Libellés

2015, notre année de galère... et de bonheurs

31 déc. 2015




Mes antilopes,



Je vais te raconter aujourd'hui l'incroyable année que fut 2015 pour nous (mes colocs et moi) (je considère mon mari et mes enfants comme mes colocs) 

Figure-toi que, comme je commençais à sévèrement déprimer dans ma cambrousse d'adoption, j'ai décidé, en septembre 2014, va savoir pourquoi, de passer l'agreg ( je suis une grande folle, tu sais...)

Ce que je ne t'ai pas dit non plus, c'est que c'est justement en 2014 que nous avions décidé, Pinces d'Or et moi, de mettre Chucky N°2 en route.

2° challenge donc ( je t'ai dit que j'étais une grande folle).

Ce n'est pas tout...

En Mai 2014, nous avions commencé à retaper l'appartement que nous venions d'acheter. Un magnifique appartement de 150 mètres carrés, avec cheminées, moulures au plafond et tout le bazar … Un véritable délire haussmannien, à la campagne ...Dois-je te préciser que cet appartement était à vendre depuis plus de 4 ans et que personne ne l'avait jamais acheté ? On se demande bien pourquoi... Comment te dire ?Avant les travaux, il ressemblait davantage à un camp de Roms qu'à un véritable appartement. Il était totalement inhabitable, il fallait TOUT refaire. TOUT.
Pinces d'Or, ce grand fou (lui aussi) a de suite dit BINGO ! On le prend ! C'est mon père qui fera les travaux ! (lui aussi est un grand fou) (décidément)

Nous avons donc acheté cet appartement, que toute la ville connaissait, car tout le monde l'avait visité, mais jamais acheté (tu m'étonnes)

Ce que je ne savais pas, c'est que les travaux, qui devaient initialement ne durer que 2 mois, ont finalement duré... 14 mois. (On m'aurait menti?)

Ce qui inclut 14 mois de cohabitation avec mon beau-père, mon propre père (il s'est laissé embarquer dans cette galère) dans la poussière, enceinte, préparant une agrégation de ouf.

Tu commences à comprendre ?

L'année 2015 a donc débuté sur les chapeaux de roues ! Nous dormions dans le vestibule, au milieu des piles de parquet, entre la cuisine et le salon ( dans ces conditions, arriver à concevoir un enfant tient littéralement du miracle) Inutile de te préciser que dans de telles circonstances, la pudeur de mise est vite devenue optionnelle: oui mon beau-père connaît mon anatomie maintenant (et pourtant, on n'habite pas dans le Nord)

Mon fils n'avait plus besoin d'être coiffé le matin, ses cheveux, blancs de poussière, tenaient debout tout seuls. Mon mari ne se lavait plus, il était juste blanc de la tête aux pieds, mais cela ne le dérangeait pas...  Quant à moi, je ressemblais à une vieille momie engrossée.... (avec le teint de Michael Jackson)

Ceux qui ont le mieux vécu cette année, ce sont les mâles... La bande des boules avait droit à l'happy hour tous les soirs, (à  croire que le fait de faire leurs besoins ensemble derrière un paravent en carton les ait soudés,) trop heureux de vivre une expérience fédératrice de la sorte : Man VS Wild à côté, c'est pour les fiottes .
Du coup, c'était la fête du slip tous les jours : allez, pour la peine, on se tutoie ?  Le gamin était en slip tous les jours dans les gravas, pendant que je relisais Goethe et Büchner...

Des dimanches entiers passés sur le lit à faire des disserts, entre deux nausées , apprendre le lexique des animaux, (de TOUS LES ANIMAUX) des arbres (de TOUS LES ARBRES) (oui, tu peux me demander comment on dit doryphore en allemand,  je saurai te répondre), des dimanches entiers à pleurer parfois parce qu'on se dit qu'on n'y arrivera jamais, que c'est une année de perdue à ne pas voir son fils grandir, à gaspiller de l'essence pour faire les 3 heures trajet  dans le brouillard à 5 heures du mat)..
Bref, des dimanches entiers sponsorisés par Coca Zéro et Kleenex.... Tandis que tout le monde travaillait pour garder Chucky et finir les travaux au plus vite.

Mais toutes ces galères sont balayées lorsque:

- ton mari saute du lit d'un bond, manquant de te faire accoucher prématurément en hurlant: "Tu es admise!!!!!!!!!! T'as réussi!!!!!!" Ton coeur ne fait qu'un bond, tu te précipites pour le suivre dans le salon, il a ouvert une bouteille de champagne et commence à boire au goulot en hurlant: "Je le savais! je savais que tu réussirais!" A ce moment là, tu n'attends qu'une chose: c'est lire ton nom sur l'écran du portable pour être sûre qu'il ne te fait pas marcher, que ce n'est pas un rêve, car c'est impossible, oui, c'est impossible que tu ais pu réussir ce concours si difficile du premier coup. Et puis vient le moment où tu lis ton nom sur Publinet et où tes yeux commencent à s'humidifier et là tu te dis que tu referais bien un enfant à ton mari sur le champ tellement tu es heureuse et reconnaissante de tous les sacrifices qu'il a faits pour toi cette année (sauf que tu ne peux pas car tu es déjà enceinte jusqu'aux dents) 


- tu rentres chez toi pour la première fois dans un appartement canon, propre et à ton goût.Cela ne sent plus la poussière. C'est lumineux, c'est clair. C'est beau.  Même dans tes rêves tu n'aurais pas imaginé quelque chose de si joli, si parfait... Tu plies les habits de ta petite princesse  qui va bientôt naître, dans sa chambre,  en te disant que le pire est derrière toi et le plus beau reste à venir. 



- Tu peux regarder 5 émissions des Maternelles en replay et t'enfiler ensuite 3 rediffusions des Reines du Shopping sans aucun état d'âme: You did it. Tu es agrégée. Tu t'en fous  maintenant. 

- Tu recommences à donner le bain à ton fils, à lui lire des histoires le soir, à lui faire de gros câlins sur ton lit, à t'occuper de lui pour de vrai, à rattraper le temps perdu. Mais tu sais que tout cela n'a pas été vain. Tu as réussi, désormais, tu pourras faire vivre ta famille plus confortablement, gâter plus ceux que tu aimes, ne pas être obligée de compter chaque sou  lorsque tu veux offrir quelque chose à quelqu'un ou amener un présent chez des amis. Tu pourras également mettre un peu d'argent de côté pour tes enfants et partir un peu plus en vacances. Bref, tu vas pouvoir vivre mieux.




- Tu serres ton bébé dans tes bras. Elle est là, enfin... Magnifique, parfaite. Tu n'attendais plus qu'elle. Et même si l'accouchement fut une galère sans nom (je t'en parlerai un jour, quand tu ne seras pas à table) tu sais que maintenant, elle existe pour de vrai que votre histoire commence. Tu la regardes en la tenant dans tes bras, tu as mis le CD d'Yves Montand. Il chante " Quand, je la prends dans mes bras, je sens mon coeur qui bat, je vois la vie en rose..." Et tu te dis qu'il n'y a pas de plus bel instant que celui que tu es en train de vivre en ce moment. Et tu reprends un kleenex, encore.


Cette année fut donc magique, irréelle, formidable et je me dis qu'avec du courage et de l'amour, on vient à bout de beaucoup de choses. Bref, tu comprends mieux pourquoi, même si je suis heureuse de débuter 2016, je ne quitterai pas 2015 sans une certaine nostalgie...


Mais je pense également à ceux pour qui 2015 à été une année de douleur et de deuil.  Je suis de tout coeur avec eux. Je leur souhaite du bonheur et de l'amour pour 2016. Je suis persuadée que tout l'amour qu'on a en soi,  on l'emporte avec soi.

Une merveilleuse année 2016 mes agneaux...



À mon mari chéri et à ma famille 

Suivez-moi sur Facebook 




21 commentaires :

  1. Bordel mais j'aurai presque la larme à l'oeil didonc!
    (et je kiff la fenêtre style atelier)
    Et que du bon pour 2016! ;)
    (mère Cailloux)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci mère pas parfaite! T'es trop mignonne ��

      Supprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  3. Comme tu racontes bien ;) j'ai eu l'impression d'être avec vous, merci merci pour ce moment de rigolades. Des bisous ma belle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas pourquoi je ne peux pas mettre autre chose que "unknow" bisous Virginie (mbir)

      Supprimer
    2. Merci ma belle! Tu seras ma ''unknow'' préférée ;-)
      J'ai essayé de t'inviter à liker ma page sur Facebook, mais je crois que ça ne marche pas...
      Belle journée à toi!

      Supprimer
  4. Super ton texte, je ne savais pas que tu n'avais plus ta mère j'espère qu'elle te manque pas trop, moi j'ai deux filles et deux petits enfants. J'emporte mon petit fils pour que ma fille puisse laisser la sienne pleurer la nuit sans déranger son frère. L'absence de grand- mère a dû être difficile en 2015 car en général elles sont bien utile aussi mais c'est ainsi, heureusement qu'il y avait les grand- pères pour te soutenir... Mais je t'aime quand même ma fille

    RépondreSupprimer
  5. Félicitations pour l'agreg!! Moi qui me sentait fière comme un paon d'avoir validé ma licence de psycho par correspondance en bossant à mi-temps avec mes deux Littles et enceinte de numéro 3, là je me couche!! L'agreg bordel! Avec une maison en travaux! Je suis admirative! Bises

    RépondreSupprimer
  6. Si, bravo pour ta licence! C'est galère de bosser enceinte avec des gamins en prime... En plus, moi j'ai eu la chance d'être épaulée par mes parents et mon mari, donc chapeau!

    RépondreSupprimer
  7. Ma Crapouillette était dans exactement le même berceau !!! Une pure merveille !!!
    Merci pour ce très bel article !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. T'es adorable! C'est marrant qu'on ait le même berceau. Encore un point commun! Gros bisous

      Supprimer
  8. Arff... Tu m'as mis la larmichette à l’œil. C'est fou ce que je suis devenue sensible depuis que je suis maman... Je découvre ton blog avec plaisir (en fait je découvre la blogosphère... il était temps!). Merci et continue comme ça, c'est chouette de voir qu'on est plusieurs à vivre des choses similaires.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est gentil! Bienvenue dans la blogosphere! Tu vas voir, c'est une aventure sympa.

      Supprimer
  9. Honte à moi, j'étais passée à côté de ton article ! Mais quelle année 2015... Tu m'impressionnes, t'es un peu ma super-héroïne, c'est dingue dingue dingue une année pareille. Tu peux être sacrément fière de toi, tu as géré un truc de ouf !
    Et du coup, tu vas parler de ton accouchement un de ces 4 ? C'est drôle, je viens de finaliser mes articles qui en parlent... Oui, plusieurs. Genre 7 articles. Que j'ai mis 18 mois à écrire, c'est dire si j'ai vachement digéré la chose hein ^^

    RépondreSupprimer
  10. J'ai hâte de lire ça m'a belle! Mille mercis pour ces gentils compliments qui me vont droit au coeur... Si, je pense à écrire sur mes accouchements, mais je ne suis pas encore prête, car ça c'est tellement mal passé les deux fois... Plein de bisous <3

    RépondreSupprimer
  11. Eh bien quelle année!! Pour ma part je suis ravie de faire ta connaissance! Au plaisir de te lire! A bientôt

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci d'être passée par ici! Je suis ravie également de faire ta connaissance et d'être passée par chez toi <3

      Supprimer
  12. Merci pour ce moment de rigolade et bravo pour 2015!
    (et je vais aller faire un tour sur le reste de ton blog maintenant... ce post m'a mis l'eau à la bouche :) )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh merci beaucoup et ravie de faire ta connaissance! À bientôt j'espère!

      Supprimer
  13. Waouhouuu tu es une folle en effet ! Je me pensais forte avec mon année 2014 achat de maison et travaux, mariage, et nouveau boulot/début de thèse ; mais là tu me bats à plate couture ;)
    Bravo pour ton agreg et tout le reste !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toi aussi tu as fait fort à ce que je vois ! Je n'ose pas encore parler de thèse à Pinces d'Or, il en a suffisamment bavé avec l'agreg ;-)

      Supprimer

Dis-moi des mots doux...

Rendez-vous sur Hellocoton !