Libellés

Chroniques de blondes #1

22 févr. 2016




                                                                  Mes Dalmatiens rayés,
Ma vie est une véritable roman dont je suis plus spectatrice qu'actrice.
Tu n'es pas sans savoir que dans la vraie vie,  je suis blonde (des pieds à la tête). Cette spécificité capillaire m'a joué des tours plus d'une fois figure-toi. Car, en plus d'être blonde, il se trouve que je suis incroyablement étourdie. Si, je t'assure. Une sorte de Pierre Richard en fille. Pierrette Richarde quoi.

Une chose n'est pas faite pour arranger mon cas: je suis entourée de copines qui sont tout aussi blondes que moi.
L'une d'entre elles, que nous appellerons Gagou (elle se reconnaîtra), fut pendant un certain nombre d'années, mon acolyte . A cette époque, nous étions jeunes et insouciantes et nous écumions les boîtes de nuit pour nous déhancher frénétiquement au son de David Guetta (don't juge me) et pécho éventuellement quelques 06.

Que veux-tu... Il faut bien que jeunesse se passe...

Bref, toujours est-il que mon amie Gagou est au moins aussi étourdie que moi et qu'ensemble, nous avons vécu des aventures rocambolesques.

Laisse-moi te conter une de ces aventures :

Un soir, nous étions sorties à Montpellier dans un bar, nous projetions par la suite de nous rendre en boîte de nuit, à la Nitro.  Oui, la Nitro est une boîte de nuit de Montpellier où il passait de la techno non stop. Le DJ, J-C, était connu comme le loup blanc dans la région. Outre les soirées mousse qui ont fait sa réputation, il n'était pas rare qu'il y ait des chèvres sur la scène, où des chiens, quelques fois des pompiers et évidemment, des hommes dénudés et fortement alcoolisés qui se livraient à un strip-tease pathétique afin de remporter une caisse de champagne.
Bon, tu l'auras compris, ça ne respirait pas l'intelligence à l’intérieur de cette boîte, mais ça respirait la bonne humeur et la déconnade et c'est tout ce qu'il me fallait à cette époque où j'étais en prépa et où je me battais contre Nietzsche et Schopenhauer. (ça y est, j'ai casé Schopenhauer dans le même paragraphe que la Nitro, mate l'exploit).

Bref, revenons à nos moutons. Avec Gagou, on sort donc du bar et on monte dans ma voiture pour aller à la Nitro. Il faisait nuit noire.
Problème: On était dans un endroit qu'on connaissait mal à Montpellier. On n'était pas sûres du chemin à prendre pour regagner la boîte qui se trouvait un peu en dehors de la ville. On s'arrête à un feu rouge, le moteur allumé (oui, je sais, c'est mal).  On sort la carte routière pour essayer d'y voir un peu plus clair. Impossible de déchiffrer cette maudite carte. On ne comprenait rien.
On commençait à saigner sévèrement du nez sévère lorsque s'arrête une voiture de police à notre hauteur.  L'un des deux agents nous fait signe de descendre notre vitre. Nous nous exécutons.

Tu aurais vu nos têtes d'ahuries, la carte sur les genoux, la loupe et les lunettes sur le nez.

- On peut vous aider Mes Demoiselles?
- Heu.. On cherche à aller à la Nitro monsieur! Hihihihihi! (rires de blondes)
- Oui, je vois ça... Mais dîtes-moi, ce ne serait pas mieux avec la carte à l'endroit?
- Heu... Ah oui, mince alors je me disais! hihihi! ( re rires de blondes)

Les agents se sont regardés d'un air mi-amusé mi-navré. Puis l'un d'entre eux a rajouté:

- Et avec les phares allumés, vous y verriez mieux pour conduire la nuit.
- Ah oui, mince, on avait oublié d'allumer les phares! Hihihi!

Les deux policiers nous ont ensuite expliqué le chemin et nous sommes reparties, comme si de rien était, Gagou et moi, pour la Nitro, avec notre carte à l'endroit et les feux allumés. Les policiers ont dû divertir tout le commissariat avec leur histoire du soir.

Tu comprends maintenant l'ampleur de ma blonditude. C'est moche n'est-ce pas.... On n'est pas tous égaux face à Dame Nature, que veux-tu...

Une autre fois, je raccompagnais Gagou chez elle à la fin d'une soirée. On était plusieurs dans ma voiture, et Gagou était assise à l'arrière. Au moment de se dire au revoir, elle penche sa tête vers l'avant (vers moi) (je ne sais pas pourquoi elle a fait ça), et moi, dans un élan incompréhensible, je lui embrasse le sommet du crâne.

Elle me regarde, ébahie:

- Ben, pourquoi t'as fais ça? Tu viens de m'embrasser la tête, là!
- Ben, je sais pas .. Heu, c'est toi qui t'es penchée pour que je t'embrasse le sommet du crâne!
- Mais non!
- Mais si!

Tu as vu les discussions hautement philosophiques que l'on avait à l'époque.... Je te rassure, Gagou est une fille brillante, qui en plus d'être canon, a réussi comme une chef dans la vie et en plus, c'est une amie fidèle et formidable. A chaque fois qu'on se voit, on se marre en se rappelant nos aventures du passé.

Voilà pour cette première chronique de blondes. Il y en aura d'autres, je te promets, si tu es sage.

En attendant,  je te rappelle que j'ai créé un groupe d'entraide pour blogueurs sur Facebook.  On fait connaître nos blogs,  on se fait des potos,  c'est bonne ambiance.  Seule condition: échanger sincèrement.

Aujourd'hui,  je te conseille d'aller faire un tour sur le blog de Felie et ses monstres gentils.  Cette meuf,  qui compte quand-même 5 enfants au compteur (même pas mal)  trouve tout de même le temps de bloguer et de t'ouvrir son coeur (rien que ça). Bref,  c'est une déesse.  Je kiffe.
Voilà.

Plein de bécots.

Frau Pruno.







12 commentaires :

  1. Pas mal la blonditude :)
    Tiens, moi aussi j'ai fait une prépa, mais pendant les cours de philo je me perfectionnais en sudoku :-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, sérieuse jusqu'au bout! On a tout de même quelques points communs, malgré ma blonditude ;-)

      Supprimer
  2. hihi j'adore le passage avec les fics,moi je tourne plutôt sur le roux, mais rouler sans phare,je sais faire !!! ;)
    Merçi pour ta petite dédicace, cela me faire super plaisir <3
    Plein de bécots à toi aussi

    RépondreSupprimer
  3. La blonditude, plus qu'un concept, un art de vivre ;)
    Bisouuuusss

    RépondreSupprimer
  4. Ça va s'arranger, avec l'âge on fonce naturellement

    RépondreSupprimer
  5. Coucou. Tu m'as bien fait rire ! Moi aussi je suis blonde et on me le fait bien remarquer lorsque je parle plus vite que je ne réfléchis ;-) Par contre je ne suis pas étourdie. :-) bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il y a un panel de blonditude assez large! Enchantée, collègue!

      Supprimer
  6. Lol,l'épisode du baiser papal est assez mémorable en effet. Une anecdote parmi tant d'autres et beaucoup de fous rires. Brunette ou blondie, On a certes un peu vieilli,gagné en bon sens et responsabilités en devenant maman,mais on reste toujours lunaires,complètement barrée et tebées sur les bords :ça fait plaisir,sinon quel ennui :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Héhé: Je t'ai reconue ma Flavounette! Ne t'inquiète pas, je te réserve bientôt une petite dédicace ;-)

      Supprimer

Dis-moi des mots doux...

Rendez-vous sur Hellocoton !