pommé, lorsqu'on est arrivés Pinces d'Or et moi, on a été reçus par le maire en personne. Des profs dans la Creuse, c'est des notables. Mon département est passé de 70 000 habitants à 70 003 habitants sur Wikipédia. La préfecture a tout misé sur nous.

L'adaptation à la crèche


Pour Chucky, je te cache pas que ce fut très compliqué (j'aime les litotes). Ce petit bougre a été gardé par sa grand-mère chérie jusqu'à son premier anniversaire. En effet, ma mère avait loué un appartement à Paris exprès pour venir le garder du temps où nous habitions dans la capitale. Ce qui fait que j'ai repris le boulot dans les meilleures conditions possibles et Chucky a été gardée par la meilleure  nounou du monde (quand elle n'envoie pas mes enfants aux urgences bien entendu) (ça va maman, je blague).

Puis nous avons été mutés dans le Sud (le faux). Nous avons passé nos vacances d'été à chercher un logement. Nous étions chez mes parents et nous avons emménagé dans notre nouveau chez nous juste avant la rentrée des classes. Nous n'avons donc pas eu le temps de faire l'adaptation à la crèche recommandée par la directrice. Ma mère est montée pour nous aider, encore un fois, et pour faciliter l'entrée à la crèche de Chucky. Mais cela n'a pas suffi. Mon fils a eu beaucoup de mal à accepter le fait qu'on se sépare de lui. Il hurlait à chaque fois qu'il apercevait le bâtiment maudit. Moi, je pleurais en l'y laissant, malheureuse de le savoir malheureux.

Pourtant, j'avais pleinement confiance dans les dames de la crèche, tout le monde m'en avait dit du bien, elles étaient connues comme étant des femmes compétentes et adorables avec les enfants, ce qui est vrai. C'est juste que Chucky a mis du temps à accepter cette nouvelle vie. Est-ce que cela aurait été différent s'il avait été chez une nounou? Honnêtement, je ne pense pas. Il a fallu qu'un mois s'écoule pour qu'il cesse de pleurer constamment lorsqu'il y était. Puis plusieurs mois encore pour qu'il arrête de pleurer en y allant. Notons tout de même que c'est surtout avec moi que les scènes étaient terribles. Son père avait le droit à moins d'effusion de larmes.

Et puis, il s'y est fait, et les deux ans qui ont suivi se sont passés à merveille, tant est si bien qu'à la fin, il ne voulait plus en repartir (le petit bâtard) (pardon).

L'entrée à l'école maternelle s'est faite sans aucun problème pour Chucky. J'appréhendais, tant son passage à la crèche avait débuté dans la douleur, mais celui de l'école primaire s'est fait tout en douceur. Il était impatient d'y aller et il n'a jamais pleuré. Je pense que la vie en collectivité à la crèche y est pour beaucoup.

Je te raconte pas comme j'ai stressé sa mémé pour l'adaptation de Miss Couches Mouillées. Chat échaudé craint l'eau froide, j'avais préparé le coup: adaptation mi août, mouchoirs de poche, bâillon et tranxene.
Que nenni. Je n'ai eu besoin d'aucun de ces instruments (#monique dolto). L'entrée à la crèche pour mon bipède frisé est passée comme une lettre à la poste (quand il n'y a pas de grève).

Je me rappellerai toujours le premier jour, quand je l'ai déposée, juste pour une heure. Elle n'a même pas daigné lever la tête pour voir où j'allais. Lorsque je suis revenue, pas un regard, elle a pleuré quand je l'ai prise dans les bras (la hyène).
Pareil les jours suivants. Rien, aucune larme, zéro chagrin, niet. Certes, je souhaitais que son adaptation se passe le mieux possible mais un peu d'humanité tout de même, ça fait de mal à personne.... Faîtes des gosses, qu'ils disent...
Le lundi de la semaine d'après, elle a tout de même pleuré lorsque je l'ai laissée (Dieu existe donc), mais c'est tout.
Autant te dire que le soulagement est total pour moi. De plus, je suis très heureuse de voir que ce sont les mêmes personnes que pour Chucky qui s'occupent d'elle. Des femmes adorables, en particulier une, je leur ai manifesté mon soulagement de savoir que c'est à elles que ma fille aurait affaire.
Elles ont tout le temps un enfant dans les bras, elles ne les laissent jamais pleurer. Certes, elles ne les embrassent pas, mais elles leur font des câlins, les réconfortent, ce qui est le plus important pour moi. Miss Couches Mouillées, si tôt que je suis partie, court dans leur bras pour leur dire bonjour.
A midi, ils ont des repas cuisinés par un chef, exprès pour eux, et ça a l'air très bon, pour avoir donné à manger à Miss Couches Mouillées un jour où j'étais arrivée un peu trop en avance.

Depuis, tout va bien dans le meilleur des mondes (sauf que je rentrerai plus jamais dans du 36), Miss Couches Mouillées est très contente d'aller à la crèche. Il y a des matins où elle pleure, mais c'est très rare, ça n'a dû arriver que deux ou trois fois jusqu'à présent et c'est parce qu'elle avait passé une mauvaise nuit ou qu'elle était un peu malade.

Voilà donc pour ce nouvel épisode de #Confessionsintimes je mets mon enfant à la crèche, et je le vis bien.

Et toi, es-tu plutôt nounou ou crèche?

Des bécots,

Frau PrunO.

67 commentaires :

  1. Moi je n'ai pas eu le choix : à moins d'être pistonnés nous n'avions aucune chance pour la crèche. Et comme coucher avec le maire ne faisait pas partie de mes projets il a bien fallu trouver une nounou.
    Je te confirme que c'est compliqué, agaçant et parfois très angoissant. Mais quand tu n'as pas le choix tu fais avec.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne voulais pas remuer quelque chose de douloureux en toi. Effectivement, quand on n'a pas le choix, c'est un autre délire. ..

      Supprimer
  2. Pour moi c'est comme toi. Mon choix c'était crèche à 200%... Bon... En même temps ma mère étant directrice de crèche, c'était pour moi une évidence et je ne le regrette pas. J'avais même écrit un post là dessus au tout début de mon blog. Tient... Je m'en vais trifouiller dans les tréfonds de mes archives pour toi (tu te sentiras moins seule quand tu verras que je n'ai pas perdu mon vagin en te lisant^^) : http://moipaspoule.com/2016/02/23/creche-ou-nounou-that-is-the-question/ . Bon... Pour petit-flocon... Ce sera sûrement plus dur (pour moi) car il (elle) aura tout juste 2 mois au moment de l'adaptation... C'est si petit!...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Justement, c'est tout petit et du couo, ils se posent moins de questions. .. tous les bébés que je connais qui sont allés à la crèche à deux mois et demi n'ont eu aucun problème à s'adapter ;-)

      Supprimer
  3. Ayant dû trouver un mode de garde dans l'urgence, il a été plus facile de se tourner vers une assistance maternelle que d'essayer d'obtenir une place en crèche (même si il semblerait que dans notre bled, ce ne soit pas si dur ... même pour l'inscription à la maternelle, j'ai été accueilli comme le Messi et la directrice a semblé plus que ravie d'apprendre qu'il y avait déjà un petit frère)
    Et notre nounou est une perle ... FeuFolet trépigne sur place lorsqu'elle vient le chercher (Oui, C'est elle qui passe le prendre ��) et pendant l'angoisse de séparation, il n'y a que pour elle qu'il acceptait de me laisser partir, même rester avec son père, il hurlait (sympa pour son paternel, hein).
    J'espère que l'entrée en maternelle va bien se passer ...��

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle chance d'avoir trouvé la perle rare pour la nounou! C'est un soulagement. Pour l'école maternelle, rien ne t'empêche de le mettre une fois par semaine à la crèche pour qu'il s'habitue à la collectivité. .

      Supprimer
  4. Ici, les deux ont été à la crèche, elles y sont rentrées à tout juste 3 mois (dur pour moi, mais finalement beaucoup moins pour elles ^^). C'était mon choix numéro 1 aussi, et j'ai été super soulagée quand on a eu la place pour Pimprenelle. On a été hyper content de cette expérience, vraiment. J'aurais été flippée de devoir chercher une nounou, la "faute", sans doute, à ma mère, qui me raconte sans arrêt cette histoire où, petite, la nounou ne m'avait pas attaché dans la poussette et je suis tombée la tête la première (je n'en garde pas de souvenirs, mais une toute petite cicatrice sur le bout du nez, quand même !). Après ça, ma mère s'est arrêtée de travailler pendant 2 ans ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te rassure, moi aussi je suis tombée de la poussette à cause de mon parrain qui la poussait mal!ça peut arriver ;-) je vois que tu es toi aussi de la team crèche !

      Supprimer
  5. Nous aurions bien aimé la crèche, mais pas moyen d'avoir une place...Du coup nous sommes partis à la recherche de super nounou et nous sommes ensuite restés sur ce choix (ou non choix!) pour la 2ème. Je crois que les 2 systèmes ont leurs avantages et inconvénients, sociabilité et côté "carré", et tarifs pour la crèche, accompagnement personnalisé et plus de flexibilité souvent pour les nounous...Ce qui est important au fond, c'est d'être bien en confiance, quel que soit le système qu'on a.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait! Tant que les parents et les enfants sont heureux, c'est que ça fonctionne! Je comprends que tu sois restée sur la nounou si ton numéro 1 en était satisfait ;)

      Supprimer
  6. Je vais passer pour une folle paranoïaque schizophrène, mais si autant j'aimerai bosser en crèche autant j'y mettrais pas ma fille ! Pour moi ça faisait trop usine, j'avais peur qu'on s'occupe pas d'elle, qu'on respecte pas son rythme, qu'elle soit juste un enfant parmi tant d'autres (oui oui parano j'ai dit) et l'autre problème c'est qu'on a pas d'horaires fixe donc on peut garantir d'être à l'heure pile. Et puis comme j'ai la chance que ma tata soit nounou, la question s'est même pas posé :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends tes craintes concernant la crèche. Le côté usine me faisait peur également, jusqu'à ce que je le teste. Trop la chance d'avoir une tat1 nounou!

      Supprimer
  7. Mais j'aime tellement ton style!!! Je me marre à chaque fois.
    Et alors je ne te jette pas du tout la pierre pour la crèche parce que à mes yeux c'était le mieux aussi. Trop peur de laisser mon trésor (que je balancerai parfois moi même par la fenêtre - son surnom c'est Atila) à une inconnue ou je ne pourrais rien contrôler.
    Et puis le moment de reprendre le travail est arrivé et on m'a dit : "Ma brave dame si vous vouliez une place en crèche il fallait qu'il naisse en juin" Merde... Déjà qu'il avait a peine tenu 8 mois dans mon ventre autant te dire que le faire patienter 14 mois n'était pas une solution (ni pour lui ni pour moi...).
    Du coup on a du chercher une assistante maternelle et là : THE perle!! On la kiffe a mort. Elle est géniale. Au point que Petit Habitant a eu une place en crèche en septembre et qu'on la refusée!!! (oui oui même avec les économies substantielles que nous aurions pu réaliser - et dire que je pourrais actuellement me payer un rdv hebdomadaire chez l'esthéticienne si j'étais moins regardante sur le bien être de mon fils... #mereindignemaispastrop)
    Bref au final une fois qu'on a trouvé un mode de garde qui nous plait c'est dure dure de se retirer de l'esprit que nos têtes blondes seraient tout aussi bien ailleurs...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup beaucoup pour ces gentils mots ! Atila j'adore ! Belle invention! J'aurais dû choisir ça au lieu de Miss Couches Mouillées ! Niveau économies, pour Chucky on était dans la mauvaise tranche d'imposition et on payait 380 euros de crèche ! Un bras ! Comme quoi tu vois ;-)

      Supprimer
  8. Les loulous ont été gardés par des nounous, faute de place en crèche (enfin, pas exactement, mon Grand avait réussi à décrocher une place en crèche... la notification de la bonne nouvelle nous étant parvenue 3 jours avant ma reprise, tu penses bien que nous nous étions organisés autrement). Cela s'est toujours bien passé, même si nous étions heureux de les voir scolarisés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je comprends... tant mieux si ça c'est bien passé. Ça se passe bien pour 90 pour cent des gens d'ailleurs :-)

      Supprimer
  9. Ça fait un petit moment que je lis ton blog mais je crois bien que c'est mon premier commentaire. Je ne vais pas être très originale en disant que j'adore ton style qui décoiffe ;-)
    Sinon coté mode de garde, chez nous aussi ça a été crèche à 200%, à peu près pour les même raisons que toi. Et la Biscotte adore, dès qu'elle arrive en vue de la crèche elle a la banane et il n'y a jamais eu de pleurs !
    Et puis habiter dans un petit village, ça permet d'avoir beaucoup plus facilement une place je crois, et la structute !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oups, il manque la fin de la phrase ! Je disais donc que la structure étant petite ( moins de 20 enfants ) son rythme est toujours bien respecté.

      Supprimer
    2. Oh tu ne peux pas savoir à quel point ça me fait plaisir ce que tu dis ! Tu sais quoi? J'ai essayé quelques fois de visiter ton blog en cliquant sur tes commentaires, mais il n'y avait pas de lien associé à ton nom. Merci en tous cas! À très bientôt !

      Supprimer
    3. Oui, mon blog était "en chantier" avant son lancement ;-) C'est désormais chose faite depuis ce matin !

      Supprimer
  10. On avait une super assistante maternelle. On a déménagé. On en a trouvé une autre. Compétente tout ça tout ça mais on n'avait juste aucunement la même conception de l'éducation ce qui est un peu embêtant. En région parisienne, c'est vraiment dur de trouver une place en crèche. Mais on a réussi à en avoir une en micro crèche. Privée. Donc qui coute un bras. Alors on mange des pâtes tous les jours mais notre fils mange bio, a des couches écolo et surtout est heureux et ça c'est le plus important ! Alors vive la crèche !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends bien la problématique des places en crèche en région parisienne. Tant mieux si ton loulou se sent bien en micro crèche. Pour nous aussi c'était devenu trop chère la vie à Paris. D'où notre déménagement en province.

      Supprimer
  11. Vu mes antécédents, la nounou c'était presque hors de question (trop de stress) et puis il fallait compter un salaire (et comme il n'y a que le mien) et c'était impossible à gérer!
    C'est grâce à la PMI qu'on a eu une place en crèche pour l'escargot. J'ai déballé mon histoire (dès que ça fait pleurer dans les chaumières, t'as une chance - je l'ai saisie, il fallait bien que ça me serve à qq chose).

    L'adaptation s'est bien passée - bon au début il pleurait mais comme beaucoup d'enfants. Le personnel était extra et je n'ai jamais eu la moindre angoisse à laisser mon fils à la crèche. D'ailleurs je peux dire que grâce à la crèche, il s'est choppé tous les virus possibles et imaginables. Du coup depuis le début de l'année d'école, il est plein d'énergie et n'a pas eu un rhume!

    Bises ma belle et merci pour cet article, toujours aussi bien écrit et peuplé de petites notes d'humour, qui me filent la pêche!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh merci pour cet adorable compliment qui me file la pêche à moi!
      Tu as bien fait de déballer ton histoire à ma PMI. Après nous le déluge, comme dirait ma grand-mère ;-)
      Pareil chez nous pour les microbes, Chucky est très peu malade depuis qu'il va à l'école !

      Supprimer
  12. il m'a bouffé mon com ! 2 fois en plus ! bref ! je disais : ils chialent, on est pas contentes, ils chialent pas, on est pas contentes !! lol ! de mon coté la pucinette est allée chez une nounou, (en région parisienne si tu veux une place en crèche il faut vendre un rein !) elle n'a jamais versé une larme, ni a ce moment là ni pour l'école ( maturité émotionnelle enseignée par sa mère !!) et p'tit poulet a passé sa première année collé a mes basques, et ensuite il est allé en halte garderie ( vive la province) et ca c'est très bien passé aussi... je te rejoins sur le fait qu'il faille trouver une nounou en or ( ou en béton) ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme quoi les deux options fonctionnent très bien! C'est juste que me peur était un peu irationnelle, je dois bien l'avouer. ..
      Bravo pour l'enseignement de la maturité émotionnelle!

      Supprimer
  13. Ici aussi c est la crèche et pour les memes arguments que tu évoques c était et cela reste mon premier choix. Je dois juste ajouter que j ai découvert à l usage un très gros défaut que j avais sous-estimé "avant" : c est le joyeux partage de microbes. C est notre deuxième hiver avec crèche et ouah, c est dur dur quand meme tout ce qu on enchaine...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui tu as raison mais tu verras qu'à son entrée à l'école, il ne sera presque plus malade ! On galère pendant dix mois et après, ce sont les autres qui sont malades et le tien qui va bien!

      Supprimer
  14. Ah mais team crèche à 100% ! C'est marrant ce que tu dis en début d'article, la crèche était le choix n°1 de 90% de mon entourage ! Pour moi, ça a toujours été une évidence, je crois avant tout aux bienfaits de la vie en communauté. On n'a pas eu de place bien entendu, on s'apprêtait à chercher une assistante maternelle mais pas très sereinement... Mon fils n'allait pas bien à l'époque, il faisait des crises de douleur inexpliquées et le chef du service pédiatrie de l'hôpital qui l'avait suivi en néonat nous recommandait vraiment la collectivité car, je cite, "une nounou risque de péter un plomb devant ses pleurs"... Gloups ! Bon, la suite, c'est que mon fils a été hospitalisé, puis 6 mois en hospitalisation à domicile gardé par l'homme. Et on a eu le graal, une place en crèche ! Franchement, ça a été la révélation. La collectivité l'a boosté dès le premier jour, il a fait des progrès moteur absolument incroyables. Pour nous, c'était un plaisir et un soulagement de le voir si heureux et si bien intégré. Depuis, il surkiffe absolument la crèche, c'est le mix parfait pour lui entre cocooning et autonomie :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous aussi à Paris on avait fini par en avoir une au bout de 10 mois!
      Je suis ravie de savoir que ça a été salutaire pour ton fiston. On ne se rend pas compte des bienfaits que ça peut apporter !
      En fait, ya plein de gens qui sont pour la crèche !

      Supprimer
  15. J'habite dans un nouveau quartier rempli de jeunes couples, il y a un enfant de moins de 2 ans dans la moitié des appartements de mon étage par exemple, on croise des poussettes partout... et il doit y avoir 60 ou 80 berceaux en crèche en tout pour 1000 familles... Le nouveau maire, qui n'est pas à l'origine du quartier et le déteste (ambiance !) a été interrogé par une femme enceinte de 7 ou 8 mois en réunion publique, parce qu'elle était inquiète pour la garde de son bébé. Ce cher monsieur a répondu : "Arrêtez de faire des enfants..."
    Bref, par chez nous c'est garde partagée à gogo, mes voisins partagent avec une famille du 5ème étage, même pas besoin de mettre des vraies chaussures pour déposer le petit ! Et nous (quand il sera question de garde) ça risque d'être pareil, à mon grand désarroi parce que j'aime beaucoup l'idée d'éveil à la collectivité.
    Bon bon, je raconte ce que je peux vu que je n'ai pas d'enfants ;)
    Et j'en profite pour rajouter une couche de compliments, parce que j'aime bien quand tu m'en fais alors je fais pareil : tu me fais rire à chaque fois avec ton style décapant. Tu veux pas lancer une collection de produits dérivés avec tes en-têtes ? Un T-shirt "Mes canetons agoraphobes", un mug "Mes castors soviétiques", etc... Je fais les dessins, on partage le pognon, ça te va ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors là, moi je réserve tout de suite le mug !

      Supprimer
    2. Haha! Chiche! Ya un vrai créneau à prendre avec les mugs et les tee-shirts ! Je ne savais pas que tu avais des talents en dessin ! Tu me montres ?

      Supprimer
    3. Chiche ! Dès que tu me donnes une adresse, je t'envoie ça !

      Supprimer
  16. Je n'y suis pas encore (loin de là) mais je sais que mon choix numéro 1 sera la crèche. Mais habitant Paris je sais que ce sera nounou. #commentaireinutile ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas du tout ! Demande ta place tout de même, on finit souvent par en avoir une même si c'est long ;-)

      Supprimer
  17. moi je suis nounou (mais j'ai travaillé plus d'un an en crèche ) donc je garde mon mini loup avec moi à la maison mais si je devai trouver un moyen de garde je le mettrai en crèche car quand je vois certaine nounou par chez nous -_- et je ne veu pas que mini loup s'accroche trop a une seul personne en particulier ( moi jalouse?! non pas du tout).

    https://mamannounou51.wordpress.com/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait d'accord avec toi! Vive la crèche ! Et merci pour ton commentaire !

      Supprimer
  18. Moi aussi, avec tout ce que l'on entend, l'idée de confier ma minicouette a une nounou ne m'avait jamais effleuré l'esprit mais faute de place, nous n'avons pas eu le choix. Alors, on a vraiment pris le temps d'en rencontrer plusieurs et c'est au moment où on y croyait plus, que l'on a trouvé la perle rare. Et quand on m'a appelé pour me dire qu'une place s'était libérée, je ne me suis pas posée de questions, j'ai immédiatement refusé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends. . Quelle chance d'avoir trouvé la perle rare! C'est le rêve de beaucoup de parents !

      Supprimer
  19. Moi aussi je ne jure que par la crèche et mon mari aussi. Je compte remuer ciel et terre pour avoir une place (croise les doigts pour moi). Pourtant j'ai été en crèche et ça c'est pas toujours bien passé et mon mari a été chez une nounou super. Mais comme toi à Paris, je préférais une crèche (de préférence celle de mon neveu).
    Et puis les enfants que je côtoie, ceux à la crèche sont plus sociables (peut être qu'il y a un biais, cela n'a peut être rien à voir avec le mode de garde).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si je reste persuadée que la crèche est un facteur important de sociabilisation, même si certains enfants sont sociables intrinsèquement, de part leur caractère. J'espère que tu auras une place ;-)

      Supprimer
  20. C'est drôle, parce que nous quand on dit : "Elle est avec une nounou.", on nous regarde d'un air compatissant en nous disant : "Vous n'avez pas eu de place en crèche ?" Tout est une question de perspective ;) Et je crois que les gens parleront toujours, même (et surtout) pour ne rien dire. Plutôt que de dire : "Ah ouais ok c'est cool", ils préfèrent poser une autre question, ça fait avancer la conversation (oui, j'ai fait des études de linguistique).

    Bref, la réponse à cette question est donc : "Si ! On a eu une place en crèche !" Pareil, nous habitons à la (presque) campagne, et même si on a été recalés une première fois, on était visiblement bien placés en liste d'attente, du coup on a fini par obtenir le Graal... et puis on a donc dit : "Non merci !" Choupie avait déjà une nounou (ben oui, le temps de la commission, de la liste d'attente etc.) et, à la réflexion, ce mode de garde nous convenait mieux.

    On est d'un naturel confiants, alors je ne m'inquiétais pas trop pour la nounou psychopathe. Pour moi la menace d'un enfant psychopathe parmi la vingtaine de la crèche était bien plus probable ;) Et puis on aime notre petit confort, on n'aime pas trop la foule et le bruit, alors on s'imagine que Choupie non plus.

    Et bon, après deux ans, il s'avère en effet que sa nounou n'est pas une psychopathe (ou elle cache bien son jeu) et qu'elle se plaît avec ses quelques quelques petits camarades de nounou (qui ne sont pas des psychopathes non plus), donc bon, tout roule chez nous aussi, et on rempile pour la suivante :)

    Je crois que le principal, c'est de trouver le mode de garde qui nous convienne (et à nos enfants aussi) et qu'en ce domaine, il n'y a pas de vérité générale :)

    (Ah oui, et puis ma belle-mère, qui est nounou, m'a dit le week-end dernier : "Les enfants qui vont chez une nounou s'adaptent généralement bien à l'école, car ils ont l'habitude d'y aller pour aller chercher les plus grands..." Bref, question de perspective encore une fois ;))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait... même si quand Chucky est entré à l'école, j'ai vu la différence entre ses copains de la crèche et les autres : ceux qui étaient à la crèche avec lui n'ont pas versé une larme. Les autres en revanche si.
      Chacun a des expériences différentes et voit midi à sa porte en effet! ;-)

      Supprimer
  21. Ma fille est restée avec moi pendant plus de 4 ans et demi, on voyage en famille, on sort tout le temps donc niveau sociabilité elle est au top, parce qu'elle a l'habitude de fréquenter toute la population et non seulement les enfants qui sont nés la même année qu'elle. La petite enfance passe tellement vite, je profite au max et maintenant elle est super adaptable. Elle est en excellent santé, elle tombe malade mais se remet à chaque fois à son rythme (pas comme mes neveux... malades tout le temps et pire pas le temps de se soigner correctement et hop ça recommence), et comme on bouge tout le temps quand on repasse dans le pays de mes parents, on profite pour sortir en amoureux. Maintenant elle va à l'école, elle adore ça (les gens espèrent qu'elle va pleurer tous les jours ha ha ha... tant pis pour eux, ils n'ont pas compris que son réservoir affectif est plein)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Désolée de te répondre si tardivement, je pensais avoir répondu à tous les commentaires. Je suis tout à fait d'accord avec toi! Mon fils est lui aussi très sociable et il n'est presque plus malade, et je pense que la crèche a joué un grand rôle dans tout ça! Merci pour ton passage par ici!

      Supprimer
  22. Quand je n'avais pas d'enfant, j'envisageais la crèche sans hésitation! Quand mon Petit Loup est né, j'ai retourné ma veste.
    C'était un bébé qui aimait le calme, dormait peu et demandait pas mal d'attention,j'ai trouvé cela incompatible avec une crèche.
    On a eu des mésaventures mais au final, on a trouvé une super nounou et il y était entouré (puisque la nounou a 3 enfants et en garde 3!) Bref,c'était nounou et je reste convaincue que c'était le meilleur choix pour nous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr, si tu en es convaincue c'est que c'est le bon choix! L'essentiel est de faire comme on le sent!

      Supprimer
  23. Super article, comme toujours. Ma fille aînée a eu la plus merveilleuse nounou qui puisse exister et n'a pleuré qu'une seule fois chez elle : le dernier jour (elle avait bien compris qu'on ne la reverrait plus). Faut dire, moi aussi je pleurais. Quand elle a eu 18 mois on a changé de région et on a dit : pas possible de trouver aussi bien que la nounou, donc on l'a mise à la crèche : ça a été génial aussi. Du coup, la cadette est allée aussi à la crèche. Le même genre que celle de tes enfants, avec un personnel adorable, une vraie cuisinière qui mitonnait de super bons petits plats, un jardin potager fait par et pour les enfants (les plus grands). Bref, #TeamCrèche pour les mêmes raisons que toi (même si on avait aussi trouvé la perle des nounous).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est chouette!tu as vraiment deux expériences différentes mais positives malgré tout! Merci beaucoup pour ce gentil compliment, qui, comme d'habitude, me touche beaucoup!

      Supprimer
  24. J'ai bien rigolé en lisant ton article :) J'ai un avis plus mitigé. Nounou avant un an (car bébé est encore petit) et crèche après un an je dirai, même si ce n'est pas ce que nous avons fait pour notre fils. En effet, pour Petit Prince, nous avons commencé avec une "fameuse nounou parisienne" avec le téléphone sur elle en permanence. Cela s'est très mal passé. On est passé par une crèche "usine" pour finir en micro-crèche. Et franchement, j'adore la micro-crèche : on se sent écouté et c'est une vraie petite famille. Les filles consolent, font des câlins et plein d'activités. Elles ont vraiment du temps pour chaque enfant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sûr que la micro-crèche, c'est imbattable je pense! Dommage que ce genre de structures ne soit pas généralisée.....Et plus abordable financièrement.

      Supprimer
  25. Au départ moi j'étais plutôt parti pour chercher une crèche et puis comme je n'ai pas eu de place je me suis tournée vers une nounou, et elle a eu ma grande et maintenant mon pti dernier et j'en suis très satisfaite. C'est sûr qu'ils ont moins de contacts avec d'autres enfants mais on fait en sorte de squatter les parcs de jeux pour ne pas qu'ils deviennent trop sauvages !! 😆😆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le côté social, c'est pas non plus primordial quand ils sont petits, ils ont le temps de se sociabiliser après! Gros bisous ma poulette

      Supprimer
  26. Bah c't'à dire... jsuis assmat donc voilà voilà ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Héhé! enfin, je sais quel métier tu fais! Je suis sûre que tu es une perle rare!

      Supprimer
  27. nounou ici, mais c'est un choix secondaire.. moi aussi je voulais la mettre à la crèche, sauf que : j'habite une graaaaaaande ville, et que dans les graaaaaaande ville il faut s'y prendre : dès qu'on tombe enceinte, faire du lèche botte au service petite enfance, appeler TOUT les jours (les harceler quoi, posséder deux licornes et donner ses deux reins... et encore on est pas sûr d'y arriver!!!! enfin bref, crapulette va chez une super nounou (oufff), bien que je trouve qu'elle ne fasse pas beaucoup d'activité, et comme je ne compte pas reprendre le travail de suite et bien je cherche une place en halte garderie pour le mois de septembre (je cherche 2 matinées par semaine)!! voilà!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que tu vas trouver ma petite belette.... C'est toujours le parcours du combattant ce genre de démarches...

      Supprimer
  28. Bah, j'étais certaine d'avoir laissé un commentaire ici... Nous n'avons pas trop eu le choix, ici nous devons faire 15km pour arriver à la 1ère crèche et en plus elles sont toutes bondées, avec liste d'attente! Du coup on a fait plus simple, une nounou à 2km de la maison! Bon il faut admettre qu'il nous aura fallu 2 nounous pour trouver la perle! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour ton passage par ici! ça me fait super plaisir! Contente de savoir que vous avez trouvé une nounou compétente et proche de chez vous!

      Supprimer
  29. Je n'ai pas eu de place en crèche et finalement, je suis satisfaite d'avoir une nounou, ça se passe super bien !

    RépondreSupprimer
  30. Oui j'arrive une semaine après la bataille pour lire et commenter ton article mais j'ai le droit, toi tu pars bien dans la Mayenne, personne n'est parfait ;)
    Donc quand on a le choix ce qui est rare sur les grandes villes et dans certains coins, tout le monde n'a pas la chance d'habiter la Creuse ou la Lozère selon ton humeur^^, Le mieux c'est la CRECHE ! Sans hésiter pour les raisons que tu donnes. Un seul adulte avec mon môme ça me plus que chiffonne et mon dieu quand on voit certaines nounous au jardin, on se félicite encore plus d'avoir opté pour le collectif. Donc Cosminou fait ses petites matinées en halte-garderie avec des filles adorables, des activités variées, un extérieur et tout et tout... Bref tout comme toi mais à Paris :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vois que ton esprit perspicace a percé mes errances spatiales ;-) J'essaie de brouiller les pistes au cas où un élève pervers serait à ma recherche! Je ne suis pas très douée apparemment! Oui, je suis tout à fait d'accord avec toi. C'est super si Cosminou est en halte garderie. Il va bientôt rentrer à l'école, non?

      Supprimer
    2. Désolée d'avoir sabotée ta couverture... Tout le monde sait que tu habites dans l'Aveyron, en fait ;)
      Cosminou est très précoce mais il n'a pas encore deux ans. Donc l'école attendra encore un peu^^
      Bises

      Supprimer
  31. J'ai adoré ton article !
    Ici, on est team Crèche ! On a un bol monstre : dans notre campagne perdue (vraiment paumée pour le coup), il y a une crèche gérée par la communauté de communes à laquelle on est rattaché ! J'ai été faire la pré-inscription du Petit Haricot et on aura la réponse au plus tard courant avril. La directrice était assez optimiste quant à nos chances d'avoir une place. Donc, je croise tous les doigts que j'ai parce que pour l'Amoureux laisser son petit à une nounou : c'est mission impossible ! Les comportements qu'il a vu en région parisienne de la part des nounous qu'il croisait lors de la balade du chien n'ont pas aidé à avoir un jugement positif ! :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui, je te comprends tellement! J'espère de tout mon coeur que vous aurez une place. Si la directrice est optimiste, je le suis aussi pour vous: Tu nous tiendras au courant j'espère!

      Supprimer

Dis-moi des mots doux...

Rendez-vous sur Hellocoton !