Libellés

Les tableaux de ma vie

7 mars 2016





Mes rhinocéros bicéphales,
Une fois n'est pas coutume, j'avais envie de rédiger un billet culturel pour clôturer ces vacances d'hiver (toujours en vacances ces profs).  Je ne sais pas si tu t'en souviens, mais je t'avais confié, sur le divan des Liebster Awards, mon goût pour la peinture. Pas la Delux, la peinture avec un grand P (quoique j'aime bien la  Delux également) (surtout la poudre d'ivoire). Bref. Figure-toi que cet intérêt pour la peinture s'est manifesté au beau milieu d'un musé à Munich, quand j'avais 19 ans.


Rien ne me prédisposait pourtant à tomber amoureuse de cet art. Je trouvais cela barbant à mort quand j'étais ado et même si j'étais déjà allée dans quelques musées, je n'arrivais pas à comprendre comment certaines personnes pouvaient passer des minutes entières devant une œuvre picturale (un peu blonde sur les bords).

Oui mais ça, c'était avant.

La révélation


Avant donc, que je me rende à Munich pour un stage de langue de trois semaines. J'ai pénétré le seuil de la Pinacothèque avec mon amie slovène Nina et il se trouve que je suis tombée amoureuse d'une des Nymphéas de Monet. Tu sais, c'est un peu comme Jeanne d'Arc lorsqu'elle a entendu ses voix. Voui. Tout à fait. J'ai trouvé cela beau et apaisant et je me suis surprise à rester plusieurs minutes devant cette oeuvre en me disant: Ah, mais en fait, c'est beau la peinture! (la blonde) (encore).

Nymphéas, Nénuphars Claude Monet 1925 Neue Pinakothek


Voilà donc la première œuvre qui éveilla mon goût pour la peinture. Une œuvre impressionniste et française (cocorico) (sais-tu qu'en allemand on dit kikiriki?) (c'est un billet culturel ne l'oublie pas).

Bref, je m'égare encore une fois. Cette révélation s'est vite trouvée confirmée grâce à l'excellent cours de civilisation que dispensait à l'époque ma prof de fac en licence.

La confirmation


A l'époque, (je vous parle d'un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître), je suivais un cours sur l'expressionnisme. Et je suis restée littéralement scotchée devant le tableau de ce peintre qui devait devenir désormais mon peintre préféré pour plusieurs années.

Der Tiger, Franz Marc 1912 Kunsthalle Hamburg


Non, ce n'est pas du cubisme, c'est de l'expressionnisme. Je ne vais pas te soûler avec la définition de l'expressionnisme, je vais juste de dire que c'est un mouvement artistique qui s'est développé au début des années 1900 jusqu'à la première guerre mondiale, dans toute l'Europe et qui a souvent été qualifié "d'esthétique du laid". En regardant ce tableau de plus prés, je ne trouve pas du tout qu'il soit laid, bien au contraire. Je suis touchée par le regard de ce tigre dans sa cage. Franz Marc est connu pour ces peintures d'animaux et sa théorie des couleurs. Voici un deuxième tableau de lui que j'affectionne beaucoup:

Die grossen blauen Pferde, Franz Marc 1911, Walker Art Center, Minneapolis


Un autre tableau expressionniste qui me bouleversifie complètement est celui de la grande ville.

Die Stadt, Jakob Steinhardt, 1913 Nationalgalerie, Berlin


Les expressionnistes sont à la fois fascinés et effrayés par l'expérience de la grande ville, qui apparaît souvent dans leurs tableaux comme un lieu inquiétant et déshumanisé aux perspectives tombantes et irrégulières.


L'approfondissement


Tu l'auras compris, à partir de ce moment là, plus rien ne pouvait m'arrêter. Je continuais à développer mon intérêt pour la peinture. J'étais chaude comme une baraque à frites.  Ma période parisienne fut parfaite pour cela. (Ouais, moi aussi j'ai des périodes).  Je me suis régalée à visiter les expos et les musées et à faire les boutiques .

J'ai eu la chance de pouvoir me rendre à la formidable expo qui s'intitulait De l'Allemagne à Paris. Elle a été beaucoup critiquée, à tort je trouve. Pour une fois qu'on expose des œuvres allemandes dans la capitale, on peut déjà saluer l'effort au lieu de critiquer, mais passons.... J'ai beaucoup aimé cette expo car il y avait un bon nombre d’œuvres issues du Romantisme allemand et de son peintre le plus représentatif, Caspard David Friedrich. Rien que le nom fait saigner du nez, je sais, mais sans forcément connaître le nom, tu connais sûrement son tableau le plus illustre:

Der Wanderer über dem Nebelmeer, Caspar David Friedrich, 1818, Kunsthalle, Hamburg

Ah, tu vois, tu connais! Ce tableau peut certainement paraître cliché, mais je ne me lasse pas de le faire étudier à mes élèves. Je le trouve très inspirant: la petitesse de l'homme face à la grandeur de la nature. Le terrestre face au mystique etc etc.... J'aime beaucoup beaucoup.


Changeons de style et d'époque. Sans être une fan inconditionnelle de Klimt ni de l'Art Nouveau, il y a pourtant un de ses tableaux qui me touche beaucoup, c'est celui-ci:

Die Musik, Gustav Klimt, 1895, neue Pinakothek, München

Ce qui me plaît dans cette toile, c'est l'harmonie qui s'en dégage et la beauté des couleurs. Je t'avoue que j'ai été surprise en voyant ce tableau en vrai pour la première fois, lors d'un second voyage à Munich, avec mes élèves cette fois-ci. Il est très petit en fait et du coup, moins impressionnant que prévu! Mais je continue à l'adorer.


Voici une œuvre que j'ai chez moi en reproduction. Je sais, ça fait un peu salle d'attente de gynécologue d'avoir des œuvres en repro chez soi, mais, que veux-tu, l'Art a ses raisons que la raison ignore....

Paysage marocain, Henri Matisse, 1912, Modernamuseet Stockholm


J'aime beaucoup Matisse, sans être une experte du Fauvisme. J'ai découvert cette œuvre lors d'un voyage à Stockholm et tout comme le tableau précédent, c'est l'harmonie qui y régnait et les couleurs qui m'ont bouleversée (je suis facilement bouleversifiable).


T'es toujours avec moi? Tu te fais pas trop chier? Si? Mince, ok, j'abrège...

Boeuf écorché, Chaïm Soutine, 1925; The Minneapolis Institut of Arts

Je te présente Soutine et ses boeufs écorchés. Sympa, le type.
Tu comprends mieux pourquoi on appelle l'Expressionnisme "l'esthétique du laid"... Pourtant, ce tableau continue à me fasciner. Je l'ai découvert à Paris lors d'une expo consacrée à Soutine.





rêve causé par le vol d'une abeille autour d'une pomme-grenade, Salvador Dali, 1944, Musée Thyssen-Bornemisza Madrid


J'ai dû mal à expliquer pourquoi Salvador Dali me fascine autant. Ses tableaux me parlent et réveillent quelque chose d'inconscient en moi. Pas toi? Allonge-toi près de moi, mets ta tête sur mes genoux, dis-moi tout....
Le fait de juxtaposer différents éléments qui n'obéissent à aucune logique me fait penser à mes propres rêves.
Genre, tu rêves de ton mari qui te parle dans ta maison, et puis tout à coup, ton mari se transforme en tante Gilberte avec la voix de Jacques Chirac et vous êtes au beau milieu du Sahara. (Freud, help me).

Je termine ce billet par mon artiste coup de cœur, celui que j'ai découvert tardivement grâce à une expo qui lui était consacrée à Paris.

Room in New-York, Edward Hopper, 1932

Je suis tombée littéralement amoureuse de la lumière qui se dégage de ce tableau et de l'atmosphère. Hopper peint beaucoup la solitude de ses personnages et il retranscrit à merveille les relations humaines et leurs sous-entendus. Au-delà de ses peintures, j'aime le personnage qu'était Hopper, un homme qui est resté fidèle à sa femme jusqu'à sa mort, malgré leurs relations houleuses.

Et toi, il y a t-il un ou plusieurs tableaux qui t'ont marqué ou impressionné? Dis-moi tout, ça m'intéresse (au cas où tu n'aurais pas remarqué, j'aime la peinture..)
Si tu veux, tu peux également suivre mes tribulations de blonde sur Instagram et Hello Coton. Je ne te parle pas de Facebook, on est en froid en ce moment.


En revanche, si tu es amateur de belles photos, je te conseille un blog super prometteur: Empreintes sur Négatif. Antoine photographie Paris comme personne. Ses photos ont une âme. De plus, c'est un voyageur qui nous offre des clichés dépaysants, donnant des envies d'ailleurs;
Des bécots.

Frau Pruno.


21 commentaires :

  1. Merci pour ce super billet ! je me suis mise à m'intéresser vraiment à l'histoire de l'art depuis que je suis prof, et depuis j'adore découvrir des oeuvres et les faire étudier à mes élèves...
    C'est marrant que tu publies ça aujourd'hui, le billet que j'ai prévu de publier demain parlera de peinture, justement ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'on a de la chance en tant que prof, de pouvoir communiquer notre passion à nos élèves. Merci pour ton compliment <3

      Supprimer
  2. comme toi, j'adore la peinture. D'ailleurs, dans mon salon, sur la table, il y a des livres de peinture. Ben oui, on ne reçoit plus le catalogue de La Redoute, faut bien compenser ! C'est pas que je suis snob, mais feuilleter un livre de peinture m'apaise et j'ai l'impression de devenir intelligente. Je pourrais passer une semaine au Louvre, j'aime beaucoup les impressionnistes mais mon coup de cœur va à la peinture américaine : Hopper, Pollock et Andy et son Pop Art. Mention toute spéciale à Norman Rockwell.
    Sinon, pour avoir l'air cultivée, ya un moyen qui fait son effet. En peinture, tu utilises des adjectifs de musique et inversement. Tu peux dire devant un tableau : C'est chantant, dynamique, animé et quel rythme dans les couleurs !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma soeur et moi, on adore jouer les intellos devant les tableaux au musée, en utilisant justement le genre d'adjectifs que tu décris! On a plein de points communs, à ce que je vois... Ma bibliothèque ressemble également à celle d'un prof d'arts plastiques ;-)

      Supprimer
  3. Moi je suis prof d'arts appliqués... ( Attention pas d'Arts plastiques, rien à voir, Pu-stule!) Bon... ça ne m'empêche pas d'apprécier l'Art (un peu). Je suis une inconditionnelle de Pierre Soulage (j'en voudrais bien en avoir un dans mon salon) et de Ernest Pignon Ernest et de Banksy et de... (de plein de monde en fait!).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh... Ah...! J'ignorais que tu étais prof d'arts appliqués... Je n'aime pas du tout Soulage, mais j'aimerais comprendre, parce que j'ai l'impression que ça fait bien d'aimer Soulage... Tu mapprendras? Ya son musée pas loin de chez moi, on y va?! Bisous

      Supprimer
  4. Ah et au fait, je trouve qu'il y a pire que la reproduction de tableaux pour faire salle d'attente de médecin. Il y a les photos de paysages grands formats, avec une petite préférence pour les bords de mers et les bateaux. Bah oui, notre cher médecin adore se faire une petite frégate au mois d'août.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha! Tu as raison! Et puis, chez les médecins, c'est souvent des repros de Kandinsky ou de Miro ;-)

      Supprimer
  5. Euhh... et Pour "le boeuf écorché" connais-tu celui de Rembrandt et de Bacon? Moi j'ai un faible pour l'original du grand R... Bon voilà! Maintenant j'arrête de commenter comme une furie... Bonne reprise!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh non, t'arrête pas!! Celui de Bacon, ça me dit qqch.. Mais je suis pas sûre de connaître en fait... Et j'ignorais que Rembrandt en avait faits... Heureusement que tu es là!

      Supprimer
  6. Bon on peut dire que t'as un faible pour les allemands.
    Moi je suis plus "impressionnistes" . Voir leurs toiles à Orsay la première fois fut un choc (mon dieu j'utilise le passé simple, c'est dire l'émotion).
    Autre choc au musée de la Reina Sofia à Madrid devant Guernica dont je n'avais qu'un vague souvenir grisâtre datant du collège. D'où l'intérêt de voir les oeuvres "en vrai" on ne le dira jamais assez.Sans parler de Dali, Miro sublimes.
    Pour finir je ne partirais pas d'ici sans citer mon chouchou Modigliani et ma chouchoute Frida Kahlo, deux torturés génialissimes.
    Merci pour ce billet qui nous fait un peu sortir des sentiers battus et re-battus de la blogo. Esprit libre, va !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce commentaire éclairé (comme d'habitude;-) ma Gazelle cosmique! Je rêve de me rendre à Madrid pour visiter le Musée de la Reine Sofia justement! C'est dans mon top 10 des musées que je voudrais voir une fois dans ma vie.
      Je t'avoue que je n'aime pas trop Miro, que je trouve trop abstrait. Frida Kahlo, je connais de nom, mais je ne visualise pas ses Toiles. Tu me montreras?
      Gros bisous ma belle.

      Supprimer
    2. Moi non plus je n'étais pas fan de Miro mais de visu c'est bluffant surtout au niveau des couleurs et du subtil équilibre entre tous les éléments.
      Pour Frida, je l'ai découverte en voyant le film "Frida" avec Salma Hayek. Superbe. Je te le recommande et tu rentras de plein pied dans le personnage et sa peinture si particulière et si éloquente. Et je ne te parle pas de la musique du film, sublime...
      Bises <3

      Supprimer
  7. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  8. Le saviez-tu ? Soutine a peint son "boeuf écorché" en écho à une expérience traumatisante vécue à l'adolescence : dans la communauté juive très croyante dans laquelle il vivait alors, il était mal vu de représenter des êtres humains. Ses peintures allant à l'encontre de la tradition rabbinique, le jeune Soutine a donc été enfermé dans la chambre froide de la boucherie locale, en guise de punition. Voilà, ça rigolait pas à l'époque. -- Cancan

    RépondreSupprimer
  9. Cancan!!!!! je suis trop contente que tu laisses ta patte ici! oui, je savais pour Soutine (cf: les aventuriers de l'art moderne) (c'était trop des oufs). Du coup, on ressent vraiment le malaise quand on voit ses toiles; je m'en remets toujours pas.... gniiiiiiii

    RépondreSupprimer
  10. Eh ouais, les aventuriers de l'art moderne, meilleur doc qui nous fait comprendre pourquoi Soutine n'était pas un joyeux luron.
    Sinon, super article ! J'aime beaucoup ce tableau de Klimt que je ne connaissais pas. Le léger flou autour de la nuque du sujet est très gracieux. Mais je reste #teamSchiele ! -- Cancan

    RépondreSupprimer
  11. God, j'adore ton billet ! Je pourrais parler du sujet pendant des heures... Je rêve d'ailleurs de lancer une rubrique "décryptage de tableaux" sur mon blog culturel Culture déconfiture, mais ça prendrait tellement de temps... Mon premier choc esthétique, c'est la Suzanne au bain de Jean-Baptiste. J'avais 15 ans, c'était dans une expo près de chez moi, et c'est là que j'ai su que je voulais étudier l'histoire de l'art. Autre gros choc, la Jeune fille à la perle de Vermeer. Pas mon genre, pas mon style, pas ma came et puis devant... la claque. J'aurais pu rester des heures à la regarder. Et Kandinsky, bien sûr, Kandinsky pour toute la vie. Composition IV et Jaune,rouge, bleu. Je m'y plonge et c'est sans fin. J'aime trop l'idée de ce billet tiens, je le déclinerais probablement ^^

    RépondreSupprimer
  12. Merci pour ce gentil commentaire! Je ne connaissais pas la Suzanne au bain de Jean Baptiste. J'ignorais également que tu aimais la peinture. Cela nous fait un point commun de plus. Tu bosses dans quoi au fait?
    J'aime aussi beaucoup Kandinsky j'ai eu ma période ;-) Mais je préfère ses Oeuvres de jeunesse plutôt que ses compositions.
    PIque-moi l'idée avec plaisir! Je suis ravie que mon billet t'inspire.
    Gros bisous!!!

    RépondreSupprimer
  13. Je bosse en webmarketing ;) Après des études d'histoire de l'art, et m'être rendue compte que c'était une passion, mais pas un rêve de carrière ! Mais j'essaye de garder un lien étroit avec ce milieu là, même si je vais voir moins d'expo maintenant qu'avant d'être maman ;)
    Et c'est Jean-Baptiste Santerre le nom du peintre... Si j'écris le truc à moitié aussi, ça ne va pas le faire ^^

    RépondreSupprimer

Dis-moi des mots doux...

Rendez-vous sur Hellocoton !