Libellés

Les incivilités virtuelles: un fléau bien réel

28 juin 2016





Mes limaces carnivores,

On en parle beaucoup ces derniers temps, sauf que moi, comme d'habitude, je réagis avec trois plombes de retard .
Je t'avoue qu'au départ, toutes les incivilités qu'on déplore sur le web, me laissaient un peu de marbre, car j'arrive très bien à me détacher du virtuel, comme si j'étais bien protégée derrière mon écran, et que ce genre de chose ne pouvaient pas m'atteindre.
Ce genre de chose, pourtant, peut atteindre certaines personnes, jusqu'à les blesser profondément. Il ne faut donc pas les prendre à la légère.


Tout se passe comme si le net créait un deuxième monde parallèle, un monde dans lequel les gens peuvent tout se permettre, sûrs de n'être touchés par personne. C'est bien là tout le paradoxe des réseaux sociaux et des blogs d'ailleurs: sensés améliorer la communication entre les êtres humains, en réalité, ils ne font souvent qu’exacerber le mauvais côté des êtres humains. L'homme est seul face à la machine: il pense parler à quelqu'un de l'autre de côté de la toile, mais physiquement, il pianote sur un clavier. Seul. C'est donc une communication biaisée en quelque sorte. Son unique salut réside dans les mots, que parfois, il ne sait pas manipuler, ou à travers lesquels il prend des raccourcis dangereux. Il ne dispose pas des autres paramètres de communication tels que l'émotion de la voix, les gestes, le regard etc.... Il n'a que les mots.


Il n'y a qu'à voir sur Facebook, le ton avec lequel me parlent parfois certains blogueurs, surtout ceux qui acceptent ou demandent 34 amis par jour. Certains ont découvert ma page fan à travers mon profil, puis l'ont likée, sans que je leur demande. Ce geste leur donne le droit, pensent-ils, de te donner l'ordre de liker la leur en retour.
- Page likée. A toi.

Plaît-il?  J'ai raté quelque chose? Un épisode?  Un Bonjour? Je suis plutôt détendue et tolérante sur le sujet. Comme tu le sais sûrement déjà, je like toujours les page qu'on m'invite à liker, même si la personne ne s'est pas présentée avant. Si je peux donner un petit coup de pouce, c'est avec plaisir. Mais qu'on vienne m'agresser gratuitement, je ne supporte pas.
Il y a aussi dans les discussions publiques, que certains utilisateurs viennent carrément agresser les personnes avec lesquelles elles ne sont pas d'accord.
Dans ces cas là, je bloque directement la personne. Je n'ai pas envie d'aller au conflit; Je préfère m'économiser de l'énergie et du temps et  rayer l'individus de mon univers virtuel.


Ai-je raison de procéder ainsi? 

Je ne pense pas. C'est un peu de lâcheté, au fond. Je déteste les conflits, alors je les évite. Je n'ai pas envie de me rabaisser au niveau de certains blogueurs, et j'adopte l'attitude du mépris aristocratique.

Oui, mais du coup, rien ne change.

Si tout le monde s'exprimait haut et fort lorsqu'on subit une incivilité sur le web, il n'y en aurait peut-être moins. C'est comme les gens qui sortent leur chien et qui les laissent faire leurs besoins dans la rue, ou ceux qui se garent sur les places handicapés. Si chaque personne témoin de leur action manifestait son mécontentement, c'est certain  que les individus en question réfléchiraient à deux fois avant de refaire une chose pareille;

Oui, mais personne ne dit rien. Et moi la première.

Il existe tout de même un groupe Facebook qui se bat contre ces incivilités: il s'agit La politesse avant le like : tu peux y inviter toute personne qui t'a manqué de respect sur le web. C'est plutôt bien pensé je trouve, et ça a le mérite d'être un acte qui milite pour la citoyenneté virtuelle.

Mais il n'y a pas que sur Facebook qu'on déplore l'incivisme. Sur les blogs également, certaines personnes viennent en agresser d'autres, sans aucun scrupule, sans réfléchir aux conséquences de leur acte. Il y a quelques semaines, une blogueuse que j'affectionne tout particulièrement pour la qualité de sa plume et ses qualités de cœur, s'est faite agresser par une autre blogueuse qui lui a dit dans un commentaire d'aller se pendre. Le commentaire concernait un billet sur les riches, billet mordant et ironique, à prendre au second degré bien entendu: sauf que la blogueuse en question n'a pas compris l'humour de mon amie et s'est donc permise de l'agresser dans un commentaire.
La réaction de ma cosmique copine a été sans appel et efficace: elle a répondu publiquement à cette blogueuse, en démontant son commentaire paragraphe par paragraphe dans un billet spécial, lui prouvant quasi-scientifiquement l'ineptie de son agression.
Au départ, je ne vais pas te mentir, j'ai été un peu étonnée de cette réponse que j'ai qualifiée d'impitoyable et d'efficace. Oui, mais qu'aurais-je fait, moi, à sa place?

Personnellement, je n'ai pas encore eu l'occasion de recevoir des commentaires agressifs ou insultants, mais je ne me fais aucune illusion, je sais bien que ça arrivera un jour ou l'autre.

Comment réagirai-je?

Je ne sais pas. Spontanément, je te dirais que je supprimerais le commentaire, sans y prêter attention, comme je le fais sur Facebook. Je ne veux pas me laisser atteindre par ce genre de bassitudes. C'est lâche, me diras-tu. Ce n'est pas faux. Mais peut-être que la poltronnerie est dans ma nature, je ne sais pas.
Je me dis aussi que mon blog, même s'il est public, c'est avant tout mon espace. J'y écris ce que je veux, je tolère ou non certains commentaires. Comme un jardin en quelques sortes, où les gens sont les bienvenus, sauf ceux qui ne sont pas respectueux. je fais donc ce que je veux chez moi.
Oui, mais comme pour Facebook, ignorer l'incivilité ne résoudra pas le problème de l'incivilité. Il ne fera que le déplacer.

En ce sens, Aileza a eu raison de marquer le coup. Je pense que la blogueuse qui l'a agressée réfléchira à deux fois avant de réitérer une telle démarche. Si chacun portait ce genre d'actions sur la place publique, c'est certain qu'il y en aurait moins.

Je pense qu'il faut donc être courageux, et ne pas laisser passer ce genre de choses. C'est le fait de ne rien faire et de ne pas réagir qui fait que la situation est devenue aussi ce qu'elle est aujourd'hui.

Il faut se comporter sur le net comme on se comporterait dans la vie physique, pour que ces deux mondes ne soient plus paralleles, mais finissent bien  par se rejoindre, pour n'en faire qu'un.

Allez, des bécots, et une pensée  pour ma chère blogueuse cosmique .


Frau Pruno.








Rendez-vous sur Hellocoton !

28 commentaires :

  1. Coucou ma jolie,
    Que dire, que dire...
    Tout d'abord je suis très touchée par ton billet plein de sincérité et d'adorabilité^^ et peu importe les "plombes" de retard, il a le mérite de revenir sur un sujet qui questionne chacun de nous dans le monde virtuel et réel aussi d'ailleurs.
    Que faire face aux incivilités ?
    On a tous nos stratégies pour se préserver parce que c'est de cela qu'il s'agit plus que de lâcheté, je crois. Personnellement je me vois mal aller reprendre chaque personne qui ne dit pas bonjour ou parle un peu sèchement. Dans la vraie vie je réponds sur le même ton, ça marche souvent. Sur le net, j'ignore. Je n'ai pas vocation à rééduquer les gens.
    Pour ce qui est des incivilités qui relèvent de l'insulte ou de l'agression. Réagir me semble important parce qu'on sait les dérives que cela entraîne : cyber-harcèlement etc...
    Avec ton billet, loin d'être lâche tu apportes ta pierre à l'édifice dans cette lutte. Car si une seule insulte ne tue pas c'est l'accumulation, la déferlante qui submerge. Et au même titre si une seule personne s'y oppose ça ne changera rien alors que s'il y a une levée de boucliers... Donc ma chère Escarpinette nous sommes 2 petits boucliers (modestes certes) mais qui ont le mérite d'exister... avec tous les autres qui ont déjà râlé et râleront encore.
    Quant à l'écran qui cache ceux qui agressent, il peut aussi servir à protéger ceux qui ripostent c'est ça aussi l'avantage ;)
    Pour finir, je me permets de te corriger, tu avais dit "impitoyable et cinglant" à la place de "impitoyable et efficace". ça a plus de gueule quand même ! :D
    Merci ma belle d'avoir eu le courage de faire cette mise au point car les seuls lâches que je vois dans cette affaire sont ceux qui agressent bien planqués derrière leur écran.
    Bises cosmiques <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh mais de rien ma belle! tu as raison, je ne pense pas que ces petits gestes soient inutiles, même s'ils ne sont qu'une goutte dans le grand océan virtuel! Tu as raison, le maître mot est "réagir"! Je ne me rappelais plus vraiment des mots que j'avais employés, il y avait "efficace" dedans aussi, mais peut-être un peu plus loin.... Bref, ne me remercie pas ma poulette, car j'avais vraiment envie d'écrire ce billet et ça me fait plaisir de soutenir mes amies <3

      Supprimer
  2. Olala le vaste sujet :-)
    Depuis quatre ans je suis plutôt assez tranquille sur mon blog mais il m'est arrivé récemment d'avoir un vrai bon accrochage avec un lecteur habitué qui me poussait dans mes retranchements par perversion et qui voulait en plus en savoir trop, qui entrait sur des sujets/considérations philosophiques ou autre trop personnelles.
    Suite à cet accrochage j'ai supprimé la discussion (inintéressante au possible à lire pour les autres) et pris sur moi désormais d'apprendre à repérer ce genre de commentaires pour mieux y réagir (réponse neutre ou pas de réponse tout court).

    J'avais écrit du coup un billet sur les trolls, "non"-trolls mais limites" etc. si ça t'intéresse ^^ http://www.ca-se-saurait.fr/2016/04/06/comment-gerer-une-discussion-sur-internet/

    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton témoignage Sabrina! C'est pas évident de gérer sa relation avec son lectorat, entre anonymat et intimité... J'irai jeter un coup d'oeil sur ton blog! A bientôt!

      Supprimer
  3. je n'ai pas encore été confrontée à ce type de com, mais j'avoue que ça me fait un peu flipper. J'ai beau me dire "la bave du crapaud n'atteint pas la blanche colombe"(lol), je sais que je vais me le prendre en pleine face, et je n'aurai ni la répartie ni le panache d'aileza pour y répondre. les mals élevés il y en a partout, et c'est vrai qu'il ne faut pas laisser passer.En même temps je suis partagée, méritent ils toute cette attention ? ne ferions nous pas mieux de les laisser dans leur jus ? don't feed the troll comme certains disent.. je suis comme miss pruno, je crois pas que j'arriverai à réagir(pourtant je suis sure que tu arriverais à le moucher !). En même temps miss, je suis d'accord avec aileza, tu es tout sauf une lâche, une lâche ne ferait pas un billet pour soutenir sa copine ! moi je dis : c'est beau l'amitié qui vous lit, et qui est tout sauf virtuelle si vous voulez mon avis !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. T'inquiète on sera là pour te défendre s'il t'arrive une bricole, ce que je ne te souhaite pas et qui n'arrivera probablement pas. La blogosphère est loin d'être peuplée que de méchants trolls, on en est la preuve ;) Bises ma belle et merci <3

      Supprimer
    2. Merci ma caille pour ton message adorable, comme d'hab. Tu as raison d'ignorer, chacun agit suivant son caractère et son style, on ne peut pas faire quelque chose qui ne nous ressemble pas ;-) je t'embrasse!

      Supprimer
  4. Ce billet est beau soutien à Aileza !
    Quant à savoir comment réagir face aux agressions : vaste débat... Dans la "vraie" vie, j'ai tendance à laisser courir ou à répondre sur le même ton (en fonction de mon humeur en fait). Sur le web, je n'y ai pas encore été confrontée, donc difficile de savoir comment réagir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, tu as raison, c'est un débat difficile et épineux... Espérons qu'on restera épargnés par ce problème!

      Supprimer
  5. Hum, large sujet... J'avais eu mon premier commentaire troll sur mon premier blog, pas carrémenr méchant ou insultant, mais bizarre, méprisant. Je l'ai supprimé et je n'ai pas pu m'empêcher d'envoyer un petit mot dédaigneux à mon tour, ce que j'ai immédiatement regretté parce que c'était puéril (reproduction de la spirale) et stupide, ça aurait pu l'encourager à continuer... Mais je n'ai pas eu de réponse, l'adresse mail était de toute façon très certainement fausse! Enfin bon, je crois que si ça arrivait à nuveau, je ferais comme toi, je supprimerais, sans message cette fois :) même si c'est pas la meilleure solution. Après j'imagine que ça dépend du contenu du message, certains méritent d'être déconstruits, d'autres ne méritent même pas ça!
    Julia

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, effectivement, il ne faut pas faire de généralités et réagir au cas par cas... Je ne connaissais pas l'expression de commentaire troll! J'adore! Gros bisous!

      Supprimer
  6. Je n'avais pas lu les billets que tu mentionnes. J'ai déjà eu deux commentaires franchement pas sympathiques, les deux sur le sujet de l'allaitement (décidément ;) ). Je les ai validés et j'y ai répondu excessivement poliment car je me suis dit que la gentillesse en retour me donnait une forme de supériorité (je suis machiavélique ;) ). En revanche depuis je modère tous les commentaires et s'ils y en avaient qui allaient plus loin et me manqueraient encore davantage de respect je pense que je les supprimerais, tout simplement, car comme tu le dis si bien je suis sur mon blog chez moi. Et pour moi ça me semblerait un signe suffisant de "va te faire voir ailleurs" :) .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, je ne savais pas que tu avais reçu des commentaires hostiles... En même temps, dès qu'on parle d'allaitement, on tombe vite sur des excitées... Tu as raison pour le coup de l'extrême gentillesse en guise de supériorité (petite hyène va ;-) Mais on est bien d'accord, on est le boss dans notre blog!

      Supprimer
  7. Moi non plus je n'ai pas encore été confrontée à ce type de message cracra... Pour l'instant je n'ai que de chouette fille avec qui un véritable échange se mets en place. mais si un jour cela arrivait j'espère que j'aurais le courage d'y répondre. En tous cas merci pour la découverte du blog d'Aileza! Bécos

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Héhé! tu ne connaissais pas encore Aileza? Roh... Va vite te rattraper! orgasme cosmique assuré! <3

      Supprimer
  8. Je suis à la fois d'accord et pas d'accord ;)

    Pour connaître quelqu'un qui s'est fait épingler par le fameux groupe "Faut être poli sur Facebook", je trouve que ce groupe va un peu loin. Après, je suis tout à fait d'accord avec l'exemple que tu donnes : quelqu'un qui me dirait "J'ai liké, à toi !", je le trouverais, effectivement, très grossier (et si ça t'est arrivé en ces termes, vraiment, je compatis). Par contre, quelqu'un qui serait mon ami sur Facebook, qui aurait liké ma page et qui m'enverrait une invitation pour la sienne (c'est ce qu'on a reproché à notre amie commune), j'aurais plutôt tendance à considérer que c'est le jeu. Je trouve effectivement que le "bonjour" est un peu inutile, qu'on peut se découvrir (et échanger bien plus qu'un bonjour !) à travers nos blogs respectifs. Et que si on ne va même pas sur les blogs qu'on like, alors tout ça n'est qu'un grand jeu un peu vain de base, et peu importe la politesse.

    Après, il est vrai que je ne peux pas tellement en parler, puisque je n'ai pas de compte blogueuse, et donc que quelqu'un que je ne connais pas peut difficilement me demander de liker des pages que je ne connais pas. Après, certaines personnes que je connais m'envoient parfois des invitations à liker telle ou telle page. Si je ne connais pas et que ça ne m'intéresse pas, j'ignore tout simplement.

    De façon générale, je suis moi-même un peu sauvage et timide, pas forcément très polie (parce que je suis justement sauvage et timide, et que la politesse, ça demande d'interagir), et j'ai du mal avec les "il faut". Je trouve ce groupe facebook très stigmatisant, en fait. Je pense qu'il fait l'effet d'une bonne claque dans la figure, et je suis pas sûre qu'elle soit toujours méritée (et pourtant, je le jure, on ne m'y a jamais invitée, c'est un avis 100% objectif ;)).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais moi aussi je partage entièrement ton avis! Je sais que Zou s'était faite épingler, et c'était franchement exagéré. Je suis coutumière des invitations sur Facebook et je me moque bien qu'on me dise bonjour ou merci, franchement, ça m'est égal...Tu as raison sur le côté stigmatisant de ce groupe, mais je trouve que le principe est louable :-)

      Supprimer
  9. (Ha ha, mon commentaire était trop long, j'ai dû le couper en deux :p)

    Pour les commentaires agressifs, c'est vrai que c'est un fléau. J'en ai eu vraiment peu sur mon blog (deux ou trois ?) (un peu plus sur mes blogs "pro" évidemment), mais c'est vrai qu'on se demande qui sont ces gens et pourquoi pourquoi ils sont aussi méchants. Sur les blogs dont je m'occupe, la politique est claire : on supprime. On est chez nous, gardiens d'une certaine ambiance et on refuse que quelqu'un vienne la détériorer, point. Sur mon blog, je laisse et je leur réponds (en commentaire). Je pense que ce serait dommage de perdre une occasion de montrer aux gens leur connerie (ouais, chez moi je m'en fous qu'il y ait une ambiance de merde :p).

    Après, j'avoue avoir été aussi un peu décontenancée par le billet-réponse d'Aileza. Aileza est très intelligente, écrit très très bien, et c'est vrai que, clairement, la commentatrice ne faisait pas du tout le poids. Du coup (même si je n'écris JAMAIS des commentaires comme ça), je n'ai pas pu m'empêcher de me mettre à la place de cette fille qui voyait sa bêtise affichée en énorme sur un blog. Ça n'enlève rien au fait qu'Aileza a bien fait de se rebiffer, d'une façon ou d'une autre, et qu'effectivement il est intolérable qu'on nous parle comme ça.

    Pour aller même plus loin, certaines personnes (même certaines lectrices régulières) ont des façons de parler vachement dures. Ça tient évidemment au support, qui fait qu'un mot sort comme ça, sans intonation ni rien, et est ensuite gravé dans le marbre tel quel. On ne peut pas revenir dessus, l'atténuer d'un éclat de rire, adapter immédiatement notre discours à la réaction de l'interlocuteur comme on le fait dans une conversation normale. Mais je crois tout de même que c'est possible de limiter la casse, et que tous les commentateurs (même, et surtout, les pas-méchants-mais-un-peu-durs) devraient faire l'effort de peser un tant soit peu leurs mots avant d'écrire. Pour une blogosphère pleine de paillettes et de licornes, comme on l'aime (quoi, on a des goûts de chiottes, nous les blogueuses ?).

    (Bon, et finalement, pour répondre à la question centrale de ce billet "doit-on faire quelque chose ?"... ben je crois que je suis plus adepte du bon exemple que de la punition, c'est peut-être moins radical, mais ça demande aussi moins d'énergie... et c'est dommage d'en perdre pour ça ;))

    (Pff, c'est très long tout ça, je vais me coucher !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais non, reste!!!! surtout que je suis d'accord avec toi sur tous les points.... Je vais publier ton commentaire à la place de mon billet ;-) je t'embrasse ma belle, bonne nuit! <3

      Supprimer
  10. Je trouve pas que ca soit de la lâcheter d'éviter les conflits au contraire, si tu arrives à faire en sorte que ca ne te touches pas, ca évitera de te ruiner le moral pour rien.
    Pour le moment j'ai pas encore eu de commentaires vraiment agressifs mais ce jour là, je ferai peut être comme toi, je supprimerai

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui tu as raison. Ça me fait du bien de savoir que plein de gens reagiraient comme moi finalement! Gros bisous ma belle.

      Supprimer
    2. Oui tu as raison. Ça me fait du bien de savoir que plein de gens reagiraient comme moi finalement! Gros bisous ma belle.

      Supprimer
  11. Je ne crois pas qu'il s'agisse de lâcheté, mais comme le dit Aileza, c'est plutôt une façon de se protéger. Chacun gère les attaques directes ou indirectes comme il l'entend et le peux aussi.
    Pour ma part je suis comme toi, je n'aime pas les conflits et encore moi les conflits sur Internet, car je considère que personne n'est dans les meilleures conditions pour débattre d'un sujet. Face à face c'est plus compliqué c'est vrai mais plus juste.
    J'ai déjà eu à faire à quelques commentaires dans ce genre. Soit je considère que je peux répondre (sans non plus m'acharner sur la personne), soit je laisse couler et je supprime le commentaire.
    Parfois il faut avoir le courage de dire "stop". D'autres fois, il faut savoir abandonner le navire avant qu'il ne sombre et nous avec.

    Super article en tous cas! Et qui remet les idées en place...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Marie! Je vais retenir l'image du navire qui sombre. . C'est tout à fait ça! Il faut savoir se préserver. .Gros bisous.

      Supprimer
    2. Merci Marie! Je vais retenir l'image du navire qui sombre. . C'est tout à fait ça! Il faut savoir se préserver. .Gros bisous.

      Supprimer
  12. Je n'ai pas encore reçu de commentaires foireux mais c'est ma hantise d'autant plus que je blogue avec ce qui m'est le plus cher au monde: ma famille. Je crains d'avoir un peu une reaction epidermique si ça venait à arriver! En tout cas, le soutien des copines blogueuses est precieux dans ces moments-là! Gros bisous à toi et à Aileza que j'affectionne aussi enormement!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ma Lise. C'est vrai que c'est important d'être bien entouré, ce qui est notre cas. On a de la chance! Je t'embrasse.

      Supprimer
  13. Hello !
    Article qui me parle car justement je me posais la question au départ. Avant le blog j'avais une chaine youtube très très régulière que j'affectionnais. Et puis un jour, j'ai commencé à avoir des commentaires méchants et pas cool. Je voulais répondre et puis comme toi je me suis dit que le mieux c'était encore de les supprimer. Maintenant je suis beaucoup moins active sur cette chaine car elle me rappelle ces critiques. Même si j'aime faire des vidéos je préfère écrire. j'espère juste que personne va venir "troller" mes articles. Oui j'utilise "troller" pour tous ces commentaires méchants car après tout c'est juste pour nous souler comme les trolls. et puis c'est moche comme eux ^^

    RépondreSupprimer

Dis-moi des mots doux...

Rendez-vous sur Hellocoton !