Libellés

Le jeu qui a mal fini

8 janv. 2017




Mes rainettes à pois,

Encore un séjour aux urgences pour Miss Couches Mouillées. Celui-ci nous a fait bien peur, à quelques jours de Noël.



L'ambiance était festive et joviale. On venait de goûter et on attendait la venue de ma soeur et de mon beau-frère qui devaient arriver en fin d'après-midi. C'était Noël dans trois jours, on devait aller chercher ma grand-mère pour qu'elle profite de la soirée avec ma soeur et moi. Bref, on était heureux et impatients.
Miss Couches Mouillées était en train de jouer avec sa grand-mère. Cette dernière la faisait marcher sur ses pieds en la soulevant par les bras (ne jamais faire ça donc). Sauf qu'à un moment donné, Miss Couches Mouillées s'est laissée tomber, et ma mère, de peur qu'elle ne se fasse mal en tombant, l'a retenue par les bras, ce qui a provoqué un "crac" distinct et sonore et des hurlements de la part de ma fille.

Panique à bord. On passe du rire aux larmes en quelques secondes.

Mon petit bipède a d'abord du mal à reprendre son souffle tant elle a eu peur et mal. Elle hurle de douleur. Je la prends dans mes bras, la console. Au début, on pense que ça va passer. Je lui montre des photos d'elle et de son frère, pour la distraire. ça marche pendant une ou deux minutes, elle reste silencieuse. Puis, elle essaie de bouger son bras gauche, et là, de nouveau, elle hurle de douleur.
On s'interroge: que faut-il faire? Elle a l'air d'avoir vraiment très mal, elle ne bouge plus son petit bras gauche. J'essaie de rester calme. J'ai du mal à penser que c'est grave, dans mon esprit, un bébé, c'est souple, je ne peux pas me résoudre à aller aux urgences.

Ma mère est catastrophée et se confond en excuses. Elle appelle le médecin du village, qui lui dit qu'elle ne pourra rien faire si c'est grave. Il faut l'amener aux urgences.

Le problème, c'est que je ne sais pas comment la porter, elle hurle dès qu'on la bouge . Je l'allonge sur le canapé et essaie de la rassurer. Pinces d'Or est parti faire des courses avec Chucky. J'aimerais l'attendre pour qu'il m'accompagne, mais en voyant la souffrance de ma fille, je me dis qu'il va falloir y aller sans lui.
Heureusement, il arrive dans les minutes qui suivent. Ma mère emballe Miss Couches Mouillées dans une couverture et lui met un coussin dans le dos. C'est comme cela que je la transporte. Je la tiens en position semi-allongée, sur son coussin. Chucky lui fait un gros bisou et on part.

J'appréhende le trajet en voiture. Mais heureusement, l'hôpital n'est qu'à 10 minutes de route. Pinces d'Or conduit, et je monte à l'arrière avec ma monstrote. Il est évidemment impensable de l'attacher dans son siège auto. Je la porte en position semi-allongée, essayant de protéger son petit bras gauche des vibrations de la voiture.
Pas de chance, c'est justement le pouce gauche qu'elle suce habituellement, elle essaie de se réconforter en portant le droit à la bouche. Je lui chante des chansons, elle a l'air d'aller bien, elle babille, dit "papa", "maman".

En arrivant aux urgences, j'ai des difficultés à la porter, le coussin glisse quelque peu, et je suis obligée de la redresser légèrement, ce qui la fait hurler de douleur. Mince, je pense alors que c'est peut-être quelque chose de plus grave. Et si elle avait le bras cassé?
Il n'y a pas beaucoup de monde dans la salle d'attente des urgences. Et au bout de 5 minutes à peine, on nous appelle.
Je laisse Pinces d'Or tout seul dans la salle et je m'avance avec ma fille qui hurle toujours de douleur.

Un médecin femme nous accueille. Elle est jeune et souriante. Je lui explique ce qui s'est passé, que je suspecte que l'épaule ou la clavicule soient luxées ou froissées. Elle me répond qu'elle pense que c'est plutôt le coude qui a souffert. C'est ce qui se passe habituellement quand on joue avec les bébés en leur tirant sur les bras. Cela s'appelle une pronation douloureuse. C'est une articulation du coude qui a bougé.
Je lui demande de vérifier que ce soit bien le coude et pas l'épaule. Elle allonge ma fille qui hurle toujours. Elle tâte son épaule, puis son coude, ce qui fait redoubler ses cris et qui confirme bien l'hypothèse du médecin.

Elle me demande si je lui ai donné un quelconque médicament; Je lui réponds que oui, je lui ai donné un doliprane juste après l’incident. Le médecin m'explique ensuite qu'elle va  devoir lui remettre le coude en place en la manipulant. Elle me demande de la placer assise contre moi. J'ai envie de pleurer à l'idée que ma fille souffre. J'obéis donc et la place sur mes genoux. Le médecin commence à lui prendre l'avant bras et à le soulever doucement. Miss Couches Mouillées hurle, mais de toutes façons, elle hurle depuis le début. C'est très rapide. Une ou deux secondes.
Le docteur m'explique ensuite que c'est fini.

- C'est fini, fini? Elle n'a plus mal? J'ose à peine y croire.
- Non, théoriquement. Maintenant, il y a la mémoire de la douleur qui compte et le fait qu'elle soit un peu traumatisée. Il va falloir quelques minutes pour qu'elle oublie qu'elle a mal. On va la garder un petit peu pour être sûr que son coude est bien remis. Vous pouvez appeler votre mari.

Un soulagement immense s'empare de moi. Je suis tellement reconnaissante envers ce médecin qui a guéri mon bébé... Je me dis qu'ils font un métier merveilleux.

On est tout de même obligés de rester une bonne heure dans le box, pour s'assurer que Miss Couches Mouillées n'a plus mal. Le problème est que justement, elle semble encore avoir mal; Le médecin décide de lui faire passer une radio, par précaution.

Rebelote, on change de service.  Le radiologue la fait allonger sur une table et lui bouge son bras, ce qui, évidemment, ne manque pas de provoquer chez elle des nouveaux hurlements. Je demande au médecin de faire doucement, je lui rappelle qu'elle a peut-être encore mal à son bras. Miss Couches Mouillées crie tellement fort que Pinces d'Or arrive à l'entendre du service des urgences.
Lorsqu'on sort du box, on attend les nouvelles de la radio. Ce qui me rassure, c'est que ma fille montre l'envie de marcher. Je la laisse donc crapahuter, et elle a l'air d'aller bien mieux.
Pinces d'Or nous rejoint, et lorsque j'essaie de la prendre dans les bras pour retourner aux urgences, elle se met de nouveau à hurler, en se jetant par terre, les deux bras devant. Puis se relève comme si de rien était.
 Avec Pinces d'Or, on se regarde. Elle n'a plus mal au bras, c'est clair.
Le médecin des urgences, alertée par ses cris, s'inquiète, il va falloir qu'elle refasse la manipulation du coude, nous dit-elle.
 Mais on la rassure en lui disant que ce n'était pas des hurlements de douleur, mais plutôt des hurlements de colère, et qu'elle vient d'ailleurs de se jeter par terre. (Monique Dolto est dans la place).

On rentre à la maison, où nous attendent ma mère, ma grand-mère, ma sœur et mon beau-frère, fraîchement arrivés de Paris entre temps.
Après quelques appréhensions, Miss Couches Mouillées retrouve peu à peu l'usage de son bras. Au début, on craint qu'elle n'ait mal. Ma grand-mère lui soulève doucement le coude. Aucune réaction. Il ne semble plus la faire souffrir.
Après plusieurs minutes, elle se met à applaudir, et on est définitivement rassurés.

En tout, on aura passé une heure et demi aux urgences, ça a donc été relativement rapide. Evidemment, elle reste toujours fragile et il faut faire attention à son bras. Je n'en veux absolument pas à ma mère, je me dis que ça aurait très bien m'arriver également de lui faire mal.

Et vous, vous est-il déjà arrivé quelque chose de similaire avec vos enfants?


Des Bécots,

Frau PrunO (alias, Monique Dolto)

58 commentaires :

  1. Et bah dis moi quelle ambiance de fifou chez les pruneau avant Noël ! Tu m'as rappelé un souvenir que j'avais enfoui bien profondément dans ma mémoire : il m'est arrivé un peu la même chose avec ma fille lorsqu'elle avait le même âge !! Et c'est moi qui avait tiré Le bras alors qu'elle se laissait tomber par terre... urgence aussi mais pour nous pas de coude déplacé... plus de peur que de mal !! Ta pauvre maman a dû s'en vouloir mais elle n'y peut vraiment rien ! ( je m'en étais voulu aussi.. d'où mon amnésie jusqu'à aujourd'hui !!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ha! J'aime quand je fais resurgir des souvenirs enfouis! Allonge-toi sur le canapé, mets la tête sur mes genoux.... Dis-moi tout, mon enfant!

      Supprimer
  2. Quelle histoire! Lucie est tombée une fois de la première marche de l'escalier, chez nous, et n'arrivais plus à marcher. Panique à bord! On l'emmène aux urgences qui sont à 5 minutes (à pieds^^) et, après radio et tuti quanti, non. Rien. On est rentré comme si de rien n'était. Ce n'était finalement pas grand chose mais je me souviens que m'a plus grande peur (en plus de la santé de ma fille, bien sûr) c'était que l'on croit que c'est moi qui lui avait fait mal, que j'étais violente où je ne sais quoi... Heureusement, rien de tout ça...^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'imagine comme tu as dû flipper, effectivement... Et perdre trois jours d'espérance de vie! c'est qu'on y tient à ces petites choses là!

      Supprimer
  3. C'est arrivé à ma nièce, alors qu'elle avait un peu moins de deux ans. Au supermarché, on s'amusait à jouer à "1 .. 2 ..3" et au bout de 3 on la soulevait par les bras pour la faire rire.
    Jusqu'au moment où elle a hurlé. Même diagnostique et ça m'a vacciné ! Plus jamais je ne joue à ce jeu avec un enfant !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout pareil pour moi! Je flippe pour un rien maintenant, même quand il faut que lui remonte sa manche! mais bon, ça sert de leçon!

      Supprimer
  4. C'est rock chez vous! Plus de peur que de mal, même si la miss a eu bien mal elle. C'est toujours flippant la douleur chez les petits. Mon père avait donc raison quand il me disait "lui tire pas les bras comme ça". Je touche du bois mais on évité les urgences pour l'escargot. Ce n'est jamais une partie de plaisir. Je crois que j'aurais hyper culpabilisé aussi...
    Belle soirée et courage pour la reprise demain...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Marie! Oui, comme tu dis, c'est vraiment angoissant la douleur chez les petits, on aimerait pouvoir souffrir à leur place, surtout quand c'est de notre faute! Enfin, plus de peur que de mal!

      Supprimer
  5. Rohh l'angoisse! Heureusement, ça a été vite réglé. Il paraît que c'est plus courant qu'on ne le croit, j'ai une connaissance à qui s'est arrivé (sa môme s'est cassé la figure pendant qu'elles marchaient en donnant la main), et aux urgences, il lui avait dit que c'était fréquent et rarement grave!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, effectivement avec du recul, je me dis que je me suis angoissée pour rien!

      Supprimer
  6. Je m'imagine à ta place, j'aurais été dans tous mes états, je compatis...
    Il m'est déjà arrivé de rattraper Cosminou par le bras pour éviter qu'il ne tombe dans les escaliers ou autre, c'est vrai que c'est instinctif. Même si on sait qu'il faut faire attention avec les petites articulations des bébés.
    Heureusement que ta bichette a échappé à la fracture.
    Bises <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, tout est bien qui finit bien! On ne se rend pas compte, mais des fois, leur faire mal tient à un fil (ou bras) hahaha! pardon

      Supprimer
  7. Ben dis donc ! J'ai l'impression que vous y allez tous les jours aux urgences ! Ils font des abonnements ou comment ça se passe ? :) Erf, le coude ça doit piquer sévère en plus...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pensais carrément demander un partenariat avec ADVIL, mais ils ont refusé ;-)

      Supprimer
  8. OMG ! La fin d'année à été gratinée en effet ! Merci pour cet avertissement car nous jouons souvent à la soulever par les bras et comme toi je pensais qu'ils étaient assez souples pour que ce genre de chose n'arrive pas...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, mais de rien ma belle! Moi aussi j'étais persuadée qu'ils étaient assez souples, comme quoi....

      Supprimer
  9. Hé ben cela a été une soirée mouvementée! on a connu la soirée aux urgences, le grand n('avait que 2 ans.. A cause du coq d'un ami qui lui a fait une bell griffe sur la tête! Mais l'angoisse que tu as connu là, je l'ai ressenti quand je suis tombée dans les escaliers alors que mon gnome n'avait que 8 mois et qu'il m'a fait un "spasme du sanglot" de peur car il n'avait rien eu. J'avais fait en sorte de tout prendre pendant la chute.. Je suis contente que ta Miss Couches Mouillée se porte bien. Gros poutous <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mince alors! la griffe du coq, c'est assez inédit en la matière! Les spasmes du sanglot, on connaît bien ici, Miss Couches Mouillées en est une adepte!
      Je comprends la panique que tu as dû ressentir lorsque tu es tombée, ma pauvre...
      Plein de bisous

      Supprimer
  10. Ma mère avait déboité l'épaule de sa cousine en jouant comme ça ... Mais, même si je sais ça, je continue à tirer sur le bras de mes enfants pour les empêcher de tomber : c'est un réflexe débile mais un réflexe ...

    En tout cas, sacré début de vacances de noël ! Heureusement, ça s'est bien terminé. Ça me rappelle nos deux derniers noël où on a passé une journée entre toubib et radios pour nos mômes ... Je peux te dire que cette année on n'était pas des plus rassurés au début :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est clair que c'était des vacances mouvementées! On ne peut pas empêcher les réflexes, je crois que c'est impossible! Mais on peut essayer d'éviter de faire l'avion (dit-elle, d'un air détaché ;-)

      Supprimer
  11. Oh l'angoisse ! Les voir hurler de douleur : que c'est difficile !!!
    Heureuse de lire que Miss Couche Mouillée se porte bien !
    Je note que jouer en tirant sur les bras = risque ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, plus de peur que de mal en définitive! Mais c'est vrai que l'angoisse monte très vite quand nos bébés sont concernés!

      Supprimer
  12. Punaise l'angoisse ! J'ai eu de sacrés sueurs froides à la lecture de ton billet ! Heureusement ça finit bien mais punaise, l'angoisse (oui je me répète). Gros bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Gros bisous à toi aussi ma toutounette <3

      Supprimer
  13. C est "drole" parce que mon mari m en avait parlé, il me disait que c était un des motifs les plus fréquents de consultation aux urgences pour les enfants de cet age et que malheureusement les parents n étaient pas informés et continuaient donc ce genre de "jeux". Mais bon au final rien de grave c est le plus important :) .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est sûr qu'il n'y a pas mort d'homme! J'imagine que ton mari doit en voir des vertes et des pas mûres dans ce domaine!

      Supprimer
  14. Pauvre puce ! J'ai déjà entendu parler de cela ! Vous avez eu de la chance d'être pris en charge si rapidement !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'on a toujours eu de la chance sur ce coup là... En même temps, quand tu arrives aux urgences avec un bébé, tu es souvent prise très au sérieux!

      Supprimer
  15. Oh la la la panique !!! J'imagine l'état de stress... Pauvre choupinette !!!

    RépondreSupprimer
  16. Ça m'est arrivé deux fois avec ma fille...une fois en jouant et une fois ...simplement en lui remontant sa manche !!! La première fois quand on ne sais pas ce qui arrive et que l'enfant hurle de douleur c'est assez angoissant...Après maintenant qu'on sait qu'elle est fragile à ce niveau là, on fait très attention !
    Merci pour cet article qui peu aider car c'est qqch de peu connu des parents...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oups, maintenant je vais flipper en lui remontant ses manches! Merci pour le tuyau et ravie de faire ta connaissance!

      Supprimer
  17. ooooh je connais bien, j'ai expérimenté par moi-même! j'avais 4 ans, on m'a soulevée par les bras pour dire au revoir et j'ai hurlé. Mes parents ont cru à une comédie pour ne pas dire au revoir et une fois à la maison m'ont soignée à la crème Nivea. C'est le lendemain en voyant que je ne me servais plus de mon bras qu'ils ont réalisé qu'un petit tour aux urgences serait peut-être nécessaire. Bingo --> luxation du coude, remis en place par l'interne de garde, rapide mais ultra douloureux et une petite semaine d'immobilisation.
    10 ans plus tard, une blessure à l'autre coude en cours de gym, le même service des urgences, le même diagnostic et...le même médecin que j'ai reconnu immédiatement ! la douleur de la remise en place aussi et cette fois-ci demi-plâtre pour 15 jours car c'était fêlé.
    voilà voilà....
    autant te dire que le premier qui essaye de faire faire l'avion à un de mes enfants en le tenant par les bras, il se prend un direct du droit (qui n'a aucune séquelle) direct !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mince, ma pauvre! pas de chance! et les parents qui pensent que tu joues la comédie! ça me donne envie de te faire un câlin! (flippe pas, hein?)
      Promis, je ne ferai pas l'avion avec tes gosses!

      Supprimer
  18. Il est arrivé la même chose à ma fille ! 2ème jour d'école en PK4 (l'équivalent de notre moyenne section) un enfant est tombé sur elle, ce qui l'a déséquilibrée et elle est tombée sur son coude. Elle a passé le reste de la journée à pleurer, mais la maîtresse a cru que c'était parce que c'était le 2ème jour de classe...

    Lorsque je suis allée la chercher, j'ai tout de suite vu que quelque chose n'allait pas, d'autant plus que ma fille est toujours de bonne humeur normalement. J'ai filé aux urgences, coude déplacé également (Nursemaid's elbow ici, je te dis pas le temps que j'ai mis à comprendre ce qu'elle avait !) Ils l'ont remis en place à 2 reprises puis l'ont plâtré pour 10 jours. L'infirmière m'a expliqué que ça arrivait régulièrement aux enfants quand les parents jouent à les balancer par les bras.

    Que d'émotions en tout cas, je compatis !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je vois que toi aussi tu as connu ça! pauvre choupette! Heureusement pour nous, pas besoin de plâtre, tout s'est remis vite en place!

      Supprimer
  19. Voilà une anecdote que vous vous raconterez pendant plusieurs années ;)
    Mon grand a 12 ans et je rappelle toujours à mon mari que notre fils s'est ouvert le front à 12 mois parce qu'il le filmait et l'encourageait pour ses 1ers pas entre 2 fauteuils et qu'il n'a pas pu le rattraper ...
    Enfin ... mon autre fils s'est aussi ouvert le front sur notre terrasse en tombant d'un fauteuil bain de soleil que j'avais laissé au bord de la terrasse ... le jour de mon anniversaire !

    Pour le fait de ne pas tirer les petits par le bras, on en a tous entendu parlé mais dans certains cas, on le fait par reflexe ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mince, ma pauvre, je vois que vous êtes gratinés vous aussi dans ce domaine! Ton mari se souviendra des premiers pas de ton fils! vous devez en rire maintenant! (ou pas ;-)

      Supprimer
    2. La cicatrice du grand est discrète car dans le coin gauche de son front. Elle lui donne un petit côté Harry Potter ;) Par contre mon Chichi, ça lui fait une grande barre de 4 ou 5 cm de long au milieu du front. Si on coupe ses cheveux court, on ne peut pas la louper ... Enfin, il reste magnifique malgré sa cicatrice, sa tâche de naissance à côté de son oeil (pas très grande) et une cicatrice de varicelle juste un dessous qui fait comme un point d’exclamation avec la tâche, puis aussi une veine qui se voit fort sur sa joue (la dernière fois, ma soeur a cru qu'il avait du feutre bleu :-D)
      ça fait son charme :)

      Supprimer
  20. Oh la la, pauvre petite Miss Couches Mouillées ! J'ai souffert pour elle :/ Bon, plus de peur que de mal au final, c'est le principal !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, comme tu dis, plus de peur que de mal, ouf!

      Supprimer
  21. Coucou. Oh la la ça a dû être horrible. La pauvre puce ! En tout cas tu m'as fait bien peur et je ne vais pas oublier que plus jamais je ne dois faire ça avec mes enfants. On nous rabâche tellement que les petits sont élastiques qu'à force on y croit. Merci de nous avoir alerté. Gros bisous ma belle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, voilà, moi aussi je pensais que les petits étaient élastiques: bon, ben pas tant que ça en fait ;-)

      Supprimer
  22. Oh la pauvre ! J'espère qu'elle est tout à fait remise. Je suis allée aux urgences plusieurs fois pour une de mes filles (toujours la même, un peu casse-cou). Notamment un bras cassé le jour de son gala de danse... elle était super déçue en plus d'avoir mal. Je ne savais pas que le type d'accident qu'a eu ta fille était assez fréquent, je ferai attention. Des bises à partager avec ta petite puce.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ma belle! je partage! C'est complètement flippant les urgences, je compatis pour ta casse-cou!

      Supprimer
  23. je croise les doigts pour le moment rien de grave chez nous

    RépondreSupprimer
  24. :-0 Mais voyons donc! Quelle histoire! J'étais captivé par ton récit, j'avais hâte à la fin (j'me faisais des scénarios de malade...j'imagine pas toi comment ton cerveau devait te jouer des tours tsé). Ouf...Mais je suis soulagée pour ta petite cocotte. Mais bon tsé on retient la leçon "no pulling by the arms even when playing". Merci pour le partage :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi pour ton commentaire! Je suis désolée d'avoir mis trois ans à répondre!

      Supprimer
  25. Quelle aventure, et quel coup de plume! Heureusement que ça a été pris en charge très vite et contente que Miss couches mouillées aille bien.
    Ma petite contribution de maman pour faire suite aux très nombreuses commentaires, une anecdote sur mon biboun dans sa prime jeunesse. En jouant avec son papa, il s'est pris un coup dans le visage ou plus précisément un coup dans le nez sur le bord du lit. S'en suit les hurlements de douleurs donc direction les urgences. Les médecins l'auscultent et ne trouvent ni bosses ni bleus, ils se concertent et demandent à mon tout petit si c'est son papa qui lui a fait mal et où exactement... ça partait en cacahuètes... Lorsqu'un infirmier arrive et explique à l'équipe que certains peuples ne possèdent pas de cartilages dans le nez pendant la petite enfance et c'est peut-être la raison pour laquelle il n'a aucun hématome au visage. Et voilà tout le monde qui veut toucher son petit nez sans cartilage donc, appuie, pince, caresse... Forcément ça chatouille, il est pris de fous rires et tout le monde avec. ça s'est bien fini mais quand je pense qu'on a failli passer pour des parents indignes pour une histoire de cartilage...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aïe, vous avez dû avoir très peur! Je suis bien contente que tout se soit bien finit pour vous! Ils nous font de ces frayeurs ces petits bouts! Je t'embrasse ma belle!

      Supprimer
  26. Il m'est arrivé la même chose étant petite... Je jouais avec ma sœur sur des balançoires face à face et on se balançait en se tenant une main... Conclusion coude sorti de l'emboitement... On a filé chez le médecin qui nous a envoyé aux urgences et la bas (selon ma mère) on m'a assise sur un comptoir, le médecin m'a dit attrape le crayon je l'ai fait avec l'autre bras il m'a dit non celui là et hop tout s'est remis en place.... MAGIE

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vive les médecins! Je peux te dire que les ai bénis sur le coup!

      Supprimer
  27. Moi aussi j'ai connu à deux reprises le stress, les pleurs, et le départ en catastrophe aux urgences. Te lire m'a replongé dans ces moments qu'on préférerait oublier... Chute dans les escaliers la première fois et un adulte qui trébuche et tombe sur Lutin la seconde fois. Enfin heureusement que la plupart du temps, tout rentre dans l'ordre rapidement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui heureusement comme tu dis! Il y a des cas où malheureusement les choses sont plus graves. Nous avons de la chance!

      Supprimer
  28. La peur que tu as du avoir ! J'ai connu cela il y a environ avec Lapinou qui s'est ouvert juste au dessus de la lèvre en tombant dans le garage... Beaucoup de sang, donc direction les urgences : un point de suture. Il s'en est vite remis, mais ses hurlements quand on l'a recousu puis enlevé le fil restent dans ma tête et mon cœur de maman :'(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mau pauvre... C'est terrible! Comme tu as dû avoir peur en effet! Heureusement, cela est derrière toi maintenant!

      Supprimer
  29. Voilà un article qui m'avait échappé (ça devait être pendant mon hibernation)... Je me permets quand même de laisser un commentaire tardif, pour te rassurer: ce que tu décris m'est arrivé au moins trois fois entre mes 2 et 5 ans: une fois la nounou en m'habillant (une crème pourtant, je l'adorais-et l'adore-toujours), une fois mon père en jouant, une fois toute seule à l'école. Il en fallait vraiment peu pour me déboîter le coude... J'ai peut-être eu mal les premières fois, je ne me souviens pas, mais je me rappelle de la dernière fois, je n'avais pas mal, ce qui me gênait, c'est que je n'arrivais pas à appuyer et dessiner avec mes craies grasses! C'est un souvenir qui est bien ancré dans ma mémoire :D
    Par contre moi j'avais eu droit au plâtre (c'était cool, mon père avait fait des dessins, je les ai gardés longtemps au fond de mon armoire, d'ailleurs ils y sont peut être toujours ;) )
    En tous cas, je n'ai gardé aucune séquelle de cette hyper flexibilité, ni douleur ni quoi que ce soit, et je ne me suis rien cassé depuis!
    Ca arrivera peut être à nouveau à ta fille (la loi des séries...), mais on remboîte, et ça repart! :D

    RépondreSupprimer

Dis-moi des mots doux...

Rendez-vous sur Hellocoton !