Libellés

Mon inspection (première partie)

25 janv. 2016






Mes mésanges velues,

J'espère que tu vas bien, depuis le temps! Moi, ça va, tu sais, toujours cette histoire de nuits qui m'embête un peu... Rappelle-toi que je fais presque partie des parents hyènes, ceux dont les enfants font leurs nuits... On y est presque figure-toi, il ne manque pas grand chose... Je songe à mettre de la vodka dans le biberon de Coquillette pour qu'elle ne se réveille plus du tout, mais je vais d'abord demander l'avis du pédiatre pour voir ce qu'elle en pense (elle est très ouverte comme pédiatre.)

Bref, je sais, je te soule avec mes histoires de maman. Je vais plutôt te raconter ma première inspection en tant que prof. A ce propos, j'espère que tu as aimé mon dernier billet sur l'élève qui criait "Tu pues de la chatte!" en cours.
Avec ce billet, tu ne vas pas être déçu non plus, car il se trouve que c'est justement avec cette classe de 5° que je me suis faite inspecter la première fois de ma carrière.

L'annonce

Je te raconte pas ma tête quand j'ai appris que c'était avec ces dingos que j'allais passer à la casserole. J'ai failli chialer devant le principal: "Quoi, vous êtes sûr, Monsieur? Avec la 5°1? Mais, heu.... on ne peut pas changer? Et si je me fais renverser par une voiture en sortant du collège, ça peut changer la donne?"

En rentrant chez moi, j'ai d'abord songé à changer de métier. Puis après réflexion, j'ai opté pour une autre solution: m'ouvrir une bière. Après avoir réfléchi à la séquence pédagogique que je pourrais éventuellement préparer, je me suis ouvert une deuxième bière. Devant le manque d'idées lumineuses et mon état proche de la dépression, j'ai décidé de m'ouvrir une troisième bière. Au bout de la cinquième bière, je n'étais plus du tout déprimée. Je dormais.

Il faut tout de même te mentionner que je suis une prof très sérieuse. Je prends mon travail à cœur, petite mésange velue. J'avais donc préparé une séquence du tonnerre, du feu de dieu. C'était certain, l'inspecteur allait appeler le ministre de l'éducation en personne pour rendre compte de ce travail de génie une fois qu'il m'aurait vue à l’œuvre.

Une seule inquiétude cependant: pour que mon génie pédagogique jaillisse dans toute sa splendeur: il fallait que mes élèves se tiennent à carreau. J'ai donc préparé le terrain une semaine à l'avance.

 

Objectif: les terroriser

Je leur ai dit qu'il fallait impérativement qu'ils soient sages ce jour là car un inspecteur venait contrôler leur travail (oui je sais, c'est pas beau de mentir) et qu'il m'en rendrait compte par la suite. Ceux qui auraient une attitude irrespectueuse pendant la séance seraient convoqués par le principal en personne (ce n'était pas tout à fait faux). Oui, je sais, j'y suis allée un peu fort, mais rappelle-toi que cette classe était composée d’éléments tout fait incontrôlables comme Miss Donald. J'avais tout de même une crainte: que devant tant d'émotion, ils vomissent le jour J. Oui, dans cette classe, beaucoup d'élèves vomissaient. Je t'en avais déjà parlé il me semble (ici).

Tout était donc prêt pour the D Day. Les élèves étaient briefés. Ma séquence était prête. J'avais même obtenu de la CPE qu'elle m'enlève une élève psychopathe de la classe. Une élève complètement incontrôlable et assez teigneuse. Une vraie hyène des steppes. Miss Donald à côté, c'est un Bisounours. La CPE, m'ayant prise en pitié lorsqu'elle apprit que j'étais inspectée avec cette classe, m'avait gentiment proposé de retirer Carry de la classe."Elle va te foutre ta séquence en l'air ma pauvre. T'inquiète, je m'en occupe, de toutes façons, il fallait que je la voie en entretien à cause de ses nombreux retards".
Ouf, j'étais sauvée.
Je te raconterai donc la suite de mon inspection dans mon prochain billet. Oh, ça va! On ne râle pas s'il vous plaît, sinon je prends votre carnet...

En attendant, si tu veux rigoler un peu, tu peux toujours te rendre sur la page Facebook de Prof de merde.  Elle a un humour du tonnerre et raconte elle aussi ses aventures!  Bon, elle a à peu près 700 fois plus de fans que moi,  mais bon,  hein, on fait ce qu'on peut ma ptite dame!

Des bécots.

















1 commentaire :

  1. Et bien petit cigarillorouler baveux dépêche notifications d'écrire la suite

    RépondreSupprimer

Dis-moi des mots doux...

Rendez-vous sur Hellocoton !